Mon allaitement : le premier mois, entre complications et complicité

La dernière fois, je vous parlais des débuts de l'allaitement à la maternité : tout sauf une partie de plaisir !

Une fois à la maison, tout nous a semblé beaucoup plus naturel et simple...

Au début, elle se réveillait à peu près toutes les 3h à 4h, grognait, on la changeait et je la mettais au sein, en position allongée, que je trouvais la plus facile pour nous deux, car elle me permettait d'avoir deux mains libres pour l'aider à prendre le sein et à la stimuler lorsqu'elle commençait à s'endormir.

Pour la stimuler, j'ai appliqué les très nombreux conseils des puéricultrices de la maternité :
- lui frotter la tête comme si on voulait l'ébouriffer,
- lui masser les pieds,
- exerçer une pression sur la mâchoire inférieure, de la bouche vers les tempes avec mon index,
- lui parler assez fort, l'appeler par son prénom, lui dire qu'il ne faut pas qu'elle s'endorme...

Par contre, j'avais mal.

Surtout sur le sein gauche, celui qui avait une crevasse. Pourtant, pas faute d'y mettre de la lanoline avant et après chaque tétée, d'y mettre un peu de mon lait en fin de tétée, de le laisser "sécher" à l'air libre de temps en temps (je me suis même mise 5 min au soleil un jour !).
Ça n'empirait pas, mais ça ne guérissait pas.

C'est là que j'ai décidé de tirer mon lait sur ce sein et de lui donner au biberon, parce que le tire-lait, au final ne fait pas mal si on n'a pas un vieux tire-lait de merde !

Je tirais, je tirais, mais j'arrivais à peine à suivre vu sa descente au biberon.
Petit coup de blues suite à une réflexion de belle-maman : "peut-être que tu n'as pas assez de lait ?"

En fait, j'ai lu bien après sur le site internet d'une consultante en lactation qu'avec le biberon, le bébé qui a l'habitude du sein "se fait avoir" par la facilité de succion au biberon, et qu'il boit beaucoup plus que pendant la tétée. En effet, pendant la tétée, il lui faut 2-3 voire plus mouvements de succion pour avoir une goulée alors qu'avec le biberon, un mouvement = une goulée... 
Du coup, il faut mettre le biberon sur la position minimum I et faire 3-4 pauses...

Le gros de la crevasse s'est guéri en 1 à 2 jours et j'ai pu enfin lui donner le sein de ce côté-là. Parce que figurez-vous que j'étais presque jalouse quand elle prenait le biberon, parce que ce n'était jamais moi qui lui donnais. Un coup belle-maman, un coup beau-papa, un coup chéri... 

Parce que l'allaitement, c'est notre moment, rien qu'à nous deux

Celui où je peux la toucher doucement, la caresser, lui dire des mots doux, la regarder de tous mes yeux, la coller à moi. Et me sentir la plus heureuse, même si ça fait encore un peu mal...


Tout fonctionnait plutôt pas mal, elle prenait du poids, tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes.

Mais c'était trop beau pour être vrai... l'épisode de l'engorgement

En regardant mes gants de toilette seins dans le miroir, je me suis rendue compte que le sein gauche avait une tache un peu rosée sur un côté et qu'il était dur. Depuis quelques jours, il me faisait mal à cet endroit à chaque fin de tétée. Un engorgement ?

A la PMI, la puéricultrice m'a dit que ce n'était pas trop grave, qu'il fallait que je fasse téter Bébé le plus possible sur ce sein, et si possible en orientant son menton vers l'endroit où j'avais mal. Je me suis donc mise à allaiter Bébé en position de madone et non plus uniquement couchée. Bon, ça se fait aussi finalement...

Avant chaque tétée, je mettais un gant chaud à cet endroit douloureux, pendant la tétée je massais en rond, et en fin de tétée je mettais une poche de glace et je massais encore (le froid, ça fait un bien fou).

Ça a duré un bon moment, presque 2 semaines, avant que je réussisse à me débarrasser de ce point rouge et dur. 

Je crois au final qu'il était dû à mes brassières d'allaitement. Mon sein gauche est tellement énorme que la brassière appuyait à cet endroit, surtout la nuit en dormant.

Depuis, j'ai acheté des soutien-gorge d'allaitement (en les essayant en magasin pour trouver le bonnet exact) et ça va mieux... Je croise les doigts !

En pour finir, la montée de lait bis...

