12 sept. 2012

J’veux pas y aller, chuis fatigué…


 … elles ne m’en voudront pas, mes dents toutes cariées !

Franchement, la relation des hommes avec leur dentiste est quelque chose qui m’épatera toujours.

J’avoue que je ne suis pas toujours fringante lorsque je me pointe à mon rendez-vous hebdomadaire et que je passe la demi-heure suivante les dents en l’air, à commenter d’un « aaahhh » ou d’un « aahhaaann » les digressions de mon dentiste sur les performances de l’équipe de France, les derniers exploits des politiques français, ou le temps exceptionnellement automnal en début d'été mais franchement caniculaire en août. Mais  quand même, j’y vais. Je prends mon courage à deux mains, une porte, l’ascenseur et une autre porte (mon dentiste crèche un étage au dessus de mon bureau), et j’y vais.

Non mais parce que vivre avec un cratère au milieu de ma bouche, ou une carie sous dent, c’est pas vraiment mon tripe. Et qu’en plus, je vis avec l’adage maternelle que « la peur n’évite pas le danger » et 2 sous de bon sens qui disent que « si j’attends, ça va me faire encore plus mal ». Et honnêtement, j’aime pas trop avoir bobo aux dents, petite douillette que je suis.

Bref, du coup, j’ai vraiment du mal à comprendre le rapport entre les hommes et le dentiste. Et quand je parle des hommes, ce n’est pas que du mien. J’en ai une petite sélection de 25 à 50 ans sous la main dont j’ai assez envie de vous parler :

Le mec de 25 ans :
Il a été chez le dentiste jusqu’à la fin de sa vie chez papa-maman. Normal, c’est maman qui prenait (de force) les rendez-vous et qui emmenait l’ado rebelle directement de sa chambre au cabinet dentaire.
Depuis, il a trouvé du travail.
Et oh c’est bête, depuis, comme par magie, il n’a plus le temps d’y aller.
Et puis il n’en a pas vraiment besoin… la dernière fois qu’il a fait sa visite annuelle ne remonte qu’à… 3-4 ans seulement !

Le mec de 30 ans :
Dans la continuité directe de l’homme de 25 ans, il a travaillé d’arrache-pieds encore 5 ans de plus, et ces années se sont passées par miracle si rapidement que pris dans le tourbillon de sa vie, le dentiste n’a pu s’insérer entre un MacDo et un voyage au Pérou. Ca fait 3 semaines qu’il a super mal aux dents mais il n’a vraiment pas le temps de prendre un rendez-vous. Il n’y pense que la nuit, entre 2 Doliprane. Trop tard !
Et puis il a le temps, ça ne fait que 10 ans qu’il a eu sa dernière visite !

Le mec de 35 ans :
L’homme de 35 ans a changé du tout au tout sa vision des choses : il a échangé son travail éreintant contre une vie de famille tout aussi pénible. Désormais, il a une épouse à contenter, un bébé braillard à amuser, 2 autres gamins à amener à l’école, et une tondeuse à passer en sortant du taf.
Bref, il n’a pas le temps.
Par contre, contrairement aux mecs de 25 et 30 ans, il est complètement conscient que ses dents sont pourries. Cela dit, il ne voit pas de solutions à court-terme, à part la jolie phrase qu’il sort de temps en temps : « bah oui, faudrait que j’y aille… ».

Le mec de 50 ans :
Il a fait sa vie, son taf et ses gosses. Il est tranquille. Il évite de sourire quand on le prend en photo,  n’ouvre la bouche qu’au minimum, et se gave de bonbons « haleine fraiche ».
Et puis un jour, alors qu'il dîne tranquillement avec sa petite femme d’un artichaut vinaigrette, il attrape son morceau d’artichaut, le trempe dans la vinaigrette, le met dans sa bouche et entre ses dents, tire pour en extraire la chair. Et une incisive de devant au passage.
Le lendemain, sa femme aura pris un rendez-vous en urgence chez le dentiste, où il passera les prochaines semaines pendant 6 mois à se faire refaire sa dentition, de droite à gauche et de haut en bas.
Avec un dentiste qui le surnommera définitivement « son meilleur client » et qui rigolera comme une baleine à chaque fois que sa femme ira le consulter, morte de honte conjugale, en disant que de toute sa carrière, il n’a jamais vu une dentition pareille : « Et pourtant, votre mari, il n’est pas douillet ! ».

Bref, l’homme et le dentiste, une grande histoire d’amour refoulée !

6 commentaires:

  1. çoui bein heu?..... y a pas que les hommes hein... y a les pommes aussi!!!!
    quoique là h'en ai trouvé un bon, qui m'anesthesie pour un rien... et qui me fait pas mal.... enfin presque pas mal....
    bises!
    Pomme

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es tombée sur la perle rare, je t'envierais presque !

      Supprimer
  2. Je n'ai jamais remarqué, chez moi ils y vont facilement
    Bisous ma belle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. T'as bien de la chance alors, le mien, faut que je le pousse au c*l !

      Supprimer
  3. Je te rejoins entièrement. Je suis phobique du dentiste mais j'y vais. Par contre, El Chorizo, pour un simple détartrage, c'est une sacrée aventure....!!! Ah ah ah les p'tits flippés. Et encore ils n'ont pas gynéco, eux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. M'en parle pas... d'ailleurs, va falloir que je me bouge le derrière pour en trouver un, de gynéco... pfff

      Supprimer