20 juin 2012

106 - 97 - 450


 Mais non, je n’ai pas subitement décidé de parler en code ou quoi – les poireaux sont rissolés, je répète, les poireaux sont calcinés – vous allez voir, c’est limpide.

Ce WE, j’ai décidé avec un courage qui me fait honneur d’aller récupérer ma voiture chez mes parents, où elle pourrit depuis plus d’un an.
Du courage, disais-je. Oui, car il m’en faut du courage, pour affronter les affres du paternel selon qui, jamais au grand jamais, ma voiture ne sera capable de tenir sur autoroute comme je tiens l’équilibre les yeux fermés sur un doigt de pied, d’avaler les kilomètres comme j’avale une tarte au citron meringuée, d’arriver à bon port en entier (comme si lancée à 130, elle risquait de se disloquer petit bout par petit bout : tiens un bout de phare, qui s’envole oh, la plaque d’immatriculation se fait la malle, paf, l’antenne radio décolle…).

Bref, ce WE, ma 106-de-luxe (c’est son surnom) et moi, allons nous taper bon gré mal gré, les 450 km qui jusque là nous séparaient, et ce malgré les remontrances, les mises en garde, le soleil (pas de clim…j’ai bien choisi mon WE, moi), et ses 15 ans.

Et oui, 106-de-luxe et moi, nous nous sommes connues en 97, quand elle était tout bébé et moi encore au collège (purée, ça me fout un coup de vieux, tout ça !).

A l’époque – séquence émotion –, mes parents avaient décidé de changer la 205 « rouge plaisir » – j’ai toujours été très forte en surnom de bagnole, même enfant – de ma mère, et en compétition chez le concessionnaire se trouvaient 106-de-luxe et une autre 106 toute blanche et triste.
Dire que l’adoption a joué sur les pneus de 106-de-luxe, qui étaient en meilleur état que ceux de sa concurrente !
Pour 2 mm de gomme en plus, j’aurais aujourd’hui une 106 fade au lieu d’une 106 vert pomme (d’un vert pomme pas très naturel, je le conçois).

Et une 106-de-luxe vert pomme, c’est bien pratique à retrouver sur un parking quand on ne sait pas où on l’a garée !
En plus, cette couleur est complètement in en ce moment, faisant de 106-de-luxe le it-accessoire de l’été, à porter avec sneakers corail et veste jaune fluo.

Bref. Ce WE, je sors 106-de-luxe de sa longue hibernation. A moi la liberté ! YOUHOUUUUU !

8 commentaires:

  1. J'adore ton billet ! Bichonne bien ta 106, nous, on va bientôt changer de voiture ! Je viendrai te présenter le modèle pour que tu lui trouves un surnom ! ^^

    Bises
    Isa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ca marche ! Spécialiste en prénom de voiture !!

      Supprimer
  2. Oh c'est solide une 106 on dirait...nous on a pris l'autoroute très longtemps avec la vieille Ax du hareng...et un jour on s'est pris un orage très violent en revenant de normandie, on a eu tellement peur qu'on a dit plus jamais...mais on à continuer parceque cette voiture...comme toi la tienne on l'aimait et impossible de s'en séparer...maintenant elle est morte! ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que vu comment c'est parti, je ne me séparerai de la mienne que pour la même raison que toi...

      Supprimer
  3. Je te souhaite un bon voyage en 106, alors ! Figure toi que j'ai eu une 106 que j'ai crevé jusqu'à la mort de chantier en chantier chargée à bloc ! J'ai des photos qui témoignent de tout ce que petit gabarit a peu transporter ! Donnée pour "morte" par son constructeur, le lion qui rugit, j'ai réussi à la vendre sur le bon Coin "en l'état" pour une coquette somme d'argent. Plus facile à vendre qu'une Clio.... Bises
    Armelle (homeless de blog en ce moment)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est solide, comme bestiole, je confirme ! On n'en fait plus, des comme ça !

      Supprimer