Et pourquoi pas moi ?


Globalement, je ne suis pas quelqu'un d'envieux ou de jaloux. 
Globalement.
Cela dit, ça arrive quand même que je crève de jalousie.

Pas pour des fringues ou des produits de beauté. Je me fiche comme de l'an quarante qu'une collègue arrive avec un nouveau sac tous les mois ou des bijoux en veux-tu en voilà (en plus, je déteste changer de sac et je porte toujours les mêmes bijoux) (que celui qui pense que je suis une fille chiante quitte cette page, merci) (nanméo, et pis d'abord, c'est plus facile de porter toujours la même chose, ça évite de réfléchir le matin).

Pas non plus pour des stats de blog, même si je ne peux pas m'empêcher de comparer à chaque fois que l'une ou l'autre crie sa joie d'avoir tant de visites par mois. Tout cet étalage me saoule un peu à vrai dire, j'ai l'impression de me retrouver propulsée dans le grand classement virtuel des blogueuses, celui qui dit qui est "in" et qui est "out". 
Par ailleurs, en ce moment, c'est le grand boom du "tu votes pour moi" au Golden Bordel qui me casse les pieds (voilà, c'est dit !). Ce qui ne m'a pas empêché d'inscrire mon blog, partant du principe de "faites ce que je dis mais pas ce que je fais !".
En fait, si je me suis inscrite, c'est qu'en allant traîner dans la catégorie Lifestyle, j'ai (re)découvert des blogs sympas qui m'intéressent et sortent un peu du "tout-HC". Du coup, j'avais aussi envie d'intéresser potentiellement les chalands par là-bas, c'est une immense blog-roll que ce machin-là, mine de rien ! Et une mine de belles découvertes en perspective ! J'ai pas fini d'y traîner mes guêtres, quoi !

Par contre, là où je crève vraiment de jalousie, où je deviens verte, jaune et bleue, c'est quand j'ai le malheur d'aller sur FB, alors que je suis seule dans un appart vide assise sur une chaise de camping devant une table de camping qui bringuebale de plus en plus quand je tape sur le clavier de l'ordi (vais pas tarder à avoir le mal de mer...).

Oui, je vais sur FB, je regarde les photos des uns et des autres, des amies aux anciennes connaissances, et je me sens encore plus seule, avec un appartement encore plus vide. 

Vide à l'extérieur et à l'intérieur.

Pourquoi n'ai-je pas la même vie de famille ? Pourquoi n'ai-je pas un bébé ? Pourquoi mon mari n'est-il pas là où il devrait être, avec moi, et pas à 750 km d'ici ? Pourquoi sommes-nous de nouveau en plein déménagement, comme si nous étions encore et toujours étudiants ? Pourquoi ne sommes-nous pas posés au même endroit au même moment, avec un bambin piailleur près de nous en train d'essayer de tirer la queue de Minette (ou pas, si possible) ?

Pourquoi ne sommes-nous pas juste normaux, pour une fois ?

Commentaires

  1. Je pourrais te répondre que la normalité telle que tu l'entends peut être parfois bien étouffante, mais je ne suis pas sûre que cela te console beaucoup. Alors je me contente de compatir.

    Bisous ma belle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je me doute qu'avec un enfant, ça ne doit pas toujours être facile, mais en même temps, fonder une famille, c'est aussi en quelque sorte avancer dans sa vie. Moi, j'ai l'impression de faire du sur-place, voire quelquefois de reculer même...

      Supprimer
  2. console-toi en te disant qu'il y a certainement, de part le monde, quelqu'un qui envie ton indépendance et ta liberté (j'pense même qu'il y en a beaucoup qui aimeraient bien que leurs mômes braillards leur lâchent un peu la jupe et ne plus avoir à répondre à la sempiternelle question "qu'est-ce qu'on mange, ce soir ?"....... Va t'acheter une belle table, ça compensera un certain vendredi de congé ;=)

    Bizzzzz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai déjà une belle table, bouuuuuuuhh !!

      Mais tu as raison aussi, je suppose... mais tant que j'ai pas testé, je peux pas savoir, hein ?!

      Supprimer
  3. Déjà, je viens de voter. Ensuite, que te dire ? Que peut-être, il est temps que tu retrouves une petite vie de couple douillette car la solitude commence à te peser un peu en ce début d'automne. Allez, courage et patience, c'est dans 3 semaines si j'ai tout bien suivi. Et puis dis-toi que c'est la vie à notre époque qui veut ça. C'est dur de stabiliser son emploi. Donc rien d'anormal... Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour le vote !
      Ca doit être la déprime saisonnière...

      Supprimer
  4. Bienvenue au club, mari a 1000 km de moi,
    7 déménagements en 10 ans et un nouveau qui arrive. Pas de stabilité what so ever. J'ai finalement conclu que c’était notre 'style', notre destinée.
    Patience...

