La fille qui va au cinéma ! [Avis sur le film Cloclo inside]

Comme quoi, y'a que les imbéciles qui ne changent pas d'avis (cf. ici) !

A ma décharge, j'ai un petit cinéma juste en bas de chez moi.
A ma décharge-bis, aujourd'hui, c'était le Printemps du cinéma, donc des prix démocratiques (pour une fois).
A ma décharge-ter, il a plu une bonne partie de la journée et, à part tourner en rond dans mon studio à tousser et cracher mes poumons en représailles de l'attaque du poil de chat armé, je n'avais que ça à faire.

Bref, tout ça pour dire que hier, je suis allée au cinéma. Deux choix s'offraient à moi : un truc de sciences-fiction (John Carter), une histoire glauque (Possessions) et Cloclo.

Sans grand suspense, j'ai choisi Cloclo. Pour le meilleur et pour le pire !


Je vous rassure, avant de donner un sens à mon après-midi, j'ai bien étudié les bandes-annonces des 3 films, fait des listes forces/faiblesses/enjeux, et décortiqué les critiques.
Non, parce que vu combien de fois par an je vais au ciné, il ne faudrait pas non plus que je me plante dans le choix du film. Capital, le choix du film. Un coup à vous dégoûter du cinéma, moi j'vous l'dis !

Une fois décidée et dans la place, bien calée dans mon fauteuil rouge, je parcours nonchalamment Le Petit Bulletin (petit journal qui répertorie les événements hebdomadaires sur Lyon). Tiens, il y a une critique de Cloclo.
Ah.
Elle n'est pas très bonne.
Bon.
Bin, je vais vite voir ça par moi-même... la lumière baisse et le film débute.

Au final, j'ai passé un bon moment. Pas prise de tête, et c'est bien mon but premier, quand je vais au ciné.
Bon, après, il faut assumer de chanter du Claude François tout le reste de la journée. Is she wrong or is she right... Désolé, ça m'a échappé.

Ce qu'il faut savoir en premier lieu (même si je l'ai appris en dernier, avec le générique de fin), c'est que les producteurs associés sont les 2 fils de Cloclo. Je dis ça, je dis rien.
Oui, parce qu'on pourrait croire que je sous-entends que le film va être gentillet et tout, genre biographie romancée avec uniquement les bons côtés de la vedette. 
Bon, j'ai pas connu Claude François en personne, hein, mais je pense que le scénario est assez réaliste. D'ailleurs, Cloclo n'est pas épargné par le film : il collectionne les femmes, c'est un bon gros maniaque obsessionnel du contrôle, et il a un léger penchant colérique. Léger, le penchant. Genre je hurle sur tout ce qui bouge quand je suis contrarié. Je ne sais plus comment faaaiireu. Encore désolé.

Je pense que c'est un film qui arrive à point nommé pour des gens comme moi, qui n'ont jamais été inondés de Paris Match sur Claude François et n'ont donc pas subi ce phénomène de mode jusqu'à l'overdose.
Bref, de Claude François, je ne connaissais que les chansons. Dites lui que je suis comme elleu, que j'aime toujours les chansons...
Pas du tout la vie perso, mis à part ses traits de caractère et la façon dont il est mort.
Du coup, comme le film est quasiment une reconstitution de sa vie, type documentaire ARTE, j'ai appris plein de choses sur lui. Supra importantes d'ailleurs. 
Genre qu'il était sorti avec France Gall. Que sa première femme l'avait quitté pour Gilbert Bécaud. Que c'est Frank Sinatra qui a repris la musique de "Comme d'habitude" et pas l'inverse (comme c'était courant à l'époque). Que sa famille avait été chassée de l'Egypte par Nasser lorsqu'il a nationalisé le Canal de Suez. Qui parlent d'amour et d'hirondelles. Que son père est mort sans lui pardonner d'avoir choisi une voie artistique.
En plus, l'acteur qui incarne la star, Jérémie Rénier, est méconnaissable, on dirait vraiment Cloclo, ç'en est presque dérangeant d'ailleurs !
Cerise on the cake, en bonne presque-chauvine de Bruxelles, j'ai aimé reconnaître un bout de l'hôtel de ville dans une scène, et aussi le Falstaff, estaminet bien connu des habitants (et des touristes, surtout !). D'ailleurs, la dernière fois que j'y suis allée, j'étais assise à la même table que celle du film !

