Un petit ange s'en est allé...


Hier soir, nous avons appris une bien triste nouvelle. 

Un petit cœur de 10 semaines in utero s'est arrêté de battre. 

Des amis de Chéri, tout heureux de nous annoncer la bonne nouvelle d'un premier enfant, le WE dernier : elle, rayonnante avec son chapeau de paille pour protéger son visage du masque de grossesse. Et lui fier comme un paon de son futur rôle de papa...

Nous avons eu de la peine pour eux, qui avaient attendu cette grossesse plusieurs mois, et qui venaient de l'annoncer à leurs familles et amis.

A la première échographie, celle de la bonne nouvelle, celle où on se serre la main très fort, nous les futurs parents, en regardant l'ébauche du profil de notre bébé, où l'on a le cœur qui déborde de bonheur en entendant un autre battement de cœur... 
 Eux n'ont rien eu de cela. Pas de coeur à écouter. Plus de coeur à écouter...

Dans mon lit, j'ai repensé à une discussion que nous avions eue en début d'année avec eux. Elle me disait que plusieurs de ses connaissances avaient fait des fausses couches, que ce n'était pas aussi rare qu'on pouvait le croire. Mais que les gens n'abordent pas ce sujet, tabou. 
Une discussion en forme de mauvais présage.

J'ai alors repensé à mon tout début de grossesse. 
Par superstition, je n'avais rien voulu dire. Pourtant, quelques jours après avoir vu les 2 traits sur le test de grossesse, nos deux familles étaient réunies. 
Mes parents étaient venus passer quelques jours chez mes beaux-parents, et ils sont tous venus sur notre lieu de vacances.
Beau-papa a même débouché une bouteille de champagne, celle de notre mariage. 
L'occasion était parfaite.
Mais nous n'avons rien dit. 
Je suis allée vider ma flûte de champagne discrètement dans l'évier.
Ce n'était pas l'heure.
Nous n'avions même pas fait la prise de sang. Nous n'avions pas entendu son petit cœur battre.
Même si belle-maman nous l'a un peu reproché, nous avons attendu la 1ère échographie. Même si 3 mois c'est bien long pour un si beau secret, je crois que nous avons fait pour le mieux.
Je ne sais pas si j'aurais eu la force, après un tel bonheur d'annoncer une nouvelle vie, de devoir dire à tous que cette petite vie s'était éteinte.

Hier soir, je suis allée embrasser bien fort mon petit ange, qui dormait comme une bienheureuse dans son berceau.

Hier soir, j'ai eu du mal à m'endormir.

Commentaires

  1. je n'ai personnellement pas pu résister à l'annoncer des le premier mois...bizarrement je n'ai jamais eu peur de perdre mon bébé les premier mois ...je n y ai même pas penser que je pouvais faire une fausse couche ...bref mon petit ange est là et c'est tout ce qui compte ^^
    C'est toujours très triste ce qui arrive à ton amie et on ne sait jamais quoi dire dans ces moments là...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est marrant parce que moi j'avais tout le temps peur qu'il lui arrive quelque chose et que je ne m'en rende pas compte quand j'étais enceinte...

      Supprimer
  2. Comme je te comprends... et comme je comprends la peine de tes amis :( On oublie bien souvent qu'une grossesse ne se passe pas toujours pour le mieux...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et puis on n'a pas forcément envie de penser au pire...

      Supprimer
  3. Ce genre de mauvaises nouvelles fait très mal mais, hélas, cela existe. Deux amies de mes filles ont vécu ce triste et douloureux moments à quelques semaines de leur accouchement. Il faut rester superstitieux toute une vie, je crois..
    Prend bien soin de ta puce et bisous à vous 2

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Quelques semaines avant l'accouchement, c'est affreux, ça...
      Bisous à toi aussi

      Supprimer
  4. Ton article est très touchant.
    Je suis passée par là il y a quelques mois.

    Nous avions annoncés la nouvelle à quelques uns de nos parents proches (ma mère, ses parents, ma marraine, mes amies proches). Nous avons connu le bonheur de voir le petit cœur battre, d'appeler nos parents pour le leur dire quelques heures plus tard. Et puis tout a basculer dans les jours qui ont suivi.

    Nous trainons notre tristesse avec nous depuis ce drame, et certains proches savent pourquoi et nous soutiennent.
    Mais pour ceux qui ne savent pas, le non dit a été extrême dure à vivre parfois. On doit faire bonne figure lorsqu'on nous annonce une heureuse nouvelle ou trouver une réponse aux questions déplacées.

    Finalement, je trouve qu'annoncer ca grossesse, ne changera rien à son issue, mais ca change tout dans les rapports avec nos proches. Dans tous les cas on est gagnant, ils sont heureux pour nous quand tout va bien, mais ils savent nous soutenir ou être discret en cas de cou dur.

    Si j'ai le bonheur de vivre une nouvelle grossesse, je referais pareil.

