26 avr. 2012

Venir à bout de la spirale infernale de la compulsion alimentaire


La compulsion alimentaire.
A voir autour de moi, j'ai l'impression que c'est quelque chose qui peut arriver à n'importe laquelle d'entre nous.
Peut-être sommes-nous programmées génétiquement, pour réagir à coup de bouffe, dès que l'on est en période de stress ou qu'un gros problème nous tombe sur le coin de la gueule...

Je vois bien comment j'ai foutu une dérouillée à tous les chocolats de Pâques en moins de deux alors que d'habitude, ces mêmes chocolats traînent dans nos placards et finissent à la poubelle, remplacés par les pères noël en chocolat et autres papillotes...

Il y a quelques temps, je vous parlais de ma méthode pour mincir sans s'en rendre compte (souvenez-vous).
Mais en discutant avec ma meilleure amie, je me suis rendue compte que dans mon article, il manquait un élément capital, qui joue vraiment son rôle dans le schmilblick.
Cet élément, c'est le sport.

Je vous vois déjà pousser des soupirs, et lever les bras en disant : "Pas le temps ! La flemme ! Pas envie !" et toute autre excuse non recevable. 
Oui, parce que quand je dis sport, je ne parle pas de vous mettre à suer sang et eau pendant 3h tous les jours (le genre de bonne résolution qui dure à peu près 2 jours).
Non, l'objectif est plutôt de "pratiquer une activité physique" en langage formalisé : se bouger le popotin, quoi !

Pourquoi ?

1) Pour prendre l'air. Rien que de sortir de chez soi, ça permet d'arrêter de se prendre la tête sur ce que l'on a mangé, ce que l'on va manger, ce que l'on aurait pas dû manger, etc.
2) Amorcer le cercle vertueux pour sortir la compulsion de ses habitudes. Parce que vous, je sais pas, mais moi, quand j'ai couru une heure, ça me fait ch*er de m'enfiler une plaque de chocolat, j'ai un peu l'impression d'avoir fait un effort pour rien.
3) Pour se sentir dynamique, positive, pleine d'énergie. Rien que ça ! Sans rire, faire du sport permet de sécréter des endorphines, ces fameuses hormones du bonheur (allez voir ce petit article si vous ne me croyez pas !). Et après, on se sent vraiment bien, malgré la fatigue...

Perso, j'aime aller courir. Quand j'avais le temps (comprendre quand je ne travaillais pas), j'essayais d'y aller 2 fois par semaine, entre 1/2h et 1 heure. 
Sinon, vous pouvez aussi aller à la piscine, faire du vélo, jouer au foot ou à cache-cache avec vos enfants (si vous en avez), passer l'aspirateur, danser comme une dératée dans votre salon sur du cloclo, ou tout simplement aller faire une promenade à pied...

Là, je reviens juste d'un petit jogging au Parc de Parilly, ça faisait depuis Noël que je n'avais pas remué mon derrière, et je n'en reviens pas : qu'est-ce que ça fait du bien !!

6 commentaires:

  1. Tellement d'accord avec toi ! Je suis adepte de la natation mais pas le temps ou ne prend pas le temps d'aller mouiller le maillot alors que des piscines à Paris, il y en a à la pelle.... La compulsion je connais et c'est terrible ! Le stress, la peur et une image de soi mauvais bien souvent... Bonne soirée

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et oui, c'est le problème, on ne prend jamais le temps de rien faire... notre monde est un peu triste, des fois...

      Supprimer
  2. Tu m'épates mais alors c'est donc ça le secret de ta superbe ligne Kimie :-) Je suis une loque concernant le sport et pourtant, je sais que c'est une base ! J'aime nager mais pas trop à la piscine plutôt à la mer et le ski alpin, c'est à peu prs tout, donc j'en fiche pas une en somme :-) Gros bisous !!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bah, pas sûr que ma ligne soit aussi superbe que tu le dis, mais bon, j'apprécie le compliment ! ;-)

      Supprimer
  3. Alors je réagis à l'inverse du coup : moi j'suis tellement dégoutée d'avoir sué pendant 2 heures que je me prends un petit chocolat pour me réconforter :)

    RépondreSupprimer
  4. Je vais devoir me remettre à la course puisque je vais participer à la Course des Héros le 17 juin prochain et j'espère que je réussirai à garder une fréquence de footing régulière. L'époque où je courrai 2 fois par semaine me manque et pourtant, ce n'est pas si facile de s'y remettre...

    RépondreSupprimer