La fille qui postule ailleurs



Est-ce que ça vous le fait, à vous, de voir venir à l’horizon des ennuis qu’on a soi-même fabriqués un peu à contrecœur, un peu par obligation, un peu par peur de regretter ensuite ?

Bah moi, ça m’arrive tout le temps.

Je pourrais vous citer le moment où mon téléphone a sonné mi-février. Ce moment où mon interlocuteur m’a indiqué que le poste sur lequel je postulais en Belgique serait finalement dans un premier temps sur Lyon, puis ensuite plutôt sur Paris, avec éventuellement un jour peut-être, une mutation en Belgique. Cette phrase qu’il m’a dite : « réfléchissez, et rappelez moi pour me dire si vous êtes toujours intéressée. »

Ces quelques minutes, où, jetée dans mon canapé, en larmes, avec dans ma tête cette même ritournelle : « jamais je n’arriverai à trouver de boulot en Belgique, jamais. Jamais nous ne réussirons à nous installer vraiment ensemble pour de vrai, comme un couple normal où chacun travaille et rentre le soir dans son chez-soi, à faire des projets d’enfants, d’achat de maison, de vacances. Jamais. »

Ces quelques secondes où j’ai scellé mon destin, au téléphone avec Chéri : « Vas-y, tu le regretterais sinon ».

Et moi, aujourd’hui, pour ces quelques moments, instants, phrases, minutes, secondes, je me retrouve seule dans mon studio lyonnais pour un boulot certes intéressant, mais qui ne me rapproche pas le moindre du monde ni de Bruxelles, ni de mes rêves d’avenir.

Le changement, c’est maintenant, il paraît.

Alors, oui, même si je viens de commencer sur un nouveau travail, j’ai postulé ailleurs. Délibérément.
Pour un travail qui ne sera certainement pas passionnant (mais si j’étais ambitieuse, ça se saurait), mais qui est à ¾ d’heure de Bruxelles, qui m’ouvrirait grand la porte des banques et qui me permettrait sans aucun remord dans un an de pouponner, puis de me mettre à 80% si besoin, pas de responsabilité, pas de stress.

Certes, Lille, c’est moins bien que si mon employeur actuel m’envoie en Belgique en septembre.

Mais ce poste m’ouvre une solution de secours qui n’est pas négligeable, et éventuellement, la possibilité de faire « pression » sur mon employeur actuel.

To be continued...

Commentaires

  1. On vit vraiment dans un monde de merde! On est super obligés de se sacrifier tout le temps ou de voir de plus en plus petit, de plus en plus petit! Sorry, je t'aide pas là, je sais...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, tu n'aides pas ! Mais ça n'était pas le but !

      Supprimer
  2. si ça te tente, vas y, l'intérêt c'est que tout se concilie au mieux et d'avoir des projets pour après !! Et pis, moa, je suis à fond pour un poupon kimie !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bébé Kimie, c'est pas pour tout de suite, tu sais... Bébé Maman-Psychomot a le temps de se faire toutes ses dents (les vraies, hein !) avant qu'on y arrive, au rythme où c'est parti !

      Supprimer
  3. Je te souhaite vraiment de vite retrouver ton petit cocoon près de ton homme. C'est très important d'être heureuse et épanouie, ne sacrifie pas ta vie de couple ou ta famille pour un travail qui ne te comble pas au point de supporter ton petit chez toi et la distance. Je te souhaite beaucoup de bonheur et aucun regret ! =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Complètement d'accord avec toi ! Pour l'instant, je passe les entretiens, et après, on verra si choix à faire il y a !

      Supprimer
  4. Je comprends; tout simplement je comprends. Tu es seule juge et si ton coeur te souffle de prendre le vent... c'est qu'il est temps de mettre les voiles. Tu étais en situation d'échec lorsque tu as pris ce job. Tu t'es refaite, tu as gagné en confiance en toi et tu grignottes du terrain vers tes idéaux... C'est aussi simple que ça. Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dis comme ça, ça me paraît plus clair. Merci à toi ! Bises

      Supprimer
  5. Effectivement, tu t'es remise en selle, comme on dit. Tu t'es prouvée que tu pouvais sortir de la spirale de l'échec. Tu reprends ton avenir en main, et ça me paraît très positif, même si tu traverses une période difficile émotionnellement. Moi je dis juste, bravo, fonce ! (Et je croise les doigts. D'ailleurs c'est pas très pratique pour rédiger un comm... ^^)

    Bises
    Isa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour les encouragements et attention quand même à l'entorse du doigt ! :-)

      Supprimer
  6. tu cherches dans quel domaine de la finance?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pas du tout dans le domaine de la finance en fait ! Et heureusement pour les employeurs, je suis trop étourdie pour tout ce qui est chiffres !

      Supprimer
  7. Tu sais je pense que tu as raison dans le fond, tu sais ce que tu veux! Un équilibre familiale, sentimentale, pouvoir faire des projets!!! Et c'est tout ce qu'il y'à de plus normal, alors j'espère que tu le trouvera ce poste qui te rapprochera de lui ;), j'espère de tout coeur, car c'est pesant d'être loin quand même!

    RépondreSupprimer
  8. Cela me rappelle ma réussite à mon concours : mutée à 500 bornes de mes montagnes. Et puis un coup de fil, pour savoir si (une place étant libre) je préférais (ou pas) être mutée à 100 bornes. J'ai foncé. Et pourtant, je détestais cette ville... Mais j'ai foncé.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 500 kms, pfff, ça fait un sacré bout de chemin aussi !

      Supprimer
  9. Comme je te comprends... ce n'est pas facile de concilier carrière et vie personnelle.
    Je lis ton blog depuis quelque temps et je trouve que tu as du courage et une grande force de caractère. Je te souhaite de trouver un poste qui te permette de te rapprocher de ton chéri et de t'épanouir, tant personnellement que professionnellement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour tes encouragements ! J'espère arriver à tout concilier, mais il faut faire des choix pas toujours évidents...

      Supprimer
  10. j'espère que ça va vite se réaliser dans ce cas :)

    RépondreSupprimer
  11. Espérons que ça marche pour toi! (et surtout que ton employeur accélère ta mutation en Belgique!)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Organiser la rotation des jouets de Bébé [Montessori-à-ma-sauce]

Céline Alvarez et sa révolution bienveillante

"Elle est dégourdie, cette petite !" [Montessori inside]