Articles

Affichage des articles du février, 2013

Hamburgers 100% maison (et beaucoup trop hauts !)

Image
Hey ! Cette semaine, j'avais une envie irrépressible, avec ce temps froid, gris et terne, de junk food bien grasse et réconfortante. Vous ai-je dit que j'étais au régime ? Presque au régime, donc !
Et puis de toute façon, y fait trop froid pour mourir de faim, mais juste assez pour avoir envie simultanément de chocolat, de bonbons et de gâteaux dégoulinants de glaçage !
Bref, pour accompagner toutes ces mignardises, pourquoi pas un bon hamburger de cheval 100% pur boeuf de boeuf (et définitivement pas de boeuf de cheval, donc). Tout ça avec une bonne tomate mûre à point en serre, d'une salade qui a poussé sans terre et d'un oignon des Cévennes qui décidera plusieurs heures après de ne pas s'évacuer de mes intestins autrement qu'avec moult fracas.
Sur cette dernière phrase pleine de sexy-attitude, je vous dévoile sans attendre l'ultime recette de mes hamburgers 100% maison :
Tout d'abord, je prépare des buns à l'avance, je les cuis et les congèle po…

La fille qui découvre un truc : les images historiques de Google Earth

Image
Ce matin, j'étais tranquillement en train de bosser sur une étude sur Bordeaux (depuis mon bureau lyonnais, of course), et je regardais un peu le terrain sur Google Earth. Tout d'un coup, quelle ne fut pas ma surprise de voir que je pouvais remonter le temps... jusqu'en 1943 !
Je connaissais cette fonctionnalité qui permet de regarder les images satellites d'une ville suivant les années. J'avais déjà utilisé ça une fois, un peu par hasard sur une autre étude, remontant jusqu'au début des années 2000, m'amusant à regarder les évolutions de la construction d'une ville, le nombre grandissant de voitures garées sur les parkings...
Mais 1943 ! Ca fait quand même un sacré gap de temps ! La zone que j'étudiais sur Bordeaux (Bordeaux Lac pour ne pas la citer) est devenue d'un coup d'un seul, un grand champ immense en plein milieu de la campagne. Le Lac... quel lac ? Pas de lac en vue en 1943 !
Du coup, ce soir, la curiosité m'a pris, et je suis a…

Comment passer pour un(e) pro de l'organisation...

Image
... tout en étant : 1) un(e) procrastineur(se) professionnel(le) 2) un(e) désorganisé(e) de l'extrême 3) un(e) tête-en-l'air infernale Barrez si besoin la mention inutile.
??
Et bien on lutte, une lutte de tous les jours, de tous les instants ! Croyez moi, moi qui mets au minimum 3 mois pour envoyer un courrier, un mois pour répondre à un simple mail, et de longues semaines pour me décider à acheter une gazinière ou un lave-vaisselle (depuis novembre que ça dure !)...
Bref, c'est pas tous les jours faciles de se motiver à faire des démarches administratives, ou même de simples aménagements de l'appart.
Ces dernières semaines, j'ai lu plusieurs articles à ce sujet sur la blogosphère (mais bien sûr, je n'arrive pas à les retrouver pour vous en faire profiter...) : - la technique de la to-do list. Ici, l'idée est de noter tout ce qu'on a à faire, par exemple sur une semaine, tout en décomposant les tâches à accomplir. Par exemple, plutôt que d'écrire &qu…

La nailista est-elle une greluche ?

Image
= ?
"Nailista" : élément de sexe féminin dont le bout des mains est peinturluré comme une voiture volée, de couleurs et de formes plus extravagantes les unes des autres.
"Greluche" : élément de sexe féminin aux moeurs légères (comprendre aimant les fringues courtes, bitcher sur ses collègues/copines/voisins de table et rire d'une façon insupportable, aiguë et bruyante).
Cette semaine, j'arbore un magnifique gradientraté que je me suis beaucoup amusée à réaliser en regardant écoutant (on peut pas tout faire, hein !) The Voice samedi dernier.
Lundi midi, en train de déjeuner à la cantine du boulot. Une collègue-pas-greluche (du style roots-cool-intelligente) fixe d'un coup mes ongles : "chouette ta manuc... mais attends, t'as fait ça comment ?" Moi, greluche qui s'assume pas : "bah ça a pas été facile..." La collègue-pas-greluche-pas-maquillée mais à la voix forte : "ah mais moi j'aurais pas le temps de passer toute ma …

J'ai vu : Hôtel Transylvanie... et ça décoiffe !

Image
Hôtel Transylvanie, c'est un dessin animé (oui, un "film d'animation"dans le jargon cinématographique...) dans lequel Dracula est un papa poule, Frankenstein un tonton marrant, époux d'une horripilante Frankestinette à la sauce Janice (de Friends, si-si, rappelez vous le terrible OH MY GOD !) et l'homme invisible un roux à cheveux bouclés...
Avec en guest-star un humain "affreux-mangeur-d'orteils", le genre de gosse sans gêne un peu roots, un peu pénible, mais qu'on aime bien quand même. Qu'on aime bien, voire plus, quand on est la fille de Dracula en manque de jeunesse et d'animation !
Vous ne comprenez rien à mon résumé ? C'est normal, il faut aller voir Hôtel Transylvanie pour en comprendre les détails les plus croustillants ! Et si j'ai un conseil à vous donner, c'est d'y foncer tête baissé (mais pas trop non plus, vous pourriez tomber sur une jambe de monstre-yéti en passant !).
Pendant les 1h30 que dure le film, …

Un autre monde...

