6 mars 2014

Le diabète gestationnel pour les nulles

 
Aujourd’hui, j’avais envie de vous faire un topo un peu clair sur le diabète gestationnel. 

Parce qu’entre le moment où j’ai eu les résultats de ma prise de sang (cf. mon article ici) qui n’étaient pas trop bons (mais pas affreusement mauvais non plus apparemment) et le jour où j’ai eu (enfin) mon premier RDV avec l’endocrinologue, il s’est quand même écoulé plus de 2 semaines

Soit amplement le temps de stresser et de se demander ce qu’il fallait faire. Et donc de psychoter sur les forums docti-truc ou autres aufémini-chose à lire les témoignages des unes et des autres. 

Forcément dans ces cas-là, sur 20 témoignages, tu as 20 conseils différents / 20 versions des faits / 20 régimes variés, et forcément, que des trucs pour te faire peur. Je sais bien que la dernière chose à faire est d’aller traîner sur ces sites, mais vraiment je ne peux juste pas m’en empêcher, c’est affreux ! 

Bref, tout ça pour dire que pour les prochaines « victimes » du diabète, il puisse y avoir une alternative à ces forums via mon article. Qui bien sûr ne remplace en rien ce que votre médecin vous dira… 

Donc le diabète gestationnel, qu’est-ce que c’est ? 

En gros, le corps n’arrive pas à se dépatouiller du sucre que l'on avale (le glucose donc) et qui provient par exemple les fruits, des gâteaux, du pain, des féculents (pâtes, pommes de terre, etc.), les boissons sucrées et tutti quanti.

Normalement, le pancréas fabrique de l’insuline, l’hormone permettant de fabriquer de contrôler le taux de glucose dans le sang et s’il y en a trop, de le stocker dans les cellules musculaires ou dans le foie. 

Dans le cas d’un diabète gestationnel, le processus est bloqué, car certaines hormones produites pendant la grossesse empêchent l’insuline d’agir. En plus, il peut y avoir du gras sur les capteurs des cellules qui empêchent l’insuline de rentrer (mais j’avoue que j’ai compris sur le moment mais que je ne suis plus capable d’expliquer, j’aurais dû prendre des notes !). 

Bref, tout le sucre que l’on a dans le sang qui n’est plus stocké passe tranquillement dans le sang de bébé qui s’en abreuve fort, au risque de : 
 - devenir grand et gros, avec toutes les conséquences sympas qui vont avec : bébé de plus de 4kg à la naissance donc risque de césarienne ou d’accouchement prématuré ; 
- développer un diabète plus tard.

Bien sûr, la mère peut aussi développer du diabète entre autres maladies sympathiques. 

3 façons de « combattre » le diabète gestationnel

1) un rééquilibrage alimentaire, en diminuant le sucre mais aussi le gras 
2) une activité physique comme la marche, la piscine, qui restent compatibles avec la grossesse
3) si les 2 autres méthodes ne suffisent pas pour faire baisser le taux de sucre dans le sang, alors il faut passer aux injections d’insuline… (ce qui n'est pas mon cas)

Du coup, je vais être suivie tous les mois (sauf complications) par une endocrinologue de l’hôpital. J’ai aussi eu un RDV avec un diététicien pour voir ce qui n'allait pas dans mon alimentation (RDV qui n'a pas servi à grand-chose, j'ai eu les mêmes recommandations que celles de l'endocrinologue). 

Pour l’instant et au vu de ma glycémie actuelle, pas de "régime" à strictement parler, mais des recommandations : 

- au petit déjeuner, le pain-beurre va bien, essayer de privilégier le pain complet. Il est possible de manger du fromage blanc ou un yaourt, mais plutôt du 0% (no-way, je préfère ne pas en manger du tout que de m’imposer des produits allégés ou édulcorés plein de cochonneries). Eviter la confiture, limiter le jus de fruit (à la rigueur, préférer un fruit).
- pendant les repas de midi et du soir, toujours manger des légumes avec une petite portion de féculents (100g cuits) ou de pain (environ 15cm de baguette ou 2 tranches de miche de pain toujours complet de préférence), une viande ou un poisson. Après, je peux manger du fromage ou un produit laitier
- J’ai le droit à 2 fruits par jour, à « coller » après les repas de façon préférentielle plutôt que d’en manger en collation tout seul, pour éviter de faire travailler le pancréas trop souvent. 
- en collation justement, on peut manger un produit laitier : du fromage (mais sans pain), un yaourt (perso, il est maison au lait entier), mais il faut éviter de le sucrer (snif mon sirop d’agave). Par contre, on peut mettre dedans des crudités (youhou, c’est la fête, un yaourt au radis, ça me paraît trop cool, j’ai hâte de tester !!). 

