23 août 2012

Les greffés de l’oreillette

Je suis sure que vous en croisez tous au moins une dizaine tous les jours. Ca se trouve, vous en faites même partie : la caste des greffés de l’oreillette !

Ceux qui se baladent toute la journée avec leur téléphone-blackberry-MP3-appareil-photo relié à l’une de leurs oreilles par un lien qui semble de l’ordre du cordon ombilical !

A l’heure où je vous écris, je suis dans le train. Tout à l’heure, j’ai croisé un mec qui sortait des WC avec son écouteur. Nan mais quand même ?! Il écoutait de la musique aux chiottes !! Trop dur d’appuyer sur le bouton « stop » et de décoller son écouteur de ses oreilles ?!

J’imagine le même type se levant le matin avec la trace de son cordon sur la joue car il aura dormi avec, aller prendre sa douche avec (il aura acheté la version étanche, of course), puis son café dans un bar au coin de la rue où le serveur lui aura parlé en langage des signes, vu qu’avec ses écouteurs, il est complètement autiste du monde externe, puis toute la journée il aura travaillé sans parler avec ses collègues, et sans même souhaiter entendre les discussions desdits collègues… Dans 1 an, le type ne saura plus reconnaître le chant d’un oiseau ni le bruit de sa propre voix !

Mais le pire d’entre eux, ce sont ceux qui écoutent tellement fort la musique qu’ils t’en font également profiter. J’avoue : en plus d’être légèrement agacée, j’ai surtout pitié pour eux. Dans quelques décennies, c’est certain, ils auront des problèmes d’acouphènes et finiront complètement sourds…

Et puis franchement, c’est quoi cette tendance sociétale de se couper complètement du monde extérieur ? Comme si en n’entendant plus rien, on se fermait aux autres, on entrait dans sa propre bulle.

Des fois, on vit des moments magiques, juste en laissant traîner ses oreilles à droite à gauche.

Rien qu’en faisant mon footing, si je mettais de la musique braillante dans mes oreilles, je ne surprendrais pas les écureuils qui font frissonner les feuilles des arbres en voltigeant par dessus (et surtout, je risquerais de me faire écraser si je n’entendais pas les voitures ! Ou les vélos humhum)…

Si je mettais de la musique quand je suis dans le train (certes, je serais bien tranquilles des fois, notamment quand j’ai un sans-gêne de la pire espèce sur le fauteuil voisin) mais je ne profiterais pas de petits moments de vie entre une mère et ses enfants qui font un petit bac ensemble, ou le léger glissement des pages d’un livre qui se tournent et le soupir du livre terminé.

Oui, bon je sais : moi aussi je suis complètement autiste… mais de la musique qui hurle dans mes oreilles ! 

Photo issue de ce site (ironie ?!)

12 commentaires:

  1. Ah moi je suis très branchée musique, surtout dans le train ! Jusqu'à la fac, je trimballais mon baladeur partout, à pied, dans les transports en commun, c'était ma bulle, mon espace dans la jungle urbaine... Mais ça ne m'a jamais empêché de regarder autour de moi et d'observer les gens. J'aime faire les deux :)

    Bisous
    Isa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je suis incapable de faire les 2 en même temps pour ma part, j'ai l'impression d'avoir le film sans le son ! Cela dit, des fois, j'aimerais n'avoir ni le film, ni surtout le son !!

      Supprimer
  2. Commentaire de P'tit Baton, que j'ai incidemment supprimé avant publication :

    Moi j'ai souvent un écouteur dans une oreille mais pas dans l'autre, notamment dans le train ;)
    Après quand je fais du sport pas vraiment sinon j'arrive pas à penser mdr j'ai besoin d'être au calme pour laisser vagabonder mon esprit, pour les rares fois ou j'ai les deux écouteurs c'est à bas volume pour entendre ce qui se passe autour !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, ça m'arrive aussi de mettre le son assez bas pour entendre ce qui se passe !

      Supprimer
  3. Je suis assez d'accord avec toi. Bon, j'ai parfois mes écouteurs bien vissés dans mes oreilles, hein, mais ça dépend vraiment du contexte. Parfois, ça a quand même du bon de se couper du monde extérieur!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est sûr que des fois, dans le train, je me maudis de ne jamais penser à prendre le MP3 de chéri !

      Supprimer
  4. je mets mon casque dans le train pour être tranquille pour lire (c'est le seul endroit où j'arrive à lire et écouter de la musique en même temps) et puis je suis branchée au casque toute la journée au boulot parce que la radio de ma collègue est juste insupportable. mais jamais je ne suis coupée de l'extérieur, j'entends tout ce qui se dit en dehors de mon casque.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je compatis pour ton boulot, c'est super pénible quand on ne peut pas travailler en paix...

      Supprimer
  5. Je pense que tu as raison lorsque tu parles de "se couper du monde". C'est devenu tellement banal de se fermer, de ne plus être disponible pour les autres. C'est tellement symptomatique que le casque est (re)devenu un accessoire de mode !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. ... et un accessoire indispensable d'ailleurs !

      Supprimer
  6. que nenni ! si c'était si indispensable que ça, j'en aurais un, non ? il y a contradiction entre le fait de se couper du monde et d'être en même temps joignable à tout instant (mobile oblige).
    Autre chose, on se sent un peu ridicule dans une allée de supermarché quand vous croyez qu'une personne vous parle alors qu'en fait, elle a son oreillette et en est en conversation téléphonique... Je la (le) regarde, toujours prête à indiquer où se trouve le bon rayon, à donner l'heure, etc... et non, c'est pas à moi qu'on parle (mdr).

    bisouiles

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est clair ! Des fois, j'ai l'impression d'être suivie par un fou qui parle tout seul. Alors je ralentis et... c'était un greffé de l'oreillette !!

      Supprimer