Le cas du « non, ça va pas »


Je sais pas vous, mais moi, s’il y a bien une chose qui m’agace, c’est quand on me répond « non » à ma question habituelle du « ça va ? »

Parce que « ça va ? », ça n’est pas vraiment une question en fait. Non, elle n’attend pas de réponse digne d’un divan de psychanalyste, et non, on n’a pas envie d’entendre les états d’âme des uns et des autres quand on vient à peine de les croiser le matin, pas trop frais de notre réveil (trop) matinal et en pleine digestion de notre pain quotidien.

En plus, perso, je suis pas franchement du matin à la base. Alors tout « ça va pas. » qui se situe entre mon lever et mon petit-déj n’appellera certainement aucune compassion de ma part. Un « ça va pas. » entre mon petit-déj et 10h du matin aura droit à un haussement de sourcil, et éventuellement, un « ah ? » si je suis bien lunée (comprendre : si je me suis levée du pied droit et qu’aucune catastrophe digne d’un cataclysme ménager n’a eu lieu, comme une attaque de thé sur T-Shirt neuf, ou un renversage de plante verte sur moquette).

De toute façon, le « ça va ? » n’est qu’une question rhétorique, dont la réponse attendue est « oui » dans tous les cas de figures. Limite, ce n’est même pas une question, mais une sorte de rituel millénaire que l’homme sociable dit à un autre homme sociable pour engager la conversation.
Le vrai « ça va » qui demande si effectivement tu vas bien, parce que tu as une petite mine ce matin, lui, on ne le pose qu’au bout de quelques minutes de discussion, et on le tourne différemment. On ne dira pas à brûle-pourpoint « t’es sûr que ça va ? T’as une tronche de 10 pieds de long ce matin ? » mais plutôt « Alors, quoi de neuf en ce moment, ta femme, tes gosses… ah oui, ton divorce ? ».

Pour ma part, je crois bien que je n’ai jamais répondu « non » à un « ça va ? ». Ca m’arrive de répondre un « bof » entrecoupé d’éternuements, la tronche grosse comme une pastèque et sortant un mouchoir de ma poche toutes les 30s, mais dans ces cas-là, personne à part le docteur n’a l’occasion de me demander si ça va, vu que je suis au fond de mon lit, une poche de glace sur la tête, une bouillotte au pied et un thermomètre dans la bouche (mais non je ne caricature pas, voyons ?!).

Enfin bon, répondre « non » quand tu es malade, fiévreux et que tu n’as pas dormi de la nuit dans ton lit trempé de sueur, ça encore, je peux comprendre.
Mais celui que je n’aime vraiment pas, c’est le « non ça va pas » suivi après questionnement de ma part (« qu’est-ce qui t’arrive ? » = je m’étais levée du bon pied ce matin) du terrible « ah non, rien ».
Ce « ah non, rien » qui suggère que :
1) de toute façon, tu peux pas comprendre
2) de toute façon, tu devrais comprendre
3) et puis de toute façon, c’est de ta faute.

Bref, un « ah non, rien » pris entre les 2 oreilles au moment où je m’apprêtais à avaler la première gorgée de mon thé matinal. Un « ah non rien » qui a annihilé tout l’effet bénéfique du lever du pied droit 5min plus tôt.
Un « ah non rien » suivi d’un grand soupir qui augure d’une journée plus que pourrie, où il faudra subir d’autres « ah non rien » ou équivalents.
Un « ah non rien » prononcé pendant mes vacances et qui à ce titre, n’avait absolument rien de légitime que de me gâcher une journée aussi rare que précieuse.

Un « ah non rien » auquel je n’ai pas répondu. Après tout, moi ça va, mon thé était bon, il faisait soleil et chaleur et j'étais en vacances. Et que vogue la galère !

Commentaires

  1. héhé, au contraire de toi, quand je demande "ça va" à l'autre, j'ai vraiment envie d'entendre sa vraie réponse, sinon bah je ne demande pas parce que je m'en fous mdrrrr !!! c'est marrant le fait qu'on ne le vive pas de la même façon, mais je suis prévenue que je dois te répondre "ça va super bien" le jour où tu me le demanderas mouahahahaha !!! mais on s'attend tellement à entendre "ça va" comme réponse au notre que ça nous dérange bien souvent d'entendre le contraire, pardon si je généralise, je me sens plutot embrouillée aujourd'hui, je suis en train d'écrire un gros article sur mon ras le bol du moment, désolée de ne pas être plus claire, toi pas taper moi mdrrr !!! de gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non mais ça va ! J'ai tout compris !
      En même temps, si j'ai vraiment envie de demander à quelqu'un s'il va bien, je le lui demande, mais pas en première approche, en arrivant le matin au boulot ou juste en se levant.

      Supprimer
  2. Voilà un point sur lequel nous nous opposons. J'ai horreur qu'on me pose la question si ce n'est pas pour écouter la réponse. :D
    Du coup, je réponds jamais, et je le demande jamais. ;-)

    C'est d'ailleurs l'objet d'une moquerie de mon supérieur qui semble ne pas apprécier aussi ce rituel, le "s'lut ç'va"... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Alors que mon "ça va ?" c'est plutôt la suite directe du "bonjour" lancé à la cantonade... Mais je comprends ta position par contre.

