14 août 2012

Des vacances … malgré moi !

Aujourd'hui, une invitée très spéciale : elle est capable de parler de tout (cf. ses articles sur les 7 péchés capitaux, notamment celui où elle a réussi l'exploit de caser une tripotée de mots aussi improbables les uns que les autres, issus des cerveaux tordus d'une bande de vicieuses blogueuses (et j'en fais partie !)... En direct et en exclusivité sur mon blog, place à Caramel Mou !


Quelqu’un m’a dit un jour : Caramel Mou, j’ai l’impression que tu as des fleurs dans la tête. Si tout le monde pensait comme toi, il n’y aurait plus de guerres dans le monde. Pourquoi ? Parce qu’on dit de moi que je suis cool. On dit de moi que je suis peace. On dit de moi que je suis free. On dit de moi que je suis facile à vivre. On dit de moi que je suis de bonne composition. On dit de moi que je suis toujours motivée. Bref, on dit de moi que je suis deux de tension. Enfin, ça c’est dans  la vie de tous les jours car voyez-vous, quand je suis en vacances, ma tension tombe à zéro et en parfait petit mouton de Panurge, je me laisse porter par les gens le vent. Je fais le minimum syndical. En d’autres termes, je fais l’effort de ranger mon sac et de monter dans le bus. L’année dernière … j’aurai du rester à quai.  
Avril 2011 - Bogotá - Appartement des filles 

Les filles : C’est chouette. Nous avons dix jours de vacances. Et si nous en profitions pour voir du pays ? Nous avons pensé à la Guajira, dans le Nord du pays. C’est une région très touristique. Tu en penses quoi ?
Moi : j’en pense que c’est un très bon choix (traduction : je ne sais pas où c’est mais je vous fais confiance).
Les filles : tu penseras à regarder le guide ? Demain, on se réunit pour constituer l’itinéraire.
Moi : oui, oui (traduction : c’est cela oui).
Les filles : alors nous pensons commencer par ici, puis aller là- bas en passant par ici, peut-être dormir ici et si nous avons le temps, éventuellement visiter ce charmant petit village typique de la région. Caramel Mou ? Des suggestions ? Tu as regardé le guide ? Tu en penses quoi ?
Moi : hein ? Heu … J’en pense que c’est un choix très judicieux. J’approuve tout et je suis d’accord sur tout et puis ce petit village typique … Comment il s’appelait déjà ? Ah oui, c’est ça. Il m’a l’air très intéressant, très … typique (traduction : j’ai eu la flemme d’ouvrir le guide, je ne sais pas de quoi vous parlez et puis de toute façon, je continue à vous faire confiance => ERREUR FATALE).  Si j’avais su …
Macintosh HD:Users:user:Desktop:sheep_ride_by_pyromaniac-d2ydk5p.png