Image
sans moi...
Depuis ce fameux entretien d'évaluation où l'on m'a annoncé que je n'allais pas signer mon CDI comme j'en étais persuadée mais un CDD de 6 mois pour "être bien sûr de mes compétences" (au bout d'un an, sympa...), depuis ce jour, j'ai un peu l'impression d'être dans un autre monde.
C'est un peu comme au début, quand je venais juste d'être embauchée, mais strictement à l'enversEn mars dernier, je débarquais dans une nouvelle boîte, avec de nouveaux codes, de nouvelles private-jokes, de nouvelles relations à comprendre, à créer. Désormais, si je comprends tous ces codes, ces private-jokes, ce monde particulier, en revanche je n'ai plus envie de les partager, je sens qu'ils m'échappent.
Je ne fais plus aucun effort, plus le moindre effort le midi, où les repas sont toujours aussi moroses depuis un an. Je n'essaie pas d'engager la conversation ou de suivre une énième discussion sur le foot ou la poli…

Expiration... Inspiration !

Image
Tout est dit dans le titre. D'ailleurs, je crois que je ne vais rien rajouter sur ce billet.


Bon, allez, vous me prenez par les sentiments, je vous fais un brin de causette !
Là, il est question de l'objectif "extra-professionnel" de la fille qui a craqué aujourd'hui parce que la secrétaire l'a prise à part en lui disant "mais pourquoi ne te prennent-ils pas en CDI ? Y'a vraiment des choses que je ne comprends pas dans cette boîte...", bref, quelques larmes, mouchoirs et reniflements plus tard, j'ai repris le dessus et à 16h30, mon manteau, mon sac (et mon ordi), et hasta la vista baby !
L'objectif extra-professionnel, donc (excusez-moi, j'en perds le fil... fatigue de fin de semaine et de gros stress sur vie future), cet objectif est d'expirer. Prendre un grand bol d'air (pur ou pas, on est dans le centre-ville de Lyon, hein ?!), et souffler tout ce que je peux, voire même plus !
J'expire en ne traînant pas au boulot, en…

L'entreprise qui fait pleurer les femmes

Image
Aujourd'hui, j'ai vu une de mes collègues se mettre à pleurer pendant son entretien d'évaluation. Mon coeur s'est serré pour elle. Il y a deux semaines, j'avais réussi à garder la tête haute pendant le mien, d'entretien, j'avais attendu l'heure du repas avec Chéri pour m'effondrer. Peut-être aurais-je dû aussi montrer à quel point j'étais touchée, même si ça n'aurait rien changé.
Sans entrer dans les détails (parce que bon, que je raconte mes déboires sur mon blog, c'est normal, mais en faire de même pour d'autres, c'est abuser !), ma collègue souhaitait une évolution professionnelle. Normal, elle est dans la place depuis un paquet d'années, d'autres arrivés après elle sont en train d'évoluer, et surtout, surtout, on lui a fait miroiter des choses depuis quelque temps. Aujourd'hui, ils lui ont expliqué comment s'en passer, mais tout en lui disant que quand même, elle était un bon élément.
A peu de choses près …

La tarte-fleurs aux pommes

Image
Depuis quelques semaines, j'essaie de structurer au minimum nos repas de la semaine, de préparer des menus et de s'y tenir (au mieux). En revanche, le WE, y'a rien à faire, c'est encore et toujours le grand n'importe quoi ! On se lève tard, on n'a pas envie de cuisiner, on déjeune à 15h, on dîne d'un repas-fromage... Bref, la cata.
Du coup, le dimanche midi (15h donc), j'ai quand même la nostalgie de mes repas dominicaux d'antan, quand ma maman nous faisait un poulet rôti et ma grand-mère la meilleure tarte aux pêches du monde. Bon, certes, ma mère et ma grand-mère continuent toujours de cuisiner poulet et tartes, mais à quelques 500 km de là !
J'essaie donc le dimanche, dans la mesure du possible, de faire un effort sur le dessert. Ca a commencé doucement avec un simple gâteau au chocolat que je faisais enfant. Puis on a poursuivi sur notre lancée avec cette jolie recette, adoptée par hasard au détour de Grand Frais et de ces petites recettes …

Le tour du monde en 2 jours par Jules Cheval

Image
Ca vous fout pas la trouille, vous, cette viande de cheval qui a a fait le tour de l'Europe, de la Roumanie à la France, puis le Luxembourg puis la Franche, l'Angleterre et la Suède ?
Je veux dire, bon, certes, le débat aujourd'hui est sur cette sombre histoire d'étiquette qui aurait vaguement changé quelques lettres du mot "cheval" (à peine 5), pour arriver au mot "boeuf" - mais franchement, ne trouvez-vous pas que ces 2 mots sont quasiment identiques ? Non ?
A la rigueur, ce n'est même pas l'idée que j'aurais pu manger du cheval au lieu du boeuf qui me dégoûte (je n'ai pas plus d'affinité avec le cheval qu'avec le boeuf, d'ailleurs, j'étais plutôt assez copine avec les vaches qui traînaient derrière chez mes parents quand j'étais gosse. Maintenant, c'est des chevaux qu'il y a, comme quoi !), mais plutôt le nombre affolant de pays traversés par ces morceaux de barback avant qu'ils ne finissent dans m…

Et après ?