    RépondreSupprimer
  5. Voté! Bon ça c'était pour faire ma fayotte ^^
    sinon la normalité comme tu l'entend moi elle ne me plait pas, mais j'imagine que ça doit être pesant d'être loin l'un de l'autre comme ça :s

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !
      Elle ne te plaît pas, sûr de vrai ?! ;-)

      Supprimer
  6. Mais tu es normale, c'est juste un passage vers du meilleur... Tu verras...
    Bon j'ai voté pour toi
    Gros bisous, courage

    RépondreSupprimer
  7. Bonsoir,

    Voici le lien d'un blog que j'aime beaucoup et d'un article qui m'a fait réfléchir : http://leverreamoitieplein.over-blog.net/article-ces-choses-qui-comptent-vraiment-et-les-autres-110750983.html

    Ces moments de déprime ne sont pas faciles à gérer, et l'herbe est toujours plus verte... Je connais des mères au foyer qui souhaiteraient passer une journée toute seule, des célibataires qui donneraient n'importe quoi pour ramasser les chaussettes sales d'un homme, des filles en couple qui donneraient n'importe quoi pour ne plus ramasser de chaussettes sales... Et aussi des gens qui font croire aux autres via Fb que leur vie est merveilleuse...

    Ta vie est loin d'être vide ; c'est uniquement que tu as du mal à en voir les bons côtés en ce moment :) Keep smiling !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai lu aussi après avoir écrit mon article. C'est vrai qu'il m'a fait relativiser. Un peu !
      Je sais qu'on n'est jamais content de ce qu'on a, c'est (presque) le principe même de la vie...
      Et FB, passé un temps, c'était affreux, un ramassis de vantardise. Il me semble que ça s'est calmé, chez mes amis en tout cas.

      Supprimer
  8. Je te comprend c'est pas facile de voir les autres avoir la vie que tu aimerais avoir! Je suis dans le même cas que toi.

    Mes copines sont toute mariées ou en couple depuis longtemps et font des bébés. Elles ont une vie professionnelle.

    Et moi, bah j'ai pas de boulot, pas de copines, pas mariée et pas fiancée et loin très loin d'avoir un bébé! Alors c'est pas toujours facile. Mais j'ai un chéri formidable et j'espère que un jour (bientôt) il me demandera de l'épouser.

    Dis toi que ton chéri et toi aller bientôt être réunis, dans la même ville, sous le même toit! Et vous êtes mariés c'est déjà ça! C'est peut là que vous aller rester définitivement?! Et tu lui as déjà parler bébé? En tout cas si tu veux en parler n'hésites pas!

    Gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui oui, on en parle, on réfléchit même sur les prénoms ! hihi !

      Supprimer
  9. J'ai pour principe de dire "la roue tourne" et "la vie se charge de rétablir un certain équilibre (même si elle est parfois injuste)". Parfois c'est difficile, on se demande ce qu'on a fait (ou pas fait) pour mériter ça, ce que les autres ont fait pour avoir "plus de chance". Et puis je me dis qu'on apprend toujours des situations de merde. On apprend sur soi, sur sa capacité à gérer les choses, on se renforce. C'est dur. Mais du coup, on savoure d'autant plus quand le bonheur sonne enfin à notre porte.
    Courage, tiens bon (tiens surtout la table, sinon tu vas vomir sur ton clavier), ça ira mieux demain.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour la table, ça ne risque rien, je n'ai pas de nausées !

      C'est vrai qu'on en tire toujours quelque chose au final (acheter un tournevis pour revisser cette maudite table ?!), mais bon, des fois, on aimerait bien se l'éviter !

      Supprimer
  10. Je ne sais pas trop l'âge que tu as (et ça ne se demande pas), mais tu as peut-être encore un peu de temps devant toi pour te fixer, faire un bébé... Ce que tu as aujourd'hui, même si c'est parfois lourd, c'est une certaine liberté. Profites-en un peu avant de devoir la ranger au placard pour un bout de temps ! Voyage, sors, fais des activités culturelles, prends des cours, déménage encore s'il faut, prends des trains, des avions, rencontre des gens...
    Ok d'accord, ça ne résoudra pas ton besoin de repères, de famille mais dis-toi que tu en profite un maximum pour ne pas regretter ensuite.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense qu'on doit avoir dans le même âge toutes les deux.
      Je sais pour la liberté, j'y pense aussi. Mais bon, bébé quoi ! ;-)

      Supprimer
  11. Coucou! J'ai déjà lu ton article hier et je l'aime pas parce que t'as pas l'air ok ! Tu sais, la solitude, même si t'es solitaire, ça finit toujours par peser (dixit mon frère), vivre dans le dénuement le plus complet, ça va un temps mais si on s'appelle pas Robinsonne, c'est pour quelque chose. Il te manque des trucs, t'es pas bien= logique. Moi, je pense que tu devrais en parler à ton mari, avoir une vraie conversation avec lui et si t'as besoin de te confier, n'hésites pas à m'envoyer un mail, je réponds toujours. bizz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'inquiète, après avoir boudé (gniark gniark), on en a parlé. Ca ne change rien au problème, mais bon.
      Heureusement, la fin est proche.

      Supprimer
  12. Moi, je voudrais juste être heureuse....! Je vais me bagarrer pour mais ces jours-ci les éléments se déchainent contre moi....!
    Prends soin de toi. Pas de normalité, je te souhaite juste la vie que tu souhaites.

    RépondreSupprimer
  13. Tu es sur la voie de la normalité lol.je te donne à peine l année pour doubler tout le monde! Et faut se dire que c est pas la rapidité qui compte mais la façon et aussi de profiter! Même si là t as assez profité!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Organiser la rotation des jouets de Bébé [Montessori-à-ma-sauce]

Céline Alvarez et sa révolution bienveillante

"Elle est dégourdie, cette petite !" [Montessori inside]