20 févr. 2013

La nailista est-elle une greluche ?

=
?

"Nailista" : élément de sexe féminin dont le bout des mains est peinturluré comme une voiture volée, de couleurs et de formes plus extravagantes les unes des autres.

"Greluche" : élément de sexe féminin aux moeurs légères (comprendre aimant les fringues courtes, bitcher sur ses collègues/copines/voisins de table et rire d'une façon insupportable, aiguë et bruyante).

Cette semaine, j'arbore un magnifique gradient raté que je me suis beaucoup amusée à réaliser en regardant écoutant (on peut pas tout faire, hein !) The Voice samedi dernier.

Lundi midi, en train de déjeuner à la cantine du boulot.
Une collègue-pas-greluche (du style roots-cool-intelligente) fixe d'un coup mes ongles : "chouette ta manuc... mais attends, t'as fait ça comment ?"
Moi, greluche qui s'assume pas : "bah ça a pas été facile..."
La collègue-pas-greluche-pas-maquillée mais à la voix forte : "ah mais moi j'aurais pas le temps de passer toute ma journée à me mettre du vernis, hein !"
Rire gras de l'assistance.
Moment de silence.
Changement de conversation (foot, politique...).

Certes, c'est vrai que des vraies nailistas (je parle pas de moi, hein, je suis pas encore au point !), on n'en croise pas tous les jours, et effectivement, c'est souvent des filles qui font des métiers plutôt artistiques ou créatifs (par exemple ma coiffeuse qui passe son temps entre 2 brushings de clients à se lisser les cheveux, se couper la frange ou admirer ses ongles). En même temps, pour réaliser des motifs aussi compliqués et précis, mieux vaut être douée de ses 10 doigts...

Alors forcément, ça véhicule cette image particulièrement négative de "ongles-bariolés = pupute".

Dans mon entreprise, la plupart des salariés sont de la classe moyenne, et l'ambiance est effectivement roots-cool-T-shirt-converse à tous les âges, du boss au stagiaire.
Alors forcément, avec mes ongles bariolés (et je vous parle même pas de mon pull vert-jaune-fluo), je passe pour une douce illuminée, pas très sérieuse de surcroît.

Et pourtant, moi aussi je suis salariée de la classe moyenne, comme tous les autres. Comme tous les autres, je suis toute la journée devant mon ordi à réfléchir à des sujets super graves de demain (on fait passer un tram ou un bus sur cet axe ?). Par contre, je suis pas roots, hein, j'ai quand même un statut à tenir, bordel !

Du coup, pour le dire clairement, cette conversation du midi m'a particulièrement fait chier.
Oui j'aime les vernis, les fringues et le maquillage. Oui samedi soir j'ai passé du temps à faire ça pendant que toi, tu étais dans un bar à te saouler avec tes amis trop cools-roots-intelligents.
Et alors ? Ca fait de moi quelqu'un de plus superficiel que toi ? La couleur de mes ongles dévalorise-t-elle à elle seule la qualité de mon travail ? J'espère bien que non même si des fois à regarder mes collègues et boss, j'ai un sérieux doute...

Et vous, vous en pensez quoi des nailistas (ou les passionnées de mode ou de make-up, même combat) (pas gagné pour celles qui sont les 3 à la fois, je compatis !) ?
Quand vous en croisez une, vous la regardez de travers / avec envie / sans 1ère impression préconçue ?

9 commentaires:

  1. Tu sais quoi ? Comme toi, je me mets du vernis quand je regarde la télé. Je me balade sur les sites de fringues entre deux pages de trad. Je prends des photos de mes looks pendant ma pause déjeuner, une fois par semaine grand max, ce qui donne, au choix, des photos trop exposées (mauvaise heure rapport à l'angle du soleil) ou pourries s'il pleut.
    Et elle veut savoir pourquoi, ta collègue ? Parce que justement, on a d'autres préoccupations dans la vie, on bosse comme des dingues, et ça nous oblige à être multitâches si on veut quand même vivre nos passions. Et c'est tout le contraire de la superficialité, selon moi.
    Par contre, ce qui me gêne le plus, c'est que je voudrais croire que ça n'a pas joué sur ta situation professionnelle. Parce que s'il faut rentrer dans le moule et être comme tout le monde pour garder son boulot, ben franchement c'est trop triste.
    Reste lumineuse et colorée, reste toi-même. C'est toi qui as raison !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Isa !
      Cela dit, sans dire que ça joue consciemment sur ma situation professionnelle, sachant que je bosse dans une petite boîte où c'est plus ou moins une ambiance consanguine (les gens n'ont travaillé que dans cette boîte dès la sortie de leurs études, viennent quasiment tous de la même formation, ont tous le même style vestimentaire converse-jeans), je pense que je suis un peu l'ovni de service qui se pointe avec des talons tous les jours et du vernis bleu-jaune-vert !
      D'ailleurs, je ne comprends toujours pas pourquoi ils m'ont embauchés sachant tout ça, que j'ai pas la même formation qu'eux, que j'ai déjà une expérience professionnelle, etc. Sans doute un test... pas concluant apparemment !
      Mais bon, on s'éloigne du sujet là !!

      Supprimer
    2. Oui, je crois malheureusement qu'il ne faut pas chercher... Ça prouve juste que, quelque soit la catégorie socio-professionnelle à laquelle ils appartiennent, les gens n'ont décidément pas l'esprit ouvert !

      Supprimer
  2. Je pense que ce n'est pas parce qu'on s'intéresse à des choses considéré comme futile telle que le nail art, la mode et le make up où encore qu'on lit des magasines féminin qu'on est forcément bête/futile/inintéressante ou autre qualificatifs péjoratifs! On peut quand même se divertir comme on veut! Et puis, on peut s'intéresser à ça et à autre chose de moins "futile"!

    RépondreSupprimer
  3. Avant (je dis bien avant !), j'avoue que je pensais ça. Mais depuis que je fréquente les blogs... Ahum. Après tout c'est une passion comme une autre, je ne vois pas en quoi ça serait honteux ou futile. (Et tes ongles sont super jolis comme ça ! J'adore ! ^.^)

    RépondreSupprimer
  4. Arf, sujet délicat... On juge souvent les gens par leur apparence, car c'est la première chose que l'on voit chez l'autre. Après chacun est libre de creuser, ou pas. Ma meilleure amie a un look de "pétasse de bar" selon mon homme, et il n'a pas tort : blonde peroxydée, ongles bariolés, montée sur 8cm de talons au minimum et vêtue de fringues flashy de chez H&M. Au-delà des apparences et de l'image qu'elle véhicule, c'est une fille ultra cultivée, très drôle et elle a un coeur en or. Et si elle se sent à l'aise avec son apparence, c'est le principal. Si je la croisais dans la rue aujourd'hui, je penserais qu'on n'a rien en commun. Le fait de l'avoir comme amie me fait justement me remettre en question sur mes préjugés. Pourquoi se faire les ongles est-il une activité plus futile qu'aller skier, si c'est ta passion ? Moralité : je ne suis pas la dernière pour juger, mais j'espère tout de même respecter les choix des gens, et essayer d'aller au-delà de leur apparence. Comme dit ma mère, on est tous le con de quelqu'un... Et ça fait tellement de bien d'être futile... Certaines devraient essayer !! :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien ta conclusion ! C'est vrai qu'on ne peut pas toujours être sérieux, ça fait du bien d'être futile, de temps en temps.

      Supprimer