13 déc. 2011

Comment immatriculer sa voiture en Belgique - le chemin de la victoire - PART II

Je vous avais laissé hier prête à faire feu, avec tous mes papiers, mon petit plan pour trouver la DIV, mais pas trop sûre de l'adresse exacte, ni vraiment des heures d'ouverture... Petit rafraichissement de la mémoire ici !

Au 56 rue du Progrès, une charmante réceptionniste dans un hall luxueux te fait, d'un ton las : "c'est au 60, prochaine entrée à droite". Ah oui, c'était écrit en gros !

Là, l'ambiance change, on sent l'entreprise de masse. Une grande baie vitrée, des sièges en long, des gens qui attendent l'embarquement, les similitudes avec un aéroport s'arrêtent là. 
On est plus proche tout bien considéré de l'ambiance Pôle Emploi. Il faut prendre son ticket, qui t'indique qu'il y a devant toi 80 pequenauds qui attendent. Du coup, tu les comptes, tu n'en trouves que 42, même en comptant les fumeurs dehors...

L'écran devant toi rabâche qu'à 14h30, toute entrée, même avec un ticket, un tampon fluo sur le poignet ou quoi que ce soit, sera IMPOSSIBLE. D'accord.
Tu attends. 20min, 30min...

C'est à 14h30 que commence le spectacle (pas pour lequel tu es venu, mais bon, quand tu as déjà checké 20 fois des SMS, joué 10 fois aux 3 jeux débiles de ton Nokia de 2005, tout est bon à prendre).
A 14h30 tapantes, la porte à tourniquet se bloque. Automatiquement. Et les retardataires sont bloqués dehors, furieux. Là débute un formidable dialogue de sourds entre un mec dehors et le mec de la sécurité à l'intérieur (que d'ailleurs je plains franchement)
"Allez, ouvrez la porte, j'ai un ticket là.
- Je suis désolé, mais la porte se bloque automatiquement, je ne sais rien faire.
- Vous rigolez là, j'ai un ticket, regardez.
- Vraiment, je vous avais prévenu à l'entrée, et sur votre ticket, c'est marqué : à 14h30, la porte se bloque.
- Non, attends, tu l'ouvres ta porte, ok ? Attends, il est même pas 14h30.
- Je suis désolé, mais c'est automatique, et la fermeture de la porte est calée sur l'heure de la pendule là, il est 14h30 passées maintenant.
- Oh, c'est n'importe quoi là, il est 14h25, fallait le dire si l'horloge avance de 5min, pu*** !
- Ecoutez monsieur, je vous prie de reculer et de ne pas rester dans la porte, vous bloquez la sortie des gens" (oui, car la porte peut tourner quand quelqu'un veut sortir, mais se bloque si quelqu'un essaie d'entrer, c'est vicieux comme système).
Bon, je vous la fais courte, mais ça a bien duré 10min, ensuite le mec est resté à bloquer la sortie, c'était à mourir de rire !
Et puis il y a eu d'autres personnes voulant rentrer, avec toujours la même réponse sur la porte automatiquement bloquée. Quel boulot ingrat, je vous jure...

Enfin, plus d'une heure après mon arrivée, mon tour arrive. Je me pointe au guichet 3, arborant mon plus beau sourire (j'ai le goût du champagne dans la bouche, par anticipation). Et là, je tombe sur le seul mec désagréable de toute l'équipe, avec mon bol habituel. La carte d'identité française de Chéri ne lui convient pas "on est en Belgique, ici" (mouais, j'avais pas remarqué)... Au bout de 5min devant son guichet, à admirer sa grimace pendant qu'il tape sur son ordi et fait des photocopies, je peux enfin prendre congé, et passer au bureau d'à côté, la douane, où rebelote, j'attends 5min, et...
"Votre nouvelle carte grise et votre plaque vous seront envoyées par la Poste demain". Rhhhhââââââ, c'est la fin !!!!

Conclusion. J'ai attendu la poste toute la matinée, jusqu'à 11h40, où de dépit, je suis allée prendre ma douche. Et, je n'ai pas besoin de dire quand le postier a sonné, pas de bol, hein ! 

Et mon champagne qui s'évapore... 

5 commentaires:

  1. Eh beh, ça m'a l'air d'avoir été assez galère cette histoire ! ils devaient pas être bien lunés dans c'te boite... Mais pas mal le "on est en Belgique ici", ça ne marche pas, c'est quand même une pièce d'identité comme une autre...Tu as de la patience à ce que je vois en tout cas, c'est bien :) Biz biz et à très vite

    Clara

    RépondreSupprimer
  2. ha je connais ça, m'enfin pas la DIV car pas de permis mais j'ai juste envie de pousser un gros PFFFFFFFFFF parce qu'à la mairie c'est pareil, les files d'attente, ou au bureau syndical, et surtout, surtout le facteur !

    RépondreSupprimer
  3. Le facteur, j'étais vraiment furax ! J'ai descendu mes escaliers comme une folle, à moitié à poil et à moitié trempée jusque dans la rue (l'interphone ne marche pas, sinon, ça serait trop facile)... envolé le facteur !

    RépondreSupprimer
  4. C'est quoi cette remarque débile : "On est en Belgique ici"!!! Je te jure, on va avancer avec des personnes pareilles!
    Tu as été patiente, bravo!

    RépondreSupprimer
  5. Peut-être pas drôle à vivre.... mais drôle à lire :=)
    Bizzzzz

    RépondreSupprimer