6 juil. 2012

Me, myself & I - Le journal



Je tiens un journal, depuis que j'ai 8 ans. Intitulé sobrement "Mon journal intime", il se compose d'une petite dizaine de tomes. Tous des cahiers petit format grands carreaux ("seyes" pour les belges qui me lisent ; remember), avec une couverture rigide. A l'intérieur, j'écris au crayon à papier, rien d'autre, en commençant par la date.

Je suis plus ou moins assidue, suivant les périodes de ma vie. Soit j'écris frénétiquement tous les jours une  tartine en passant en revue ma journée de façon plus que détaillée, de l'heure de mon lever à mon poids, soit je n'écris rien pendant 6 mois, 1 an, et après, je dois "rattraper le coup" en racontant en gros ce qui m'est arrivé pendant tout ce temps – ce qui en général me décourage d'avance, et me fait renoncer à écrire quoi que ce soit, les rares jours où je serais motivée.

En ce moment, j'essaie d'être régulière, parce que plus je vieillis, plus je me rends compte que j'oublie des pans de ma vie qui ne sont pas si vieux que ça. Donc, je me force à écrire (enfin, "forcer"... tout est relatif), à prendre mon crayon tous les soirs et à noter un petit quelque chose, un événement saillant de la journée, un petit rien parfois, juste pour le souvenir.

Juste pour pouvoir, dans quelques années, faire comme je le fais de temps en temps : ressortir un vieux tome et relire certains passages, raviver le souvenir qui a pu s'éteindre, remonter ma mémoire comme une vieille horloge qui se serait arrêtée.

Même si mon journal n'est plus ce qu'il a été à mes 20 ans : ce réceptacle à qui je confiais tout ce que je pensais, toutes mes émotions, mes joies secrètes, mes hontes inavouables. 

Désormais, il s'agit plutôt d'un carnet de voyage, le voyage de ma vie. J'y note mes actions plutôt que mes émotions, ce que j'ai dit plutôt que ce que j'ai pensé, je le remplis de "RAS" plutôt que de ce qui a fait la quintessence de mes journées... Il n'a plus grand-chose d'intime, plus rien à gratter derrière le vernis de surface, plus rien à cacher, du vide entre les mots.

Il est comme ça car je le rédige ainsi, probablement. Parce que je ne veux plus jeter sur le papier toutes les pensées qui pourraient être mal interprétées placées dans des mains autres que les miennes. Ou parce que désormais, je ne suis plus une enfant, et une adulte se doit de se contenir, se modérer – c'est amusant d'ailleurs, c'est un thème récurrent dans le livre que je lis, Autant en emporte le vent (oui, c'est aussi un livre !). Ou alors je n'écris déjà plus pour moi et moi seule, pour me soulager ou me délester de mes mouvements de coeur, mais déjà pour quelqu'un d'autre, quelqu'un à qui ces tomes seraient léguées dans une autre vie, quelqu'un à qui je préfère raconter ma vie quotidienne que mes réflexions sur moi, quelqu'un que je ne connais pas encore mais auprès de qui je ne veux pas me dévoiler comme on se dévoile à soi-même.

Bref, je m'égare là. Juste un petit article sans prétention sur mon journal intime, et voilà que j'en fais une vraie thèse !

Et vous, des journaux peut-être ?

24 commentaires:

  1. Il y a 8 ans, je créais un blog "journal intime" que j'ai au fil des années laissé mourir de sa belle mort. Comme toi, j'y écrivais mes pensées les plus secrètes remplies d'une émotion certaine.

    Aujourd'hui, j'ai ouvert un autre blog mais je m'y livre beaucoup moins et j'ai décidé qu'il serait beaucoup moins intime.

    J'imagine qu'on a grandi et qu'on a quitté le pays imaginaire (sniff).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ça doit être ça : on n'est plus des Alice désormais !

      Supprimer
  2. J'ai presque le même journal que toi, de la même collection, rouge également ^^", j'écris de façon plus ou moins récurante, je crois que ce qui me plait le plus, c'est de ressortir mes vieux journaux, et les relire avec parfois nostalgie, parfois soulagement d'avoir réussi à traverser une période sombre.

    RépondreSupprimer
  3. Je n'ai jamais tenu de journal jusqu'à très récemment, quand j'ai acheté le Keel's simple diary (mais on n'a pas beaucoup de place pour y coucher ses sentiments les plus intimes, même si c'est un exercice très intéressant).

    Je crois que je devrais pourtant car je suis quelqu'un qui a besoin d'extérioriser ce qu'elle ressent pour aller mieux. J'ai reçu tout à l'heure des nouvelles pas très bonnes et il a fallu que je sorte de moi ce que je ressentais. Peut-être que si je le mettais par écrit au lieu de le dire, ça faciliterait un peu la vie de mes proches ? En tout cas, c'est sûr, spontanément, je parle plutôt que d'écrire !

