9 nov. 2016

Les 6 meilleures façons de perdre la boule quand on a un petit enfant... [faites des gosses qu'ils disaient]

Vous a-t-on dit, jeune maman, qu'une fois que la chair de votre chair serait difficilement expulsée, l'ange de vos jours (ou plutôt le démon de vos nuits, gniark gniark gniark) serait physiquement prêt à vous faire tourner en bourrique 24/24 ?



L'attaque du sommeil perdu

Dès le début, l'Etoile de vos nuits tente l'agression classique mais efficace : l'attaque du sommeil ! Petit à petit, sa stratégie s'établit. Patiemment, il construit son attaque. Dès qu'il voit vos yeux papillonner, vos paupières lourdes, un bâillement discret, OUUUUUUUUUINNNNNNNN !
Jour après jour, heure après heure, il grignote les heures de sommeil que vous aviez chèrement accumulées pendant vos quelques semaines de congé prénatal.
Non content de vous réveiller avec la régularité d'une horloge toutes les 2h37min46s de jour comme de nuit, offrant une totale impossibilité de sommeil prolongé, à moins de disposer d'un château (ou à défaut d'une pièce totalement insonorisée), d'une batterie de nounous, ou d'un mari insomniaque (la nature faisant mal les choses, je ne dispose personnellement d'aucune de ces solutions), l'enfant va encore plus loin. 
En effet, de 18h53 environ à 23h59, tous les jours que dieu fait (même le dimanche... je sais c'est dur), il décide de faire une petite crise d'angoisse existentielle, à base de "que fais-je ?", qui suis-je ?" "où est ma mère ?" "donnez-moi un truc à sucer !" "vite !" "plus vite !" "ah non, ça j'aime pas" "puisque que je vous dis que c'est dégueu ce truc" "j'en veux pas, lâchez moi avec ça" "le sein de ma mèèèèèèère je le veux je l'aurai je l'ai" "gniark gniark je le totote, je le suçote, je le mordille" "OUIIIINNNN finalement c'est pas ça que je veux, remettez moi dans mon endroit chaud et liquide OUIIINNNNNNN"

L'attaque par bouche interposée

Puis le Poupon d'amour en sucre d'orge grandit. Désormais il aime bien attraper des choses. N'importe quoi, pourvu que ça se fourre dans la bouche. N'importe quoi mais en particulier : 
- les cheveux de sa mère (aïe)
- les boucles d'oreille de sa mère (ouille)
- le piercing au nombril de sa mère (ah la vache)
- l'assiette (pleine ai-je besoin de le préciser) de sa mère (ça brûle, la soupe !)
- le couteau qui traînait à côté de la soupe (sueurs froides et cie)
- les personnages Polly Pockets vintage de sa mère pas vintage (chercher ma collection dans son caca, no way !)

L'attaque de la main qui s'ouvre

Mais la Pupille de vos yeux ne se contente pas de manger tout ce qui traîne et n'est pas comestible, rendant sa mère moitié chèvre à sécuriser le périmètre d'un mètre autour de lui, et rêvant de lui coudre une jolie petite camisole de force en lange Aloïs Aloïs (vous savez, celle avec les petites étoiles roses, ça rendrait tellement bien...). 
Ah non, l'enfant apprend vite qu'il a le loisir de rendre sa mère encore plus chèvre... tout simplement en ouvrant la main.

Leçon en 3 temps :
- temps 1 : je repère "oh le joli bibelot"
- temps 2 : je referme la main (et la bouche) dessus "mmmmh, c'est froid c'est bon en bouche"
- temps 3 : j'ouvre la main "oh c'est drôle, Newton, la gravité, les petits morceaux, enfin un peu d'action que diantre !"

Sachez chères mamans que vous n'êtes pas là au bout de vos peines, car le Lapinou en chocolat ne s'en arrêtera pas là. L'enfant ne restera malheureusement pas statique : de plus en plus loin, de plus en plus haut, il vous faudra bientôt sécuriser la maison du sol au plafond !


L'attaque du parler qui tue

Le Petit poulet est un jeune bambin charmant, qui désormais fait entendre des sons, des mots, des phrases, des chansons. Désormais, plus jamais vous n'aurez un mot de calme. Vous vivrez dans le bruit, le blabla continu, le parler qui rend fou. Le silence chez vous ? Fini. Terminé.
- cha ?
- cha, euh pardon, ça, c'est un biberon, mon lapin crétin d'amour.
- bron ?
- oui mon chéri, bi-be-ron.
- bron ?
- bi-be-ron, oui.
- bron ?
- BI-BE-RON je te dis.
- bron papa ?
- oui bron mon chéri. Et moi c'est maman, pas papa.
- bron papa ?
- mmmmh oui, bron...

C'est quand vous ne chercherez ni à comprendre ce qu'il essaie de vous dire, ni à corrigez les quelques mots que vous comprenez que vous serez définitivement perdue. Allez, courage, la fin est lointaine proche (dans 20 ans ça ira mieux).

