Jamais contente [1] - le constat


C'est peut-être la faute de l'hiver, du l'humidité, de la nuit qui tombe (presque) en plein milieu de la journée, des hormones de grossesse... ou plus simplement de ma faute à moi, mais en ce moment, je ne fais que râler (et avoir des contractions, peut-être que les 2 sont liés, à méditer !).

Je vois la vie en négatif
... je râle sans cesse contre les autres, je m'apitoie sur moi-même, je me "victimise". Et plus le temps passe, plus je me rends compte que tout ça empire, que je deviens le côté Joker de moi-même. 
Bref, je suis chiante !

Le point positif dans tout ça, c'est que j'en ai pris conscience. 
A côtoyer une collègue qui est à peu près du même acabit que moi (et avec laquelle je suis dans la compétition de celle qui va râler le plus fort), je me suis dit un jour "purée, elle s'écoute des fois ? Elle se rend compte de ce qu'elle dit ?". 
En l'occurrence, elle était en train de se plaindre de sa belle-mère qui vient dormir le mardi soir chez elle pour garder son bébé le mercredi (et donc éviter de payer la crèche à plein temps), et en profite pour faire son repassage (mais mal) et le repas du mardi soir (mais y'a du laisser aller, c'est rosbif au lieu de blanquette de veau). 
En l'écoutant, je me suis rendue compte que :
1) elle était vraiment ingrate pour sa belle-mère
2) j'avais de moins en moins envie de discuter avec elle, vu que c'était à chaque fois pour l'entendre se plaindre de sa vie
3) j'étais du même niveau sur certains points (mais pas belle-maman, je l'aime bien, ma BM, moi !)
4) et que par conséquent, les gens devaient en avoir marre eux-aussi de m'entendre râler.

Et puis en déroulant le fil, je me suis aperçue que je voyais ma vie en noir depuis bien longtemps. Que je n'étais jamais satisfaite de l'instant présent. Que je vivais par rapport à des regrets de ma vie passée et aux espoirs de ma vie future. 
Et qu'au final, je n'en profite jamais.

J'ai fait mon introspection
Quand j'étais à Limoges, je me plaignais que chéri était loin. 
Quand je l'ai rejoint en Belgique, je désespérais de trouver un emploi
Quand j'ai trouvé un emploi à Lyon, je pestais contre l'ambiance pourrie et ma chambre d'étudiante. 
Quand chéri m'a rejoint, j'ai eu la nostalgie de Bruxelles et je détestais Lyon. 
Et maintenant que nous sommes mutés en Belgique tous les deux, je ne rêve que d'une chose : rentrer vivre en France...
Bref, je suis hyper chiante !

Je n'ai pas l'habitude de prendre de bonnes résolutions pour le nouvel an
... mais là maintenant tout de suite, j'ai envie de changer. J'ai besoin de changer. De me prendre en main, de prendre ma vie en main et de la regarder d'un autre point de vue, le côté positif :
- chéri et moi avons tous les 2 un boulot non précaire, qui nous permet de vivre sans sacrifices,
- on a une petite chérie d'amour mignonne comme un coeur et on attend un petit garçon pour compléter l'équipe,
- on a des projets d'avenir communs...

Je sais que je ne vais pas changer du tout au tout / du jour au lendemain / d'un coup de baguette magique, que le processus va prendre du temps et se faire petit à petit, mais j'ai vraiment envie de (re)devenir une personne qui se contente de ce qu'elle a dans sa vie et qui en est heureuse. A l'instant présent.

J'en suis venue à l'idée de me lancer un challenge. 
J'ai beaucoup réfléchi ces derniers jours à ce qui me manquait ou me frustrait dans ma vie actuelle.
J'ai noté tout ça dans un cahier, et cherché les solutions que je pouvais mettre en place pour y remédier. 
Il s'agit de petites choses que je peux faire sur une semaine, en prenant disons 1/2h par jour, sans sacrifier de mon temps pour ma famille, ni de mon temps de sommeil.
J'ai appelé ça le défi des petites victoires. 





Commentaires

  1. Se rendre compte de tout ça, c'est déjà super ! (et c'est la voie vers le changement ^^) bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis pas aussi avancée que toi dans la voie vers le changement, mais j'avance petit à petit ! Bisous

      Supprimer
  2. Je suis un peu comme toi: je vis beaucoup par rapport à des regrets du passé et des espoirs de ma vie future. J'en ai pris conscience petit à petit et j'essaie de m'améliorer. Je suis sur la bonne voie, mais il y a encore du chemin ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, pas facile de changer ses mauvaises habitudes de pensées...
      Maintenant que j'ai décidé d'arrêter de râler, je me rends compte du nombre impressionnant de fois où je râle dans une journée... Y'a du boulot !

      Supprimer
  3. Et bien ça m'a l'air d'une très bonne résolution...
    Bonne année Kimie, à toi et à ta petite famille.

    RépondreSupprimer
  4. C'est déjà un grand pas de s'en rendre compte et de se remettre en questions, rares sont les gens qui le font. Je te souhaite d'y arriver :)

    RépondreSupprimer
  5. Je me retrouve un peu dans tes écrits surtout sur le lieu où je vis. J'en suis arrivée à déménager souvent mais surtout changer de région et à chaque fois je ne me sentais pas bien...J'ai compris mon sentiment d'insécurité, j'y travaille et je vais mieux. Courage. Corinne/Pyrouette

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça. Sauf qu'au bout d'un moment, on se rend compte combien c'est fatigant de déménager et de recommencer tout à zéro. Perdre ses amis, ses points de repère, ses habitudes, ses activités, c'est usant. Et pour construire un projet de vie (genre acheter une maison ou faire construire), c'est impossible. Aujourd'hui encore je me demande si c'est vraiment la peine de se lancer là dedans alors qu'on aura peut-être déménagé d'ici 5 ans... J'ai du travail à faire sur moi-même à ce sujet, et surtout le deuil de la vie parfaite, la maison parfaite, le travail parfait etc.

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Organiser la rotation des jouets de Bébé [Montessori-à-ma-sauce]

Céline Alvarez et sa révolution bienveillante

"Elle est dégourdie, cette petite !" [Montessori inside]