19 juil. 2017

Défi #1 : une semaine sans ma voiture [slow living]


J'avoue : j'habite en lotissement

Un superbe lotissement, vous voyez, style trou paumé en zone péri-urbaine, remplie de maisons non-mitoyennes, de voitures (2 par ménage s'il vous plaît),  sans aucun service à proximité (magasins, ligne de bus, gare, crèche ou école...).

Bref, tout est fait pour que l'on possède sa propre voiture, pour que chacun amène ses propres gamins à l'école dans sa propre voiture (je pars tous les matins en même temps que ma voisine, et on se retrouve tous les matins devant l'école...), puis que chacun parte bosser dans sa voiture. Normal, quoi, pour des adultes du XXIe siècle que nous sommes !

Et de quoi elle se plaint, la bobo-écolo du coin de la rue, hein ? N'avait qu'à se trouver une maison en plein centre-ville à côté de la gare et de l'école, et pis c'est tout !

Il n'empêche que, si j'étais seule, libre sans enfant (libérée délivrée), je pourrais tout à fait prendre mon vélo et filer à la gare prendre le train. 
Sauf que. La vie fait que l'on a des enfants. Et les enfants, quand on n'en a plus qu'un, ça devient difficile à véhiculer autrement qu'en voiture, lorsque l'école et la crèche se trouve respectivement à 2,5 et 5 km de la maison. 
Faire du covoiturage avec d'autres parents, ça serait super, mais c'est juste impossible avec une voiture normale (pas un minibus donc), parce qu'une fois que j'ai mis les 2 sièges auto à l'arrière, je ne peux plus caser un autre gosse, moi (en plus, je cumule, j'ai pas l'option de désactivation de l'airbag du siège passager avant, la loose).

Bref, on réfléchit en ce moment à une éventuelle suppression de la 2ème voiture. La mienne donc. En gros, je m'en sers pour faire le trajet maison-école-crèche-gare-maison, soit une dizaine de kilomètres par jour. 

J'ai tout bien étudié l'offre en remorques pour enfants à accrocher au vélo, l'offre en vélos électrique, l'offre en biporteurs... Mais avant de décider d'un achat aussi important (surtout en cas de vélo ou biporteur à assistance électrique), je me suis dit qu'un petit test grandeur nature serait le bienvenu, histoire de voir si c'était faisable.

Et nous voilà à l'objet de cet article (enfin !) (bin quoi, c'était une toute petite introduction...) : mon défi de la semaine dernière.

Profitant de l'absence de la grande (en vacances chez ses grands parents), j'ai décidé de laisser ma voiture au garage. Même si j'ai pas de garage. Oui, bon, on se comprend, quoi ! Tout ça pendant 1 semaine.

Ma semaine en quelques mots

J'ai donc pris mon vélo, mis mon fils sur le siège-vélo avec son casque tout beau tout neuf, bravé les éléments (en vrai il a presque fait beau toute la semaine), et j'ai pédalé, pédalé, pédalé. 

Mercredi, on a commencé doucement la semaine sans voiture en allant faire les vaccins de Titom à l'ONE (l'équivalent belge de la PMI), pas très loin de la maison. Bon, il s'est mis à pleuvoir un peu, mais rien d'insurmontable. Note : penser à prendre un K-Way dans mon sac ! Titom était ravi de la balade, il ne voulait plus quitter son casque.
Jeudi, j'en ai chié. Noter qu'en plus de devoir faire 6km aller (c'est plus long quand on veut éviter la nationale à 2 fois 2 voies), il faut monter et descendre dans ce plat pays qui en fait n'est plat qu'en Flandres. 
Vendredi, j'ai mis le plus petit plateau et le plus petit pignon, j'ai mouliné mouliné mouliné et je n'ai rien lâché. En plus j'ai découvert un super petit chemin qui permet de couper la côte affreuse en 2 : youpi !
Samedi, j'ai fait les courses en voiture... avec la voiture de chéri (bin quoi, le but c'est pas de supprimer toutes les voitures, mais une seule) (faut pas charrier non plus).
Dimanche, on a fait une super balade de la mort qui tue en vélo. Le prochain qui me dit que je vis dans le plat pays, je lui fais bouffer ma chaîne de vélo avec les pignons et les plateaux. Non mais...
Lundi, j'en avais plein les pattes de la veille, mais vaillamment, j'ai pris mon vélo, mon fils, mon raccourci et j'ai même pas mouliné. Petite victoire : chéri a décidé de s'y mettre aussi, il est parti bosser à vélo (et il avait 16 km à faire, respect).
Mardi, dernier jour, grand plateau grand pignon, à fond les ballons (comment ça j'exagère ?).

Et alors ? Elle en pense quoi, la madame ?

Et alors je suis super contente d'avoir réussi mon pari, parce que la côte de la mort qui tue, avec 10kg de lest dans le dos, j'étais pas sûre d'y arriver...

Je suis désormais sûre de l'intérêt d'amener mes enfants en vélo à l'école et à la crèche. Reste encore à savoir par quel moyen... 
En septembre, je teste gratuitement (merci la région Wallonne) un vélo électrique pendant 2 semaines. Le loueur de vélo ne veut pas qu'on mette une remorque pour enfant (c'est ballot, c'était justement mon intention), mais je pourrai tester avec le siège-vélo et mon poids-lourd de 10 kg dessus...

Bref, une affaire à suivre !

Et pour finir...

5 bonnes raisons de se mettre au vélo 

1) Le matin, j'arrive au boulot fraiche (bon d'accord, fraiche une fois que je me suis changée, avant je suis juste puante), de bonne humeur, et pleine de peps pour commencer la journée. 
Le soir, le vélo permet de me défouler du boulot, je rentre lessivée, suante, mais quand je vois ma voiture qui n'a pas bougé, je me sens super fière de moi !

2) J'ai vraiment l'impression de ne plus subir ma journée, mais d'agir, de bouger, et de ne pas juste rester assise (dans la voiture, dans le train, au boulot).

3) je fais du sport sans avoir besoin de me lever plus tôt, de me coucher plus tard, ou de sacrifier du temps avec mes enfants... et sans dépenser d'argent dans un abonnement à une salle de sport !

4) mon bilan carbone est positif, j'arrête de polluer avec ma voiture, et de consommer du pétrole pour un trajet que je peux faire sans.
Sur le site energivore.be, j'ai pu calculer les émissions de CO2 de ma voiture, j'ai "économisé" 9'560 g de CO2 cette semaine ! Pas mal pour un début !

5) Titom adore aller à la crèche en vélo, on a toujours plein de choses à voir : des oies, des chèvres, des vaches, des oiseaux, un lièvre dans un champ, des voitures, des coquelicots, des gens qui nous disent bonjour... C'est ça aussi, prendre le temps de vivre, tout simplement...
EnregistrerEnregistrer

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire