Un autre monde...



sans moi...

Depuis ce fameux entretien d'évaluation où l'on m'a annoncé que je n'allais pas signer mon CDI comme j'en étais persuadée mais un CDD de 6 mois pour "être bien sûr de mes compétences" (au bout d'un an, sympa...), depuis ce jour, j'ai un peu l'impression d'être dans un autre monde.

C'est un peu comme au début, quand je venais juste d'être embauchée, mais strictement à l'envers
En mars dernier, je débarquais dans une nouvelle boîte, avec de nouveaux codes, de nouvelles private-jokes, de nouvelles relations à comprendre, à créer.
Désormais, si je comprends tous ces codes, ces private-jokes, ce monde particulier, en revanche je n'ai plus envie de les partager, je sens qu'ils m'échappent.

Je ne fais plus aucun effort, plus le moindre effort le midi, où les repas sont toujours aussi moroses depuis un an. Je n'essaie pas d'engager la conversation ou de suivre une énième discussion sur le foot ou la politique. 

Même les blagues habituelles que j'échange avec mon collègue d'en face tombent à plat... J'ai l'habitude de le charrier en lui disant que je vais piquer sa place car elle est mieux que la mienne. Mais là, on sait bien, autant l'un que l'autre que je suis bien mal partie pour lui prendre sa place. (en même temps, notre deuxième blague habituelle était de dire que peut-être je ne serais pas embauchée, on voit où ça nous a menés !)

Finalement, je crois que j'aurais préféré que l'on m'achève rapidement, que mon CDD prenne fin, on pleure et on passe à autre chose, en sauvant ce qui peut encore l'être, un reste de confiance en moi et de dignité, plutôt que ce départ interminable, ce sursis qui m'est infligé jour après jour, ces longues heures où je vais me torturer en regardant mes collègues (surtout les derniers à être passés en CDI), me demandant ce que j'ai de moins qu'eux, ou eux de plus que moi. Un peu plus de 6 mois avant de pouvoir faire mon deuil de cette vie-là. C'est long.

Du coup, je finis par me demander si je ne suis pas en train de me torpiller moi-même : me mettre en retrait, ne plus être motivée, plus concentrée, plus envie de rien... 

Ma mère, qui est toujours de bon conseil (et me connaît quand même sacrément bien), me disait ce soir : "ne fais pas ta tête de mule, hein ?! Au contraire, fais comme si de rien n'était, ne donne surtout pas le bâton pour te faire battre !"

Est-ce qu'un employeur, qui voudrait virer "en douceur" son employé, tout en se donnant bonne conscience, ne le laisserait pas mariner dans son propre jus d'incertitude, de démotivation et d'enterrement de confiance en soi ?

Après tout, celui qui veut tuer son chien dit qu'il a la rage, n'est-ce pas ?


Commentaires

  1. J'y pensais figure-toi en lisant l'un de tes derniers articles. mais comment te dire, aussi, de continuer comme avant, avec la même détermination ? Si c'est un test, il est drôlement vicieux, et je ne sais pas si j'aurais envie, à ta place, de rentrer dans le jeu et de prouver ma valeur envers et contre tout. Avec tout le respect que je dois à ta maman, je ne pense pas que tu fais ta tête de mule, tu réagis plutôt de façon humaine, sensible et logique. Sans te saborder, je pense qu'il est sain que tu prennes un peu de recul. Dans tous les cas, on en parle quand tu veux, tu sais où me trouver si tu veux discuter. Et en attendant, pour ce que ça vaut, je t'envoie tout mon soutien et plein de pensées positives.

    Gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne suis même pas sûre que ça soit un test en fait, mais plutôt une façon de se dédouaner de la part de mon employeur, du style "c'est pas de ma faute si elle n'a pas progressé dans les 6 mois supplémentaires qu'on lui a laissés."
      Merci en tout cas !
      Bisous,

      Supprimer
  2. simplement, est-ce que tu es obligée de rester dans ces conditions déprimantes ?? c'est la grande force des employeurs minables d'agir de la sorte, qui fait qu'ils t'utilisent encore bien pendant ces 6 mois là, et après si tu dois prester un préavis aussi, toi pendant tout ce temps là tu déprimes et eux profitent bien sur ton dos, arf ça me débecte en fait, j'aurais la haine :(
    je t'embrasse fort

    RépondreSupprimer
  3. Je crois que je penserais comme toi à ta place. C'est humain de ne plus être motivée dans de telles conditions, je ne le serais pas non plus et je n'aurais plus envie. Peut-être peux-tu voir ces six mois supplémentaires comme l'occasion de continuer à travailler et payer tes factures tout en cherchant autre chose ? Tu peux partir quand tu veux si tu es en cdd non ? Courage !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ce que je me dis aussi. C'est toujours ça de pris aussi bien pour le salaire que pour l'expérience... par contre, chercher du boulot en même temps, c'est dur...

      Supprimer
  4. Je ne sais pas trop quoi te conseiller, un peu comme ta maman. je dirais implique toi
    Mais bon, je ne connais pas toute la situation
    Bisous

    RépondreSupprimer
  5. Je ne pense pas que tu fasses ta tête de mule! Ta réaction est normale. Ceci dit ta maman à quand même raison sur un point, je pense, il faudrait peut être essayer d'agir au maximum comme si de rien n'était. AU niveau du boulot, mais aussi des collègues, sinon on risquerait de te reprocher que tu ne t'intègre pas etc.
    Après si tu ne veut pas rester là, tu t'en fou mais si tu veut ton CDI va falloir te forcer à avoir l'air contente! Franchement je sais que c'est pas facile!
    J'espère que tu trouveras une solution qui te conviens!

    Courage

    Bisous

    RépondreSupprimer
  6. Pour avoir vécu quasiment la même chose, il y a peu, je compatis... Courage... Ta réaction est tout à fait normale, pourquoi t'impliquer si l'on ne veut pas de toi ? A mon avis, fais le minimum syndical, qu'on ne puisse rien te reprocher par la suite, et garde ton énergie et ta rage pour trouver un nouveau boulot. ça serait pas le pied de débarquer un beau jour et de leur dire : "Coucou, j'ai un cdi ailleurs, vu que je suis en cdd je n'ai pas de délai de congé chez vous, bye !!"

    RépondreSupprimer
  7. Hello !

    et bien je pense que s'il avait voulu te virer, il l'aurait fait plutôt que te prolonger 6 mois... Non ?!!
    C'est sûr que dans 6 mois, si tu continues comme ça, il va se dire qu'il a eu bien raison, que tu n'étais pas motivée ou facilement décourageable.
    Maintenant, si tu te donnes à fond et qu'ils te virent quand même, tu n'auras rien à regretter et tu pourras plutot te féliciter de ne plus travailler pour eux... ça ne t'empêche pas en attendant, de regarder si l'herbe est plus verte ailleurs...
    Bizzzzz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais quoi ? Tu as 100% raison, il faudrait que je travaille à fond.
      Après, l'histoire du prolongement, c'est plus compliqué que ça. En fait, ils ont besoin de main d'oeuvre donc ça les arrange que je sois là. Mais dans 6 mois, ils prendront un nouveau stagiaire et en avant...

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Organiser la rotation des jouets de Bébé [Montessori-à-ma-sauce]

Céline Alvarez et sa révolution bienveillante

"Elle est dégourdie, cette petite !" [Montessori inside]