      Supprimer
  3. bein a la limite repondre "non" et ensuite le ravaler, je trouve ca absurde, limite auto suffisant.. a moins que le but soit d'attirer l'attention... et la je trouve ca ridibitoire!
    Bises!
    Pomme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Idem. Quite à dire non, autant développer... sinon, c'est juste pour mettre mal à l'aise l'autre.

      Supprimer
  4. il faudrait qu'on en trouve une autre de formule!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as raison, qu'est-ce qu'on va pouvoir inventer ??!

      Supprimer
  5. Parfois il m'arrive de répondre "non", mais dans ce cas-là c'est généralement suivi "mais on s'en fout, on est là pour boire de l'alcool et danser jusqu'au bout de la nuit, raconte moi un truc drôle plutôt" et on passe direct aux choses sérieuses :p

    RépondreSupprimer
  6. Moi, ça dépend. Des fois, c'est juste une formalité, et des fois je le pense vraiment. (Et dans ce cas-là, je suis très frustrée si on me répond un banal oui, surtout quand je vois bien que non, ça va pas.)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui mais en même temps, je trouve que c'est aussi un "oui" de politesse, genre "je vais pas t'ennuyer avec mes emmerdes"... après, si j'ai vraiment envie de savoir, je questionne la personne.

      Supprimer
    2. C'est vrai, il faut aussi respecter le fait que, parfois, les gens n'ont pas envie d'en parler... Pff, c'est d'un compliqué ! ^^

      Supprimer
  7. Tiens c'est ce que je fais au gens qui me saoule le matin ^^
    En fait moi je demande le fameux "ça va?" à partir de 12h, soit quand j'ai enfin émerger, et toute personne qui me le demande avant 12h(notons que s'ils me connaissent il ne demande pas!) à le droit à un "humpf!"
    ensuite si c'est quelqu'un que j'aime pas...genre ma responsable je prend un malin plaisir à dire "non ca va pas, mais j'ai pas envie d'en parler" hahahahahaha ^^
    Et sinon tu va bien? ;)

    RépondreSupprimer
  8. Effectivement une question qui normalement n'appelle aucune réponse... Mais bon il y a certaines personnes qui aiment s'épancher
    Gros bisous Kimie

    RépondreSupprimer
  9. Ce rituel, je le trouve absurde. A quoi bon dire "ça va ?" si on n'attend pas la réponse (comme beaucoup de gens font) ou si on ne veut pas entendre quelqu'un répondre par la négative. Autant se contenter de dire "Bonjour", non ? :)
    Je peux comprendre que tu le vois comme une formule de politesse, une réponse à un bonjour mais comme tu le constates, je ne partage pas ton avis^^

    J'apprécie les personnes qui attendent ma réponse et qui m'écoutent vraiment. même si la plupart du temps j'aimerais qu'on ne me pose pas la question.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends ton point de vue. Après, quand je peux, j'évite de la poser, je dis juste bonjour... mais c'est presque impoli, non, le bonjour seul et sec ?

      Supprimer
  10. Moi je suis assez radicale, JE NE SUPPORTE PAS que l'on me dise "ça va ?". Parce que ça me gonfle, ça ne regarde que moi après tout. D'ici peu je vais d'ailleurs le balancer à un collègue qui use du "ça va" à chaque fois qu'il te croise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hihi, mieux vaut ne pas te croiser de bon matin alors !

      Supprimer
  11. Du tout tu m'as inspiré un petit billet, j'ai donné le lien vers ton chouette article :)
    Bon samedi !

    RépondreSupprimer
  12. Je suis comme toi!
    La pire que j'ai eu c'est une collègue, vendredi, qui s'est lamentée pendant 20 bonnes minutes et qui a fini par me lancer un "et toi, ça va?". Moi, naïve, j'ai cru qu'une vraie discussion avait débuté. J'ai donc répondu un "mouais bof. en ce moment, c'est un peu dur." qui m'a valu en réponse une magnifique phrase: "nan mais en fait, j'ai pas envie d'entendre ce qui ne va pas! n'en dit pas plus!"
    Je crois que je n'ai jamais autant eu envie de baffer cette fille!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Aïe, c'est moche ça c'est même le pire du pire !

      Supprimer
  13. Arf, ben moi ça m'agace bien qu'on pose une question quand on ne veut pas entendre la réponse. A croire qu'on a traversé la manche pour chiper le how do you do qui est vraiment une forme de politesse pour le coup.
    Pour ma part, la plupart du temps je ne réponds pas oui, surtout si ça ne va pas, j'ai pas envie de mentir. Donc je ne réponds pas du tout, je dis "et toi". Et ça m'énerve, autant se contenter de dire bonjour, quoi !!
    Surtout que de temps en temps, y'a quand même des gens qui demandent ça va pour vraiment savoir si ça va.
    Bref :)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Organiser la rotation des jouets de Bébé [Montessori-à-ma-sauce]

Céline Alvarez et sa révolution bienveillante

"Elle est dégourdie, cette petite !" [Montessori inside]