    Ps: prend soin de tes amis, ils auront besoin de soutien,, et surtout de parler.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'avoue que je n'ose pas les appeler et les inviter à passer, nous qui nageons dans le bonheur avec notre bébé tout neuf... Je ne sais pas trop quoi faire en fait.

      Supprimer
  5. Pour être passés par là, nous connaissons cette fameuse 1ère écho où l'on nous dit "tu verras, c'est la mieux !" pour nous la 1ère fut une catastrophe ... car il n'y avait plus rien à entendre, plus rien à voir, enfin si ... mais pas ce que nous aurions dû voir ...

    Malheureusement c'est fréquent parait-il mais quand ça NOUS arrive on s'en fiche de la fréquence des FC chez les autres ...

    Depuis, une nouvelle grossesse avec un petit garçon qui gigote comme un fou et qui devrait arriver d'ici un petit mois !
    Malheureusement, elle risque de ne pas vivre sa prochaine grossesse très sereinement ... De mon côté, le stress a été présent dés le début et l'est encore.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu m'étonnes que tu sois stressée... Tout s'est bien passé pour moi et je n'étais déjà pas tranquille alors j'imagine quand on a vécu cette expérience...

      Supprimer
  6. Ohh c'est triste, moi qui suis encore enceinte, je n'ai réellement pensé à la fausse couche que lors de mon deuxieme mois lorsque je n'arrivais plus a m'alimenter et que je regrettais presque d'être enceinte, j'ai eu peur que bébé le sente et se laisse partir, mais il sentait qu'au fond je l'aimais et il devait être en bonne santé. Je souhaite beaucoup de courage à votre amie, son chéri , sa famille et ses proches et que leur petit ange repose en paix.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ta petiote était en bonne santé, elle pompait sur tes réserves même si tu ne pouvais pas manger correctement !

      Supprimer
  7. J'ai connu ça, la fameuse 1ère echographie des 12 semaines que tu attends avec bonheur et impatience et au cours de laquelle tu découvres que le coeur ne bat plus. Heureusement nous avions prévu d'annoncer la grossesse après l'écho, cela nous a permis d'épargner nos familles.
    j'espère que tes amis arriveront rapidement à surmonter ce vide.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me souviens de ton récit sur ton blog, c'était tellement triste.

      Supprimer
  8. Je viens de passer par là il y a quelques semaines. Nous avions choisi d'en parler aux proches (parents, frère, sœur, amis proches) à qui nous en parlerions si ça devait "mal tourner". C'était notre choix. Ils ont partagé notre joie de découvrir des jumeaux à l'écho de datation. Puis 3 semaines + tard, 2ème écho et c'est le drame. Les petits cœurs s'étaient arrêtés depuis plusieurs jours...
    Chacun vit les choses à sa manière.
    Je ne m'imaginais pas aller annoncer ma fausse couche à mes parents sans leur avoir dit que j'étais enceinte. Dans ce cas, nous aurions certainement tout gardé pour nous. Il n'y a pas de honte à avoir suite à l'arrêt d'une grossesse. Je ne suis pas responsable et je ne souhaite pas que cela soit tabou. J'ai dû m'absenter 2 jours au travail pour subir une aspiration. Mon employeur a donc été informé de la situation. Il a été touché pour nous. Les gens qui ont su se sont montrés plein d'empathie. Ont essayé de me remonter le moral. Beaucoup de personnes ont vécu cela et comprennent notre tristesse.
    C'est une épreuve dans la vie. Je n'étais pas sereine pour cette grossesse, je le serai encore moi si j'ai le bonheur d'attendre à nouveau un (ou 2) enfant(s).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que si j'avais fait une fausse couche, je n'aurais rien dit à personne dans ma famille mai tu as raison, je n'aurais pas eu non plus de soutien du coup...
      J'espère que ta future grossesse se passera bien.

      Supprimer
  9. Ohg non ce n'est pas rare...j'ai moi-même fait 2 fausse-couches avant d'avoir mon Cromignon. Et malheureusement certaines en font beaucoup...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 2 fausses couches, ça doit être terrible pour le moral...

      Supprimer
  10. j'ai également fait deux fausses-couches....pour la 1ère, nos proches n'étaient pas au courant de la grossesse....mais nous étions tellement mal que nous ne pouvions pas leur cacher notre tristesse. Et je crois que je n'aurais pas pu faire comme si tout allait bien, j'avais besoin de soutien. Donc je me suis retrouvée à annoncer: 'voilà, je suis enceinte, mais le bébé est mort, je vais faire une fausse-couche'.
    La deuxième fois, j'ai tout de suite annoncé que j'étais enceinte, me disant que de toute façon, ça ne changeait rien...
    Courage à ton amie. Effectivement, les fausses-couches sont fréquentes, mais dans la plupart des cas, elles n'empêchent pas un beau bébé dans les mois qui suivent!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Organiser la rotation des jouets de Bébé [Montessori-à-ma-sauce]

Céline Alvarez et sa révolution bienveillante

"Elle est dégourdie, cette petite !" [Montessori inside]