Et bien sûr, j’ai quitté l’hôpital avec une prescription pour un lecteur de glycémie. Chouette, je vais pouvoir me piquer 6 fois par jour ! 

Avant de partir, l’infirmière m’a sorti plusieurs modèles de lecteurs et a pris un bon moment pour m’expliquer leur fonctionnement afin que je choisisse mon préféré. 

 Le lecteur de glycémie, comment ça marche ? 

On met une bandelette neuve dans le lecteur. Puis dans le porte-aiguille, on met une aiguille neuve. On amorce le ressort de l’aiguille et la bobinette cherra pour que l’aiguille vienne faire une minuscule piqure dans le doigt. On appuie sur le bouton d’une main avec le doigt qui sera piqué sur l’autre bout du porte-aiguille. En enclenchant le système, l’aiguille fait un aller-retour très rapide (on ne voit même pas la goutte de sang, il faut pousser sur le doigt pour la faire apparaître). On met la goutte de sang sur la bandelette et en 5s, le taux de glycémie apparaît. On jette ensuite la bandelette et l’aiguille dans une poubelle à part (fournie par la pharmacie et qu’il faudra leur rendre une fois pleine). 

Pour ma part, j’ai pris le "Accu Chek Mobile". J’ai trouvé qu’il était plus pratique que les autres car au lieu de devoir mettre une bandelette pour chaque mesure, on met une cartouche de 50 bandelettes. De même, au lieu de se balader avec plusieurs aiguilles, on a un barillet de 6 aiguilles (donc pour moi un barillet par jour). J’ai trouvé le système pas mal, car je me voyais assez mal changer les aiguilles en plein milieu de ma journée de travail et devoir stocker les aiguilles usagées avant de les ramener chez moi le soir. Et enfin, il fonctionne sur pile, contrairement aux autres modèles qui m'ont été présenté, qui devaient être rechargés comme un téléphone (USB ou prise).

Le fonctionnement de mon lecteur de glycémie
J’appréhendais fort l’aiguille mais en fait, déjà on ne la voit pas (elle sort et rentre dans le porte-aiguille très rapidement et avec le système de barillet, on ne la voit jamais) ; et en plus, ça ne fait pas mal du tout, on sent à peine la piqure : il faut vraiment pousser sur le doigt pour faire sortir une goutte de sang. 

Finalement, le plus pénible est de ne pas pouvoir manger complètement ce que l'on veut quand on veut (me mangerais bien une petite gaufre là tout de suite maintenant, par exemple)...

J'espère avoir pu aider d'autres personnes qui sont dans le même cas que moi...

Un autre article intéressant sur le diabète : http://www.afd.asso.fr/diabete/gestationnel

8 commentaires:

  1. Hey bah ma pauvre c'est à pas l'air cool! Ca doit être frustrant de pas pouvoir manger ce qu'on veut! Surtout que la grossesse c'est bien le moment où t'a envie de pouvoir te faire des petits plaisirs culinaire sans trop culpabiliser! Courage!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah ça va encore comme régime, j'ai l'impression que certaines sont bien plus en restriction que moi. Cela dit, c'est vrai qu'il y a des jours, j'aimerais bien me gaver de biscuits bien sucrés !

      Supprimer
  2. Bonsoir,
    Merci pour cette connexion à mon blog. Je vois que la tradition limousine ne se perd pas .
    j'espère que le gâteau aux pruneaux était bon .

    Petite amitiés du limousin

    @+

    RépondreSupprimer
  3. Il est plus cool que le mien de régime. A l'époque j avais le droit à un fruit par jour et une restriction journalière à 1400 calories. J'ai pris 11 kilos, mais seulement deux kilos entre le début du régime et la fin de grossesse, mais ça n'a pas empêcher mon bébé de frôler les 4 kilos pour 53 cms. En même temps avec un mari qui mesure 1.93 m... Les chiens ne font pas des chats comme ont dit.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 1400 calories enceinte ? Mais c'est déjà peu quand on n'est pas enceinte alors là ? Tu as réussi à tenir ?

      Supprimer
  4. Tu m'en bouches un coin en m'apprenant ça ! J'imagine que la situation doit être des plus frustrantes, j'espère que tu t'en sortiras sans trop de difficultés. Bon courage surtout !

    RépondreSupprimer