6 févr. 2014

Savoir tirer un trait


2013 est terminé. 

Qu’en tirer, mis à part un n-ième scandale alimentaire, une baisse catastrophique de Hollande dans les sondages (mais n’importe qui aurait pu le prédire ; de quel bord qu’il soit, le Président finit toujours par décevoir les français, un coup la gauche, un coup la droite et rebelote !) ?

 Mais pour moi, pour mon propre monde égoïstement personnel, quel bilan je dresse de cette année ? 

Une année en demi-teinte, que j’avais finalement hâte de voir se terminer.

Parce qu’elle a mal commencé. Pendant les 6 premiers mois, encore une fois le monde professionnel m’a déçue. Finalement, c’est un peu comme le Président, je ne sais pas pourquoi on se fait des illusions, notre travail finit toujours par être une source de frustration. Quand j’en parle autour de moi, il n’y a pas une seule personne qui se sente épanouie dans son travail. Pas plus tard que la semaine dernière, un stagiaire me disait qu’il ne comprenait pas pourquoi on travaillait autant pour si peu de reconnaissance

Je ne sais pas vous, mais moi, ça me fait peur quand même. Même pas entré dans la vie active, et déjà blasé par le monde du travail… Quant à moi, en presque 6 ans d’expérience professionnelle, j’ai déjà eu 3 expériences plus ou moins décevantes. Et qui en tout cas, ne me font clairement pas rêver pour la suite, et ne me motivent certes pas à tout donner pour mon employeur. Quant à une possible évolution dans ma boîte, je n’en ai franchement pas envie. Qui voudrait pour une augmentation de salaire à peine substantielle, être surchargé de travail, travailler les WE, se taper 4 ou 5 réunions par semaine d’un bout à l’autre de la France (si ce n’est en Europe) et devoir être joignable n’importe quand n’importe où ? 

Mon chef a apparemment une théorie très intéressante sur les femmes dans la boîte.

Qu’il se garde bien de dire sauf à son propre sexe. Soit disant les femmes de notre entreprise qui ne se sentent pas bien dans leur travail partent ou tombent enceintes… 

Il est vrai que depuis mon arrivée il y a presque 2 ans, on peut compter 2 départs et 5 femmes enceintes. Dont 3 en même temps en ce moment. + 1 forte présomption de grossesse (à base de « tu as vu, elle n’a pas bu de vin ?! ») + 1 fort désir de maternité. 

Finalement, ça n’est pas faux.

J’ai 30 ans, mon travail ne me procure pas la satisfaction que j’aurais été en droit d’attendre. Ou du moins que je m’imaginais en droit d’attendre quand je suis arrivée frétillante et dynamique sur le marché du travail il y a 7 ans. 

Ça fait plusieurs années que je repousse l’idée de fonder une famille car « ce n’est pas le moment ». Et bien le bon moment, il faut se le dire une fois pour toutes, mesdames : ce bon moment, il n’arrivera jamais, il n'existe pas, ce bon moment. En vrai, c'est l'arlésienne, jamais il n'y a un moment idéal où notre vie est parfaitement adaptée à l'arrivée d'un nouveau membre dans la famille.

Dans mon cas, vie professionnelle perdue pour perdue, il est grand temps de passer à un autre mode, voir si celui-ci sera plus riche et source de bonheur !

2013, une année en demi-teinte donc.
Un début d’année bien sombre, mais une fin d’année sous le signe de l’apaisement, du bonheur même !

Et une année 2014 qui sera forcément synonyme de changement : le plus grand bouleversement, l'arrivée de bébé prévue pour fin avril, et un (encore) gros déménagement vers la Belgique, d'un appartement vers la Belgique, d'un appartement à une maison, de la ville à la campagne...

 To be continued...
 

8 commentaires:

  1. Le monde du travail me laisse aussi plutôt amère. J'ai l'impression d'être un citron pressé qu'on jette si facilement.
    Je te souhaite que 2014 t'apporte beaucoup d'apaisement. Tu sais déjà dans quelle région tu habiteras en Belgique ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est exactement ça, un citron pressé...
      Oui, on sait (on a déjà dû trouver une crèche en fait), ça sera près de Gembloux...

      Supprimer
    2. Ah, c'est une région sympa ça ! Et puis, tu sera à 45 min de liège ;)

      Supprimer
    3. On pourra se faire une rencontre de blogueuse et de maman devant une bonne gaufre ! :-)

      Supprimer
  2. On parle souvent d'épanouissement dans le travail... mais, de plus en plus, je trouve que c'est plus de l'aliénation qu'autre chose... avec, pour l'instant, un relent de "c'est la crise, vous allez accepter tout et n'importe quoi"... Bon déménagement (avec bb, ça va être chaud...) !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désormais, très très peu de gens travaillent avec une réelle passion (et ceux-là, je les envie !).
      Merci pour le déménagement, oui, ça promet d'être un moment d'anthologie !

      Supprimer
  3. J'espère que tu te sentiras plus épanouie quand tu aura eu ton bébé et que tu aura déménagé en Belgique.
    C'est vrai qu'il n'y a jamais de moment idéal dans la vie. On passe notre temps à attendre ceci ou cela avant de faire certaines choses mais après on peu me regretter! La vie passe trop vite on ne s'en rends pas forcément compte à temps et après c'est trop tard!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me sens déjà plus épanouie aujourd'hui qu'il y a un an... C'est clair qu'il faut arrêter d'attendre et d'attendre, mais ça n'est pas toujours facile de se lancer ! Surtout dans quelque chose qui risque changer sa vie du tout au tout !

      Supprimer