J’ai naïvement cru que nous allions nous reposer et nous dorer la pilule au soleil en buvant des mojitos et des piña colada (je rappelle que l’abus d’alcool est dangereux pour la santé). En réalité, tout ne s’est pas déroulé comme je l’avais prévu (en même temps, ce n’était pas difficile dans la mesure où je n’avais pas prévu grand chose).  Car voyez-vous :
  •  Je me suis tuée à la tâche en partant à la découverte du Parc National de Tayrona, 37 000 ha, des paysages sublimes et des plages paradisiaques. Le problème ? Les longues distances à parcourir pour se rendre d’un point à un autre du parc. A pied évidemment. Les longues ballades en forêt et Caramel Mou ne sont pas compatibles, surtout quand il a plu la veille, que les chemins sont boueux, que vous devez marcher deux heures, que vous avez un sac à dos qui pèse une tonne et que vous êtes en compagnie des buzz l’Eclair de la marche. On peut s’arrêter cinq minutes ?  Je suis fatiguéééééée. Non, non, non, il faut qu’on arrive avant la nuit. Pfouuuuu. Bon dès qu’on arrive, on mange. J’ai faim pour la peine. Sauf que comme précisé dans le guide que j’ai lu bien après : le resto est populaire, pas trop cher, mais il n’est pas très bon non plus (...) Cela relève de l’aventure culinaire. Ah oui, effectivement …
  •  J’ai mal dormi. Après les vacances sous la tente, les vacances dans un hamac. Au début, on est tout excité. Oh la la la la, l’expérience de folie. J’en aurai des choses à raconter. Et puis dix jours plus tard, on se lasse, on a mal au dos et on rêve d’un bon lit moelleux. Ceux du Parc de Tayrona étaient assez exceptionnels : ils tenaient à peu près dans vingt mètres carrés tout en étant alignés en rang d’oignons. C’était ludique. Dès qu’il y en avait un qui bougeait, il cognait son voisin qui à son tour cognait son voisin qui à sont tour … Bref, je vous laisse imaginer l’effet boule de neige. Par ailleurs, je n’avais pas prévu que les nuits seraient fraîches froides et je n’étais pas équipée en couverture alors système D oblige, j’ai utilisé ma serviette … humide la plupart du temps (#jaievitelabronchitedejustesse).
Macintosh HD:Users:user:Desktop:230020_10150246007217359_5646986_n.jpeg
Un hamac parmi tant d’autres
  • En plus d’avoir mal dormi, j’ai été réveillée en fanfare.  Au Parc de Tayrona, il y avait ce coq et cet âne que j’ai surnommé la Brute et le Truand, le Bon c’était moi (4h00 à 6h00 Am). A Cabo de la Vela, il y avait ces voitures tunées à haut parleur qui diffusaient de la musique (8h00 Am). Apparemment, c’est très TYPIQUE du coin. A Camarones, il y avait cette dame désagréable (8h00 Am) : (pousse, pousse, pousse le hamac), on se lève, on se lève. Mais pourquoi ? Je dois enlever le hamac ? Pourquoi ? Je dois faire le ménage. Hein ?!!!  … [Censuré].
  •  Et le summum, c’est que dans les ¾ des endroits (à l’exception faite des grandes villes) où nous sommes passés, il n’y avait pas d’eau courante. Comment faisait-on pour se laver ? Bassine et système D. Ha, ha, ha, trop marrant, je vais appeler machine pour lui raconter mes aventures. Heu, non, ça ne va pas être possible. Pourquoi ? Parce qu’il n’y a pas de réseau, on ne capte pas ici. Sigh. Bon, je vais écouter un peu de Bob Marley histoire de me détendre. Où puis-je recharger mon Iphone ? Hmmm, comment vous dire il n’y a pas d’électricité non plus […]. Heu, les filles, pourquoi ne m’a-t-on pas prévenue avant ? Mais c’était marqué dans le guide. Ce moment gênant où tu te rends compte que c’était effectivement marqué dans le guide : (…) un village d’environ 1500 habitants ; il n’y a pas d’électricité. Ni d’eau courante.  Ah oui, effectivement …
Soyons honnête, j’ai tout de même passé de bons moments mais vous connaissez le syndrome du ver dans la pomme ou du caillou dans la chaussure ? Je ne suis pas Paris Hilton mais j’ai besoin d’un minimum de confort. Je trouve d’ailleurs scandaleux que les populations locales soient privées de ressources aussi indispensables que l’eau courante et l’électricité.  Que fait l’état ?! Depuis ce séjour, je suis beaucoup plus organisée, j’ai toujours un avis et surtout mon guide a changé de statut : c’est devenu mon meilleur ami. Dernière chose, j’ai perdu toutes mes illusions : Koh Lanta n’est pas fait pour moi.

Et vous, des vacances pénibles insolites ?

PS : je remercie Kimie de m’avoir si gentiment permis de dégouliner sur son blog. Jeune Hellocoton’ienne, Mots-Et-Emaux fait partie de mes premières belles découvertes. Sniff (mouche, mouche). Je suis un Caramel Mou heureux. 

Snif snif, j'en pleurerais presque... d'émotion d'avoir réussi à éviter d'écrire un article de plus juste avant de partir en vacances ! ;-) 
Meuh non, je rigole ! Sans rire, je suis touchée que le Bâtonnet et toi ayez pris le temps d'écrire un article spécialement pour moi...
Alors merci à toi surtout ! 
Et n'hésitez pas les filles (et les garçons, qui sait qui lit mon blog ?), c'est par ici que ça se passe !

2 commentaires:

  1. Dormir dans un hamac, bon pour les marins ça...
    Tu m'as fait rire, bien que cela ne soit pas drôle
    Bisous ma belle

    RépondreSupprimer