22 août 2012

Comment que c’est trop dur d’être une blogueuse



Y’a pas à dire. Être une blogueuse, c’est dur. Ca demande de réels sacrifices de soi. Tous les jours.

Comme ça, on ne se rend pas compte, car de loin, la blogueuse ressemble à n’importe quelle nana, les cheveux au vent, le nez en l’air… Déjà, le nez en l’air. C’est plus qu’un simple nez en l’air, c’est carrément la truffe au vent.

Et oui, car la blogueuse a l’œil sur tout ce qui bouge autour d’elle, elle est attentive à la moindre information extérieure susceptible d’impliquer plus de 5 lignes de texte : un tram en retard pour la 2ème fois de la semaine ? La blogueuse remue ses antennes sensibles à l’article « humeur grognon du jour ». Une liaison internet qui foire, un installateur de box incapable, un vendeur de portables incompétent ? La blogueuse se réjouit d’avance du nombre de visites qu’elle aura le lendemain de la publication de son coup de gueule bien senti. Bref, tout, ce qui se passe autour de la blogueuse, absolument tout, peut faire office de prétexte pour écrire, écrire, écrire…

Mais cela ne s’arrête pas là. La blogueuse n’est pas que spectatrice, non, elle interagit. Je dirais même qu’elle ne manque pas de trouver des occasions pour nourrir son blog. « Tiens, et si je m’inscrivais sur Adopte-un-Mec, de beaux billets en perspective, gniark gniark gniark. Et puis j’en ai un peu marre de Chaton, ça me fera du changement ! ». ou alors « pfff, pas d’idée d’article pour demain : tiens, si j’allais au ciné, je pourrai toujours donner mon avis sur le film pourrave qui passe en ce moment : coup de gueule sur le prix de la séance par rapport à la qualité + critique  du film = jackpot ! ».

Mais là où la blogueuse est la meilleure, son unique sujet inépuisable et intarissable, c’est elle. Bah oui, pourquoi parler du vaste monde si l’on peut parler de soi et rassembler les gens qui se ressemblent en un seul lieu : son blog ?!
« Tiens, j’ai mangé des coquillettes aujourd’hui, ça me donne une idée d’article ! » ou « Chaton m’a quittée, c’est affreux, il faut absolument que je m’épande sur mon blog. En plus, la raison de la rupture, à savoir mon inscription sur Adopte-un-mec, est trop injuste : après tout, c’était juste pour trouver de l'inspiration pour mon blog la bonne cause. Ils comprennent rien ces mecs ! »

Bref, comme dirait (presque) une sans-culotte bien connue des sitcoms d’AB-production : « les blogueuses, c’est très compliqué ! »

12 commentaires:

  1. Mais ce que nous souffrons de déformation professionnelle chronique et en plus on ne soigne pas ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On ne se soigne pas, et le pire, c'est qu'on se refile la "chose" les unes les autres...

      Supprimer
    2. Et puis Hellocoton c'est addictif mine de rien ... ça nourrit notre "névrose" loool. On est tombé dans la marmite ...

      Supprimer
    3. C'est clair ! Des fois, un peu trop addictif, même...

      Supprimer
  2. Très juste tout ça (tiens, ça me donne une idée d'article... Non je plaisante).

    RépondreSupprimer
  3. Mdr ! c'est tellement vrai ! je pense blog, je regarde blog, je vis blog...bizz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et je passe même mes vacances blog ! Affreux !

      Supprimer
  4. Tu m'as fait rire... Mais bon dans l'ensemble tu n'as pas tord, je vais aller lire si les coquillettes étaient bien cuites
    Bisous

    RépondreSupprimer
  5. J'adore! C'est tellement vrai!
    Et j'ai remarqué que les idées viennent uniquement quand on n'a pas le temps de se mettre sur l'ordinateur (genre: tiens, si j'écrivais un billet sur la joie de traiter les boutons de la varicelle sur les tout-petits... pile poil quand on est les mains dans le rouge!)
    Super Blog, en tout cas. Bravo!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En ce moment, moi, c'est la nuit que j'ai des idées... mais le matin, elles se sont envolées, dommage !
      Merci pour ton commentaire !

      Supprimer