5 juin 2012

Le tortillard de midi quarante



Le tortillard de ma jeunesse. Celui qui m’emmenait avec vigueur, courage, mais néanmoins quelques lenteurs, vers mon cher et tendre.
Limoges – Lyon, Lyon – Limoges, 13h42 dans un sens, 12h40 dans l’autre, même combat.

Ce train-là, je crois qu’il m’aura tout fait !

Le coup de la suppression de la rame de turbo-train par une rame Corail (et avec 3 retournements de 20min chacun sur son parcours, autant vous dire que 1h de plus sur 5h à la base, c’est long. Très long.
Ca laisse le temps de fumer sa cigarette pendant 20min à St Sulpice, x et Gannat. Pas de chance, je fume pas !

Le coup du train en panne. Ce jour-là, qui voit-on arriver sur les quais de la gare de Limoges, tout fringant et heureux de rouler ? Un tout vieux train datant des années 60, bleu antique, avec son charme suranné et ses fauteuils rembourrés. Bon, certes, en plein milieu de l’été, sans clim’. Fallait pas non plus pousser le charme trop loin !

Le coup du train surchargé, avec des gens assis par terre partout dans les wagons. Pas moyen de passer pour se faufiler au WC, et de toute façon, les chiottes étaient bouchés, vu leur sur utilisation du jour. Laissez moi vous dire que 5h dans un train qui ballotte au rythme de sa vessie, c’est compliqué à gérer. Inspirer. Expirer. Ne pas regarder les étangs ou les rivières par la fenêtre. Imaginer que je suis dans le désert. Oui, je suis un chameau dont la réserve précieuse sert à… Pipi !!!!!!

Le coup de la panne bis. En cours de route. Celle qui te fait attendre 30min avant qu’un car de substitution  n’arrive, alors que tu n’étais qu’à 1h de train de chez toi. Fail.

Heureusement, à chaque fois, pour compenser, il y a eu le coup des retrouvailles sur le quai de la gare. Et ça, ça valait bien tous les coups du sort du monde !

PS : presque ça me troue le derrière de le dire, mais il faut quand même saluer l’initiative des Régions Rhône-Alpes, Auvergne, Limousin et Aquitaine, qui ont sauvé le tortillard des griffes de la SNCF. Sans elles, ce train n’existerait plus aujourd’hui. Et dieu sait qu’il y a du monde qui le prend, malgré son petit côté poussif, malgré son horaire inadapté au possible, et malgré le fait que passer 5h dans une rame TER les uns sur les autres n’est pas super confortable…

4 commentaires:

  1. J'ai vite lu ton titre sur HC, j'avais vu "Tortillas", je me demandais ce que tu aillais nous dire ^^ Saleté de train, je compatis, c'est terrible ça ! Je ne compte pas le nombre de soucis que j'ai eu aussi ! Courage en tout cas ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'était que pour une fois... et ça m'a rappelé de bons souvenirs au final...

      Supprimer
  2. Les trains ça nous replongent dans des souvenirs, c'est obligés...on a une vie, des paysages, des moments qui y sont ancrés! J'ai ressenti ça lundi en revenant de Tours ! Et les Ter sont pas si mal maintenant...enfin en région centre ils sont mieux que le tgv niveau confort ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, tout ça grâce aux conseils régionaux et à la décentralisation !

      Supprimer