Image
En ce début d'année neigeuse, j'ai encore perdu quelques unes de mes illusions sur le monde du travail et sur la société dans laquelle on vit.
Après avoir signé en mars dernier un CDD qui m'envoyait à environ 700 km de mon chez-moi bruxellois, Après avoir vécu 6 mois dans un clapier à lapin, le fameux bocal à poisson rouge, puis 2 mois dans un appartement vide, Après un travail de longue haleine pour convaincre Chéri que Lyon, c'était vachement mieux que Bruxelles (avec chantage au divorce inside), Après avoir travaillé comme un nègre au minimum 8h45 et ce 5 jours par semaine pour un salaire somme toute modeste (plus faible en tout cas que dans la fonction publique où j'étais au 35h avec un nombre honteux de jours de vacances), Après avoir vécu 7 mois et demi sans mon mari, Après que l'on m'a eu dit au bout de 6 mois que mon travail était super mais que comme le CDD était d'un an, on allait attendre la fin du contrat pour signer le CDI (et puis, on ne sait j…

J'ai lu : il me manque quelqu'un [et j'ai adoré] !

Image
Par une belle matinée hivernale, j'ai trouvé une grande enveloppe blanche dans ma boîte aux lettres, sans doute déposée par une cigogne. A moins qu'il ne s'agisse d'un facteur...
Je l'ai retournée dans tous les sens, de quoi s'agissait-il ? Qui m'avait écrit ? A l'intérieur, pas de courrier, de post-it ou de petit mot. Simplement un livre à la couverture souple et colorée : la BD de Juliette Morris, Il me manque quelqu'un.
Juliette Morris est sans doute plus connue sur la blogosphère comme l'auteur du blog "Je veux 1 bébé", le blog d'une jeune femme, qui commence par un petit tic-tac de son horloge biologique pour arriver au St Graal, le bébé, en passant par la difficulté de convaincre son chéri, les joies et autres réjouissances de la grossesse !
Ce que j'aime dans ce blog en particulier, c'est l'humour, bien entendu, mais surtout cette sincérité et cette émotion qui paraissent en filigrane dans certaines bulles.
Il me…

Les cordonniers mal chaussés... ou comment je ne réponds qu'au compte-goutte à mes commentaires

Image
Souvent, j'entends des blogueuses râler que franchement, les blogueuses qui répondent pas à leurs commentaires, c'est abuser ! Et à chaque fois, je me sens un peu visée, je sifflote l'air de rien et je file sur mon blog faire mon boulot de blogueuse-consciencieuse.
En même temps, faut que je vous dise. Si je ne réponds pas aux commentaires dès leur parution (et même fouettez-moi tellement je suis une mauvaise blogueuse qui se la pète, mais ça m'arrive par inadvertance de laisser plusieurs jours en attente les commentaires que je reçois), c'est juste que le soir, mon premier geste après avoir allumé l'ordi, ce n'est pas d'aller sur mon blog. Ce n'est pas de rédiger un article pour le lendemain. Non, mon premier geste, mesdames-messieurs, c'est d'aller sur VOS blogs. D'aller lire VOS articles (enfin ceux qui m'intéressent, suis pas maso non plus !). D'écrire un commentaire sous VOS billets. Et oui.  Et seulement après ça, s'il…

Au ciné, j'ai vu : Max

Image

Ma Chandeleur

Image
S'il y a une fête que j'aime tout particulièrement, c'est bien la Chandeleur ! 
J'aime que pour une fois, on sache exactement ce qu'on va manger en cette journée du 2 février. Et un repas de moins à prévoir, un !
J'aime aussi me souvenir de ce que je faisais les années précédentes à la même date. L'an dernier, j'étais seule à Bruxelles, Chéri en Allemagne, je m'étais fait des crêpes (nanméo, pas besoin d'être à plusieurs pour la Chandeleur !) et le lendemain, la crêpière, la pâte à crêpes et moi prenions le train rejoindre Chéri dans son froid et lointain pays !
Cette année, on innove : on mange nos crêpes (salées et sucrées) à 17h !! Voilà ce qui arrive quand on fait la grass'mat' et qu'on enchaîne sur un petit déj' croissant-chocolat chaud ! (mais demain je suis au régime, hein ! ;-) )

Si ça vous intéresse, ma recette, qui n'a pas changé d'un iota depuis l'an dernier : 250g de farine, un puits, 25 cl de liant (du l…