De comment il est bon de s’adapter à la gastronomie locale pendant les vacances

Des fois, il faut savoir se forcer. Oublier d’où l’on vient et qui l’on est pour se fondre parmi les autochtones.
Renier son boudin noir aux châtaignes et sa viande de bœuf du meilleur cru (limousin, s’il vous plaît).
Donner de soi pour recevoir le meilleur du territoire qui nous reçoit.
Adopter pour se sentir adopté...

J’entends par là : boufailler local

Je sais. 

La vie est dure.

Me forcer à manger une raclette bien grasse avec de la charcuterie non moins grasse et des pommes de terre bien lourdes en plein été alors que je viens de marcher 5 ou 6h, exige de moi un effort surhumain. 
Toute cette transpiration, cette dépense calorique improbable (1'500 kcal me dit ma montre quand ça lui prend), cette marche forcée pour grimper sur la montagne à cheval à pied et pour en redescendre de go, tout ça pour aller se goinfrer, à 2'500 kcal le morceau de frometon... moi, ça me débecte !

Tremper mes doigts délicats dans une sauce marinière pour décortiquer ces infâmes petites bêtes noires, jaunes et poilues qui poussent sur des poteaux dans la flotte, alors que ça te prend un temps infini (au moins 1/2h) et perdu (encore une soirée en moins à ne pas profiter du coucher de soleil sur la plage abandonnée).
Tout ça pour que, quand tu as fini, non seulement tu en as plus dans ton assiette que dans ton estomac, mais en plus, tu aurais presque encore faim (mais heureusement que tu as pris des frites pour caler tout ce vide !).

Bref. Quand il faut, il faut. Y'a pas le choix, faut bien se sustenter avec le peu qu'on trouve, par ici...

Sur ce, j’me f’rais bin une ‘tite fondue, ce soir…

Et vous, c’est quoi vos passages obligés en matière de spécialités alimentaires locales ?


Commentaires

  1. J'aime ton sens du sacrifice ! ^^ Comme toi, j'adore la raclette, la fondue, la tartiflette, tous ces plats bien lourds qui sont pourtant si délicieux... J'ai eu droit aux meilleures ratatouilles du monde quand je suis descendue dans le Sud, et à des beignets d'aubergine qui m'en font encore venir les larmes aux yeux. (Comment ça, j'exagère ?) Et je suis sûre que je mangerai volontiers un bon vieux Welsh la prochaine fois que je retournerai à Lille. Et les frites belges, dis, tu te souviens comme elles sont bonnes ?

    Bisous ! (Et bon appétit !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah les frites belges... (bon, par cette chaleur, j'avoue qu'elles me font moins envie...)

      Supprimer
  2. Gourmande va... Tu as bien fait de te faire plaisir
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais c'est régime maintenant, ça ne rigole plus !!

      Supprimer
  3. des tapas en espagne, miam miam
    ma tante m'a passé trois bouquins qu'elle a adoré lire, de... katherine pancol, là j'en suis aux écureuils, si je me souviens bien, tu avais dit qu'il était moins bien?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Miam les tapas.
      Oui, le 3ème tome m'a déçue...

      Supprimer
  4. Hummmmm ! c'est forcément les galettes et crêpes quand nous sommes en Bretagne (vacances à Douarnenez), la tartiflette et tomme de savoie à la montagne (vacances d'été à Mégève) et forcément en apéritif le vin blanc ou l'alcool local (très bon Chouchen à la crêperie "chez Yannick" à Carnac, vacances à Plouharnel) et regret de ne pas avoir goûté la bouillabaisse mais où en trouver une vraiment bonne ??? (pas vraiment des vacances, mari en déplacement professionnel dans le Sud). En bref, on aime bien goûter les spécialités locales quand on quitte notre Normandie chérie.

    Bizzzzzz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mmmhhh, des galettes bretonnes... j'en mangerais bien, tiens !

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Organiser la rotation des jouets de Bébé [Montessori-à-ma-sauce]

Céline Alvarez et sa révolution bienveillante

"Elle est dégourdie, cette petite !" [Montessori inside]