Un jour, elle s'est mis à réclamer plus que toutes les 3h. J'étais un peu perdue, mes repères s'envolaient... La nuit suivante, grosse montée de lait, comme à la maternité, en pire : en me levant à 3h, j'avais inondé de lait le matelas côté gauche. Et en me levant à 6h, j'avais inondé de même le côté droit. Charmant...
D'autant plus que le matin, mon sein droit était tellement tendu qu'elle n'arrivait pas à téter. Elle semblait prendre le sein mais le lâchait 30s plus tard, puis au bout d'un moment, se mettait à pleurer. On a essayé toutes les positions du kama-allaitement : couchée, madone, rugby, la louve, rien n'y faisait. 45min plus tard, j'ai fini par me rendre compte qu'elle n'avait rien mangé du tout, et que mon sein était toujours aussi tendu... De désespoir, j'ai donné le sein gauche qui était en "meilleur état", puis j'ai complètement vidé le sein droit au tire-lait...

J'avoue qu'avec cette montée de lait, je me suis sentie un peu découragée. 

J'avais l'impression qu'à chaque fois que ça allait mieux, il y avait une nouvelle difficulté...
Et puis il faut dire que mes tétons étaient tellement sensibles que pour m'essuyer après la douche, quelle galère pour que la serviette ou une partie de mon corps ne les touche jamais... 
Avec cette poitrine énorme et hypersensible, hors de question de dormir sur le ventre ou même en chien de fusil. 
Bref, je me sentais de nouveau pas à l'aise dans mon corps, comme à la fin de la grossesse. J'en avais un peu marre de ne pas retrouver mon corps et moi-même comme avant.

Mais en même temps, hors de question d'arrêter cet allaitement qui commençait à bien fonctionner (Bébé a pris un kilo tout pile en un mois, pas mal donc !), et ces moments magiques avec mon bébé d'amour...



Commentaires

  1. Et c'était la poussée de croissance des 3 semaines… Il y en a une autre à 6 semaines, je pense qu'on t'a prévenue !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est ce que j'ai pensé. Mais je ne savais pas que j'allais me retaper une montée de lait comme à la maternité !
      Pour celle des 6 semaines, je me demande si je ne suis pas dedans... à suivre !

      Supprimer
  2. Moi par chance...j'avais lu qu'il existait des téterelles ou embouts de sein en silicone, alors quand au bout de seulement 2 jours j'avais le sein en sang malgré les bonnes positions puisque j'étais à la maternité et que l'on m'aidait (j'y suis resté 8jours ndrl), j'ai demandé à mon mari de courir acheter ce petit embout magique et ça m'a sauvé mon allaitement, bébé ne s'énervait plus, moi j'arrêtais de pleurer de douleur à chaque tétée, les sages-femmes m'ont un peu regarder du coin de l'oeil mais on tenu compte du résultat positif sur nous 2!! Après j'avais du coup de l'appréhension quand à ces chères crevasses, alors j'ai décidé de faire tout mon allaitement avec, je vous dit pas le regard de certaines, mais je m'en fichais ... tout c'est très bien passé j'ai allaité 5 mois en tout, ça laisse le même plaisir, et non cela ne diminue pas le lait ou quoi que ce soit!! voilà je voulais partager ;)!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A l'hôpital, ils n'étaient pas non plus très pour, ils disaient que c'était uniquement pour des situations très spécifiques et après consultation avec un conseillère en lactation. Du coup, je n'ai pas tentée, même après quand ma pharmacienne m'en a proposé...

      Supprimer
    2. pourtant, ça aurait été magique pour ne pas avoir le sein en sang ... bon courage pour l'allaitement

      Supprimer
  3. Courage c est super! J ai pas eu de pbs d engorgement. Je pense, mais c est mon avis perso, que tu devrais bien vider tes seins après les tétés. Tu peux le congeler par exemple pour plus tard. Tu peux aussi donner ton lait pour les grands prémas au lactarium. Je l ai fait et ça me faisait sentir vraiment utile. Du coup j avais jamais trop mal au sein car ils étaient bien vidés à au moins toutes les 4H.
    N' écoutes pas les gens qui te disent que tu n as pas assez de lait. Cela peut arriver si tu es malade genre gastro ( j en ai fait 2 avec une grosse baisse de lait). Et ds tous les cas il y a des solutions... En tout la prochaine fois que tu te sens découragée parles en à bibi: je crois que j ai épluché presque toutes les phases ms je m en suis sorti jusqu à ce que mon ogresse m achève...

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Organiser la rotation des jouets de Bébé [Montessori-à-ma-sauce]

Céline Alvarez et sa révolution bienveillante

"Elle est dégourdie, cette petite !" [Montessori inside]