13 janv. 2014

Bienvenue dans le monde merveilleux et féérique des magasins de puériculture - le casse tête poussette


LA Poussette. Celle avec les majuscules qui s'imposent, la seule, l'unique, qui véhiculera notre enfant si merveilleux, charmant, le plus beau des bébés, etc. etc. Bref en un mot, LA Poussette parfaite.

Nous y voilà. Un 1er tour l'air de rien, le cheveu propre, l’œil de pigeon frais et le ventre en avant (histoire d'être à niveau avec celles qui sont prêtes à pondre) dans un magasin de puériculture. 
Histoire de repérer avant le début des soldes les indispensables (ou présumés indispensables) de notre futur quotidien avec notre angélique trésor.

Et forcément, ce qui cristallise notre curiosité et qui trône au milieu du magasin : le stand de poussettes. Il semble y avoir pour tous les goûts, les prix et les couleurs.

Il faut dire que nous avions préparé auparavant notre visite, histoire de ne pas arriver comme des fleurs, les cheveux au vent et la gueule enfariné. Une semaine à étudier les caractéristiques de telle ou telle poussette, à comparer, à regarder les vidéos des fabricants, à s'imprégner de ce nouvel univers parallèle au nôtre... 

Nous nous sentions prêts.

Avec notre papier sur lequel nous avions noté les poussettes qui rassemblaient tous nos critères, nous avons fait le tour du stand. Une fois. Deux fois.

Déception. Si de loin ce dernier semblait vraiment bien achalandé, de près seules 4 ou 5 marques se partagent les lieux : les pas trop chères, les "prohibitivement" chères et les entre-deux. Avec par contre pour chacune d'entre elles des modèles à n'en plus finir, dont la subtilité nous échappe encore. Sachant que forcément, on veut ce qu'il y a de meilleur pour notre bébé-roi-des-bébés et que ce dernier par ailleurs entend tout ce qu'on dit (si si, l'est déjà éveillé, le bougre !) en disant à coups de pieds et de poings utérins "allez les vieux ! Soyez pas radins quand même ! Crachez au bassinet ! Faut que je sois aussi bien installé dans ma Poussette que dans le ventre de maman"...

Bref, nous nous approchons du nec-plus-ultra de la Poussette, bien décidé à ne pas nous laisser impressionner à la fois par bébé-cette-future-terreur et par la technicité de la chose. Après tout, on a vu toutes les démos sur les vidéos pour ouvrir, fermer, clipser le cosy, etc. Facile, hein ? Du moins c'est ce que disaient les vidéos.

Humhum. En vrai, il doit y avoir une formation de plusieurs années pour faire fonctionner ces machins. Impossible d'en fermer une seule ou alors, quand par miracle on y arrivait, impossible de la ré-ouvrir, ce qui est encore plus la honte : l'un à quatre pattres à tirer sur la poignée, l'autre tenant la nacelle et donnant des conseils au premier ! En nage, qu'on était, en nage !!

Bien entendu, la vendeuse parfaitement manucurée, le teint frais et le sourire aux lèvres, elle, elle arrive parfaitement à manipuler n'importe quelle poussette sans se coincer un doigt ou se retrouver à plat-ventre sous la poussette pour comprendre le mécanisme de "déclipsage" du hamac. Grhhhh...

Au final, après 6 magasins en 2 semaines, on a enfin réussi à comprendre le fonctionnement de la chose (enfin, au moins des deux qui restent en compétition), on est presque prêt à passer notre brevet de conducteur de poussettes !

Mais finalement, si on n'avait pas vraiment besoin d'une poussette dans les premiers mois ? Hein ? La poussette, est-ce vraiment un indispensable quand bébé est assez minuscule pour être porté en écharpe ?

Image empruntée sur ce blog, l'article consacré à l'achat de la poussette (ici) m'a bien fait rire par ailleurs !

