16 nov. 2016

Le syndrome de la page blanche

La page blanche, c'est un truc particulièrement vicieux. A chaque fois que vous avez enfin fini par vous débarrasser de vos mômes, et que vous vous retrouvez tranquillou-pilou devant votre ordinateur, un bon thé fumant d'un côté, un biscuit qui fait plein de miettes sur le clavier de l'autre, PAF ! Trou noir

Plus aucune idée ne vient, vous ne savez pas par quoi commencer votre article, ni même sur quoi écrire. Votre liste d'idées d'articles à rallonge que vous tenez depuis au moins 2 ans vous fait soupirer, pfff, ça pas envie d'en parler, pfff, ça je sais pas comment le tourner, pffff, ça trop compliqué à écrire, trop chiant, pas assez drôle blablabla et reblablabla...

Vous vous souvenez d'avant. Avant quand votre blog était tout neuf tout moche beau, vous aviez une idée et bloop, un flot de mots en découlait, des phrases, des paragraphes, des pages, sans s'arrêter, sans discontinuer... et c'était bon ! Des années plus tard, quand vous relisez vos-articles-votre-vie-votre-oeuvre, vous riez aux bonnes blagues, vous vous sentez émue pour cette "autre" qui n'est autre que vous, vous lisez avec plaisir autant de bonne humeur !

Tandis que si vous lisez les articles les plus récents, vous vous trouvez pesante, ch*ante même, et pourtant, vous savez, vous, qu'en backstage, pour cet article-là, vous avez mis toutes vos tripes, vous l'avez travaillé et retravaillé, écrit puis effacé, puis ré-écrit, puis il a traîné dans les brouillons plusieurs jours avant le déclic du clic : "publier".

Aujourd'hui, j'ai le syndrome de la page blanche. Il me bouffe tous les jours un peu plus, il vide mon esprit, englue mes mots et colle mes articles à la poubelle. Il me percute, il me casse, il me tacle. Il s'insinue en moi et je ne sais plus comment le faire sortir, comment m'en sortir, comment sortir les mots de mes doigts sur le clavier...

Et pourtant... pourtant le soir quand je me couche, les idées sont là, les mots viennent, tournoient, chantent en coeur la mélodie de l'inspiration retrouvée... Je m'endors en me disant : "demain, j'écris cet article"... 

Le lendemain, plus rien.

Et vous, l'inspiration, ça va, ça vient ou vous fourmillez d'idées en permanence ?

2 commentaires:

  1. Idem...pour des articles boulot..j'ai du écrire un paragraphe dans la journée. :-( quand ça veut pas ça veut pas!

    RépondreSupprimer