15 févr. 2016

J'ai testé pour vous : la préparation individuelle à l'accouchement avec une sage-femme [résumé de mes 2 premières séances]

Pour ma 1ère grossesse, je n'ai pu suivre que 2 ou 3 cours de préparation à l'accouchement sur les 8 prévus en France. 
C'est globalement ce qui se passe quand on combine un accouchement 3 semaines et demi en avance + un léger cafouillage au niveau de l'hôpital qui me proposait des RDV pour la préparation à l'accouchement après la date théorique de mon accouchement (ah ah, elle était bien bonne)...

Je vous rassure, même sans avoir suivi les cours, j'ai quand même réussi à accoucher !

Cela dit, pour Numérobis, j'avais envie de mettre toutes les chances de mon côté, et surtout d'approfondir la thématique de la gestion de la douleur.

Du coup, j'ai fait plusieurs types de séances de préparation :
- de l'auto-hypnose,
- du chant prénatal,
- des séances classiques individuelles avec une sage-femme.



C'est de ces séances dont j'ai envie de vous parler aujourd'hui. Pour l'instant, j'en ai suivi 2, la 3ème aura lieu mardi avec le futur papa (et la future grande soeur, qui j'espère sera sage !).

Comment ça se passe concrètement ?

Avec la sage-femme, on s'installe tranquillement sur un bout de canapé, et on papote. Enfin, surtout elle en fait ! Moi j'écoute et je prends des notes pour ne rien oublier de vous dire
On pourrait penser que c'est très théorique et que ça ne servira à rien quand il s'agira du moment d'accoucher, mais je trouve important de savoir, tout simplement. 
Savoir exactement ce qui va se passer dans mon corps pour comprendre, anticiper, et donc gérer le travail et l'accouchement.
Et même en ayant eu un premier enfant, je suis ravie de ces 2 séances que j'ai eues, j'ai appris plein de choses.

La première séance : les étapes de l'accouchement

Durant cette séance, on a évoqué les 3 phases de l'accouchement.
La 1ère s'appelle la phase de latence. Il s'agit des premières contractions, avant que le col ne s'ouvre.
La 2ème phase est la période de travail. Le col s'efface (il se raccourcit en longueur) et se dilate (il s'élargit en largeur pour s'ouvrir jusqu'à 10 cm de diamètre). Chez une "nullipare", il s'efface d'abord, puis se dilate ensuite, alors que chez une "multipare", il fait les 2 en même temps, ce qui explique pourquoi un 2ème accouchement est plus rapide qu'un premier.
La 3ème phase, c'est l'expulsion du bébé.
Ensuite dans un dernier temps, vient l'expulsion du placenta.

Ce que j'en ai retenu

1) On a plutôt tendance à aller trop tôt à l'hôpital que trop tard, alors qu'on est au final beaucoup mieux chez soi pour se détendre. Très très peu de femmes accouchent chez elles ou sur la route...
Donc pas de panique (moi j'ai du boulot à ce sujet car chéri est très stressé à l'idée des 40min de trajet entre la maison et l'hôpital) !
2) La douleur des contractions dépend également de notre degré de fatigue, de notre stress. Forcément, si l'on accouche après une longue journée, on aura moins de résistance à la douleur que s'il a lieu après une bonne nuit de sommeil. Mais bon, ça, on ne décide pas vraiment, n'est-ce pas ?!
3) Pendant la phase de travail, à un moment donné entre 8 et 10 cm de dilatation, va se produire une mini-phase : la phase de désespérance. Il s'agit de quelques minutes où l'on pense qu'on y arrivera pas, qu'on va mourir, etc. C'est normal. C'est forcément à ce moment-là que l'on craque pour la péridurale... Ces quelques minutes doivent être gérées de main de maître par son chéri qui doit juste nous encourager, nous remotiver, nous dire ô combien on est géniale et tout et tout. Au final, cette phase est une bonne chose en soi, elle signifie que la fin est toute proche (je ne dis pas ça pour me rassurer quoi que...).

La deuxième séance : les hormones

Pendant cette séance, nous avons abordé les hormones naturelles sécrétées pendant l'accouchement, à savoir l'ocytocine et l'endorphine.
L'ocytocine est l'hormone qui permet les contractions.
L'endorphine est l'hormone du plaisir, celle qui permet de neutraliser la douleur.
Les deux vont de paire, jamais l'une sans l'autre.
Cependant, lorsqu'on est déclenché, c'est-à-dire qu'on nous injecte de l'ocytocine de synthèse, notre corps n'a pas le temps de produire de l'endorphine. Ce qui explique pourquoi on a beaucoup plus mal lors d'un déclenchement.

L'importance de la détente

Le stress que l'on peut avoir à un moment donné génère de l'adrénaline. Et l'adrénaline cette vilaine-méchante-pas-belle capte notre endorphine.  Voilà pourquoi il est hyper important de se détendre.

Comment se détendre ?
1) la respiration : bien respirer du tout début jusqu'à la toute fin de la contraction (et pas uniquement quand la douleur est forte). Se rappeler que la contraction s'arrête toujours à un moment donné, il faut donc ACCEPTER ce qui va se passer. Si nos extrémités picotent ou fourmillent (bouts des doigts ou des orteils), c'est que l'on est en hyper-ventilation, on respire superficiellement sans oxygéner correctement nos muscles (et notre utérus par la même occasion). Il faut donc se reprendre et penser à respirer profondément.

2) le bain tant que l'on est chez soi (ou si on a une baignoire à disposition à la maternité). Si ce n'est pas possible (perte des eaux par exemple), pensez à se mettre une bouillotte chaude sur le ventre (par exemple une avec des noyaux de cerise, il y a toujours un micro-ondes pour la réchauffer quelque part dans un hôpital, m'a assuré la sage-femme).

3) tamiser la lumière, mettre une musique qui nous plaît ou nous apaise, se faire masser par son chéri...

4) manger des pâtes si l'on a faim (tant que l'on est chez soi !)

5) et le plus important, c'est de déléguer. On ne doit pas commencer la phase de latence en stress parce qu'on n'a pas fini la valise, parce que la grande soeur n'est pas prête à aller chez des amis, etc. Tout doit être prêt et en ordre, on doit être TRANQUILLE. Pour cela, penser à anticiper et à faire des listes pour chéri ou pour les amis qui récupère l'aîné, afin d'avoir l'esprit vide et prêt à se détendre...


Et vous, vous avez suivi quel type de préparation à l'accouchement ? Vous en êtes contentes ?


0 commentaires:

Enregistrer un commentaire