L'attaque de la saleté propreté

Le Poussin mignon va entrer à l'école. Bientôt. Très bientôt. Malheureusement, Papillon de lumière fait encore ses petites crottes de poussin mignon dans sa couche, malgré ce joli petit ustensile bien pratique qui trône dans la salle de bain (avec une peluche dessus, faut bien que ça serve à quelque chose).
A chaque tentative de votre part de lui expliquer le pourquoi de l'utilité de la chose, il vous oppose un "nan" catégorique.
Très clair, ok.
Vous commencez à stresser. L'enfant portera-t-il des couches encore longtemps ? Toute sa vie ??
Vous commencez donc à retirer une couche, un jour, l'air de rien vas-y que je t'embrouille. Mesdames chères maman, sachez-le : retirer la couche, c'est le plus facile. Par contre, munissez-vous dare-dare de vos meilleures serpillères et éponges. Vous en aurez besoin.
N'hésitez pas à limiter le périmètre de nuisance déplacement du chérubin aux seuls endroits carrelés (pitié mon tapis crème, non non nooooooooon) (non mais quelle idée le tapis crème, me direz-vous ? Totalement kids non friendly... Et je vous répondrai que je n'ai pas toujours eu de gosse à la maison, sinon mon tapis n'aurait pas été acheté crème, mais multicolore tendance kaki-marron-caca !).
Et là, croyez-en mon expérience toute humide fraiche en la matière... Vous. Allez. Vraiment. Devenir. Chèvre. Point.
Vous allez devenir chèvre à force de surveiller votre gosse pour voir si tout va bien.
Vous allez devenir chèvre de lui demander toutes les 20 min s'il veut faire pipi/caca (le minuteur est votre BFF).
Vous allez devenir chèvre quand il vous répondra systématiquement non.
Vous allez devenir chèvre lorsqu'au bout de la 21ème minute (soit 1min après que vous lui avez demandé s'il voulait faire pipi), il vous inondera votre précieux tapis crème.
Vous allez devenir chèvre à force de dégainer l'éponge plus vite que votre ombre.
Vous allez devenir rouge de honte lorsque la Fondance de votre coeur va faire pipi en plein milieu d'une librairie (si si).
Vous allez devenir chèvre lorsque le Chaton en chocolat va faire pipi sur VOTRE siège auto car il a réussi à s'y faufiler au lieu de sortir de la voiture quand vous l'avez détaché.
Vous allez devenir chèvre à force de prononcer les mots "pipi" "caca" "tu es sûr" "tu es vraiment sûr" "oh mince, un accident"...



Croyez-moi, il faut avoir la foi... peace and love.

Et puis quand ça commence presque à aller bien, méfiez-vous du retour de bâton, l'enfant est fourbe taquin, il aime bien vous refaire de petites surprises après un changement dans sa vie (retour de vacances, rentrée à l'école, biscottes au lieu du pain au petit-déj...) ou, à une semaine de la rentrée en maternelle, à cause d'une petite infection urinaire (ça fait mal alors on se retient on se retient jusqu'à plus pouvoir... welcome le tapis crème, il absorbe bien le pipi, ce tapis crème dis donc ! Un achat plus que parfait !).

Le singe qui rend chèvre

Et enfin, last but non least (je crois que je pourrais lister encore bien plus de bonnes raisons de perdre la tête), l'attaque par imitation interposée !
Certainement une période sensible de l'imitation, dirait Madame Montessori.
Elle aurait certainement raison, ce qui n'empêche que cette période est longue, longue, mais looongue...
Quand vous passez le balai et que le Poulet de vos jours trépigne dans votre "bourri" (on est limousin ou on ne l'est pas !) et vous pousse afin de prendre SON balai pour "mettre" le bourri dans sa pelle et dans la poubelle - comprendre : disperser tout et en foutre partout sous ses chaussons.

Là, c'était la 1ère fois, y'avait pas de bourri qui traînait !

Quand vous faites pipi tranquille (vous pensiez avoir une ouverture, le Chérubin-lapin étant absorbé par son activité favorite du moment : ouvrir votre portefeuille et tout sortir en vrac par terre) mais que l'Ange déboule et regarde dans les WC entre vos jambes pour voir ce qui coule (l'apothéose étant certains jours par mois : "couche maman ?", euh comment dire ?) avant de vous pousser complètement en chouinant "ma-ssi ma-ssi" (comprendre "moi aussi maman j'ai d'un coup une envie pressante de faire pipi dans les WC et pas dans le pot, parce que le pot c'est totalement has-been")

Désolée, photo censurée...

Quand vous êtes particulièrement en retard le matin (10 min pour s'habiller et prendre le petit-déj, ça le fait ?) et qu'au moment de prendre la brosse pour peigner votre Petit Cygne sauvage : "nan seul maman". Au moment de lui mettre son pantalon "nan seul maman", au moment de vous peigner "nan, moi maman". L'avantage est que lorsque vous serez vieille et dépendante, vous saurez que la Rose d'amour est capable de prendre soin de vous !

Lorsque vous débarrassez vos courses et que votre Ourson mignon vous aide avec amour. "Noooooon, pas la bouteille en verre !!" Et merdecredi, trop tard... 


Enfin, je vous rassure, je n'ai pas encore ligaturé mes trompes, c'est qu'on arrive à s'en sortir au bout du bout !
Et heureusement qu'on les aime, nos petits Chérubins-chatons-lapin-ourson-en-sucre-d'orge !


Et vous, vos gamins, ils vous font perdre la tête un peu / beaucoup / passionnément / à l'hôpital psychiatrique ?


5 commentaires:

  1. Hôpital psychiatrique lol!! J'en ai tellement.... :-)

    RépondreSupprimer
  2. En ce moment, P'tit bout de 2 ans nous en fait voir de toutes les couleurs : le fameux "Terrible Two" ! Et je languis des jours meilleurs ... car couplé à la naissance de sa p'tite soeur il y a 3 mois = cocktail détonant et épuisant ! ;-(

    RépondreSupprimer
  3. Merciiii !! Ça fait du bien de rire de notre petit quotidien! Qui plus est quand la phase 1 et 2 arrivent en même temps 😁!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh que oui ça fait du bien d'en rire, même si des fois sur le moment, on rigole pas du tout du tout !

      Supprimer