Ce que j'ai moins aimé en revanche, c'est certains côtés un peu caricaturaux. Genre son impresario avec un accent juif à couper au couteau qui, à chaque fin de phrases, lui donne des "mon fils" digne d'un Elie Kakou au sommet de sa forme.
Aussi, j'ai trouvé que certains passages tombaient dans le pathos. Clairement, toute la fin, à partir du moment où il est mort, est à mon sens purement inutile. De chagrin, de vent et de frissons."
Et les musiques à la Hollywood, youhou, super subtil ! Genre les bruitages de corbeaux dès qu'on est dans un cimetière, pour vous situer le niveau !

Par contre, j'ai été super surprise d'être la seule dans la salle à remuer ma tête en rythme (j'ai pas osé aller jusqu'à me lever pour danser) à chaque fois que l'on entendait ses chansons... Même à la fin, sur le générique (Alexandrie, Alexandra). BARRACUDA ! Et rester de marbre sur ça, c'est pas humain, si ??

Bref, en résumé, je dirais que Cloclo, c'est un brin trop long, mais que ça vaut le coup d'y aller pour avoir la pêche en sortant (Jérémie Rénier est une boule de nerf, un concentré d'énergie) et bien sûr, pour en savoir plus sur Claude François.

Dites lui que je pense à elleu... Pas sure d'arriver à me sortir Magnolia Forever de la tête. 
Allez, demain soir, je vais voir Possessions, histoire de voir la vraie tronche de Jérémie Rénier, sans le maquillage Cloclo !

Commentaires

  1. Ben, tu sais quoi, ça me donne envie de le voir. Et je suis comme toi, j'assume ! Alors, merci, Clochette :)

    Bises
    Isa

    RépondreSupprimer
  2. Apparemment, les parties "à Bercy" ont été tournées à mon ancienne école, trop classe. Ou pas ;)

    RépondreSupprimer
  3. Whaiiiii, j'adore cet article...
    Bon, je l'avoue ? J'aime beaucoup Cloclo... mais pas forcément comme une fan, c'est plus ce qu'il représente qui me branche.
    (oui, j'ai déjà été au cimetière, oui oui, plus de 10 fois probablement) (oui, j'ai déjà été au moulin aussi) (oui, j'avais la collection Atlas). Mais bref.
    Donc bon, sans surprise j'irai voir le film :)

    RépondreSupprimer
  4. Super ta critique. ^^
    Pour moi qui adore Cloclo (mais n'ayant pas non plus connu la Cloclo mania, je suis trop jeune), je ne pouvais pas rater le film ! Qui plus est après avoir lu une interview où il était bien stipulé que ce ne serait pas un film sur "Saint Cloclo" mais vraiment quelque chose qui lui ressemblait, lui et son sacré caractère. :)

    Bref, j'ai vraiment beaucoup aimé. J'ai juste attendu à la fin qu'on nous parle de "Alexandrie Alexandra", parce que c'est quand même son dernier tube, et surtout, sorti à titre posthume !
    Je m'attendais donc à ce qu'on voit l'enregistrement. Et non. Snif. ^^

    (Moi aussi, je bougeais en rythme sur les chansons, haha.)

    Et par contre, j'ai eu beaucoup de mal avec l'apparence de Jérémie Renier. Son jeu d'acteur, non, il était vraiment génial. Mais le maquillage je le trouvais trop "plastique", "pas vrai". Et j'ai beau ne pas avoir vu Cloclo "en vrai à la TV", j'ai vu plein de clips (j'adore xD ), et dès la bande annonce, je pensais "zut, je vais avoir du mal avec sa tête". xD

    RépondreSupprimer
  5. Ça donne envie d'aller voir le film en tout cas cet article, moi c'est surtout parce qu’il y'a Jeremie renier, et Dieu qu'il est beau (question de gout hein...^^).

    RépondreSupprimer
  6. ben moi j'adore claude françois, quand j'étais petite j'étais majorette (on dit pom pom girl maintenant ?) et toutes nos chorés ou presque c'était sur cloclo
    j'étais la seule à la maison à aimer claude françois, ça ne s'explique pas, j'aime et pis c'est tout
    alors le fim oui je vais aller le voir, la semaine prochaine sans aucun doute, parce que je ne peux pas faire autrement
    maintenant j'ai l'age aussi, cloclo c'est ma génération, il est mort j'avais 7 ans donc je connais bien !!
    merci pour ton article, bisous

    RépondreSupprimer
  7. Je suis d'accord avec toi il est peu long mais qu'est ce qu'il est bien!!!! :D

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Organiser la rotation des jouets de Bébé [Montessori-à-ma-sauce]

Céline Alvarez et sa révolution bienveillante

"Elle est dégourdie, cette petite !" [Montessori inside]