    Ce que je trouve fascinant, dans ce que tu nous racontes, c'est cette évolution vers moins d'intime, vers un autre ton, une autre forme. Peut-être que c'est juste une phase transitoire qui correspond à tes besoins du moment et que cela évoluera à nouveau plus tard ? En tout cas, merci de partager ça avec nous, je t'ai lu avec beaucoup d'intérêt :)

    Bisous <3
    Isa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca m'a fait beaucoup de bien de tenir ce journal, à un moment donné de ma vie. Désormais, il n'est plus aussi précieux en tant que journal "intime" mais plus en tant que mémoire de moi-même, comme le "pensieve" d'Harry Potter...

      Supprimer
  4. J'ai arrêté d'écrire dans mon journal intime le jour où j'ai eu trop de choses personnelles à mettre en mots, et que m'a prise cette peur violente qu'on tombe sur mes secrets, mes amoureux, mes désirs, mes poèmes.

    C'est sûrement bête. Du coup j'ai commencé les blogs. Et à me raconter en art, dans des nouvelles, comme à travers le dessin.

    On peut aussi se souvenir de ce que l'on a vécu quand on voit ce qu'on a bâti.
    Je n'arrive pas (plus?) à écrire pour moi. J'ai besoin de cette ouverture des mots vers les autres, parce que ça me rassure.

    Ton article est très réussi chère kimie.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, chère Rose Cocoon !
      Dans ce que tu écris, il y a aussi du vrai pour moi...

      Supprimer
  5. C'est comme mes blogs, je m'y suis souvent essayée avant de jeter le carnet pourtant choisi avec soin. Mes filles en revanche s'y sont tenues assez longtemps et j'ai du me faire violence pour ne pas aller fouiller dans leurs tiroirs et lire au fond de leurs pensées les plus intimes... Garde les précieusement. Ces carnets témoignent de tant de choses que justement la vie nous fait "ingratement" oubliées ! Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je les garde, tu penses bien ! Je les pense plus éternels qu'un blog...

      Supprimer
  6. Les gens qui tiennent un journal intime sur le long terme m'ont toujours impressionnée... J'ai essayé plusieurs fois, je n'ai jamais tenu dans la durée. Mais finalement, mon blog que je tiens depuis plusieurs années, peut-être que c'est une sorte de journal intime, à ma manière... ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr que c'est un genre de journal, un peu différent du journal classique, mais qu'importe si c'est celui pour lequel tu es faite !

      Supprimer
  7. je trouve surtout qu'à 14 ans, en plein état ado, on est très égoïste, normal qu'on ne parle que de soi, arrivés à l'âge adulte d'autres personnes font partie de nos vies et on a appris à relativiser tout ce qui nous arrive ... j'ai arrêté mon journal lorsque tao est né il y a 4 ans et demi, je n'ai gardé que le dernier volume et jeté tous les autres - bisous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai ? Tu as tout jeté ? Je crois que je ne pourrais pas faire ça...

      Supprimer
  8. je t'admire, j'ai essayé plusieurs fois mais pas assez assidue

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu sais, moi non plus je ne suis pas toujours assidue... mais tant pis !

      Supprimer
  9. Moi j'avoue que lorsque j'étais jeune, jusquà 14 ans environ (ça ne veut pas dire que j'ai été vieille à 15 ans hein?! ;) ) j'en ai tenu un, c'était un Chipie, et j'en ai écrit 3 tomes, mais j'ai arreté ensuite. Par manque de temps, d'envie et puis parce que je n'avais pas envie que mes parents tombent dessus ;) bises bises Kimie :)

    Clara

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est marrant ! Mes 2 premiers tomes étaient des Chipie aussi ! Mais après, je n'en ai plus jamais trouvé, snif...

      Supprimer
  10. Moi aussi je tiens un journal depuis mes huit ans :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca doit être l'âge de raison qui fait ça ! Drôle de coïncidence en tout cas. Et tu le tiens toujours ?

      Supprimer
  11. J'ai très (trop) souvent jeté mes journaux à la poubelle, comme si en faisant ce geste, j'allais "changer de vie". J'adore ton idée de "tomes".

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est comme dans les livres de la Petite Maison dans la Prairie !!

      Supprimer
  12. Salut! Je voudrais savoir ou as-tu eu ce journal intime ? Et aussi quelle est sa mensuration s'il te plais ?
    Merci!!!

    RépondreSupprimer
  13. Il est tellement vieux que je ne saurais te dire où je l'ai acheté, mais en tout cas, il a un format classique de petit cahier A5.

    RépondreSupprimer