9 commentaires:

  1. L'écharpe, c''est génial et je m'en suis beaucoup servie, mais la poussette aussi. La nacelle est top pour les longs trajets en voiture (il est recommandé de faire voyager bébé en position allongée les premiers mois) et aussi comme lit d'appoint (toujours les premiers mois, c'est vraiment super pratique !). Et c'est aussi très, très pratique pour faire les courses que tu peux mettre dans le panier sous la poussette ou alors dans des sacs que tu accroches aux poignées du "super véhicule". Enfin, tout ça pour te dire que personnellement je n'ai jamais regretté mon achat (qui coûte plus cher que la chambre de bébé, on est d'accord).
    Mais j'avoue que ça me fait sourire. Les joies d'être parents ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La nacelle, c'est le seul truc dont je suis sure de ne pas vouloir. C'est affreusement encombrant, et surtout, niveau sécurité en voiture, c'est vraiment pas terrible. Mais bon, ça se trouve, on en aura une quand même, vu que les packs trio reviennent souvent moins chers que d'acheter les éléments séparément.

      Supprimer
  2. Indispensable les premiers mois? Bonne question! En tout cas, je déconseille le maxi-cosy. J'ai compris que Wembley n'y était pas à l'aise grâce mais surtout, à cause, des multiples contorsions qu'il faisait pour se mettre dans une position confortable...Si c'était à refaire, je crois que j'achèterais une Quinny parce qu'on peut la redresser au fur et à mesure que bébé grandit. Bref, je te souhaite bien des réjouissances ...

    RépondreSupprimer
  3. La poussette c'est toujours l'achat casse-tête des futurs parents et puis finalement combien l'utilisent plus de 10 fois dans l'année? Je peux te donner quelques conseils (j'ai utilisé la notre quotidiennement pendant 5 ans): commencez par choisir si vous voulez une nacelle ou non (perso je déconseille), ensuite choisissez-là vraiment en fonction de son utilisation (en ville, chemins de campagne,...). Pas la peine de traîner une poussette tout terrain (qui pèse un âne mort) si vous allez vous promener 3 fois dans la campagne ou la forêt (ça paraît évident, mais beaucoup font cette erreur). Si tu penses qu'il faudra souvent la replier, prends-en une qui peut se plier d'une seule main. Si tu dois souvent la transporter en voiture, ou en train, vérifie si elle est compacte, sinon ce n'est pas un critère essentiel. Si tu l'utilises surtout en ville, il faut qu'elle soit légère et facilement maniable. Voilà ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est justement parce qu'on ne sait pas encore quel usage on va en avoir qu'on hésite autant à en acheter une. Au départ, on était plutôt parti sur une poussette légère et peu large pour le métro à Lyon, mais comme on va déménager en Belgique, et a priori plutôt en campagne (mais ça dépend de ce qu'on trouvera comme logement), finalement, on se dit qu'avoir une poussette un peu plus solide serait bien aussi.
      Bref, tout ça pour dire qu'on va sans doute attendre d'avoir trouvé notre futur chez-nous avant de se lancer dans cet achat prise de tête !

      Supprimer
  4. voila !! j'ai acheté une poussette pour bonhommet, je l'ai utilisée un peu plus de 6 mois, dès qu'il a su marcher j'ai arrêté
    mes critères de choix : un dos multi positions, pour qu'il puisse basculer en position dodo quand nécessaire, et la largeur de l'engin pour qu'il puisse passer sans problème les portes du tram !!

    dont coût, 69 euros pour une poussette de semi compétition, je l'ai toujours d'ailleurs, faudrait peut être que je pense à la revendre sur ebay
    de gros bisous !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est aussi pour l'instant nos critères, avec aussi la réversibilité du hamac. Mais comme dit dans le commentaire précédent, à la campagne, peut-être qu'on s'en foutra de la largeur...

      Supprimer
  5. Je me suis cassée la tête pendant 4 mois pour choisir une poussette pour les petits loups que je garde. Et encore je cherchais une poussette double donc ça réduit un peu le choix ! Finalement j'ai opté pour la poussette Carrefour qui est légère et assez maniable, ce qui n'est pas négligeable quand on sait que l'on va ajouter le poids de 2 enfants ! J'ai vu que certaines poussettes pouvaient atteindre le prix de 1000 euros . Je me demande en quoi elles sont faites ces poussettes !

    RépondreSupprimer