6 mars 2012

J'y suis allée (chez le coiffeur), n'en parlons plus, et la vie continue...



Ce matin, sous la douche, comme tous les matins depuis environ 6 mois, je me disais : "ils sont trop longs, ces cheveux. C'est du n'importe quoi maintenant".
Comme tous les jours depuis 6 mois dès que je me regarde dans un miroir, je soupire en tirant une mèche d'un côté, en en rejetant une autre derrière l'oreille (mais pas trop, parce qu'elle est un peu décollée, cette satanée oreille droite).

Mais ce qui a changé, là, en ce moment pile, c'est que j'ai trouvé du travail ! Il est donc temps de me reprendre en main ! Allez zou, chez le coiffeur !

C'est en traînant la jambe que je me suis rendue au salon pas loin de chez moi (car mon Coiffeur, celui avec la majuscule tellement il est trop fort de la moumoute, il crèche malheureusement sur la terre de mes aïeux, à environ 690 km d'ici). Et en soupirant.

Voyez-vous, je classe les femmes en 2 catégories bien distinctes :
- celles qui aiment aller chez le coiffeur, se faire bichonner, des petits massages du cuir chevelu par ci, et la bise au coiffeur par là, et que je te demande où tu as passé tes vacances, et que je viens juste pour mon brushing hebdomadaire, etc.
- et celles qui n'aiment pas aller chez le coiffeur. Dont je fais partie, donc.

C'est bien simple, je mets le coiffeur dans la même case que le dentiste. Les mêmes. D'ailleurs, entre parenthèse, le coiffeur et le dentiste, c'est la même position allongée dans le fauteuil noir, avec l'homme derrière toi que tu ne vois pas ce qu'il est en train de manigancer, entre le peigne à dents acérées ou la fraise qui fait hurler.

Je suis à peine installée sur le fauteuil la tête dans le bac que je me surprends à serrer les fesses et à me rigidifier de la pointe de l'orteil à la pointe de l'ongle. J'attends presque qu'il me dise : "ouvrez la bouche madame", c'est pour dire !

Je suis stressée donc.
Immanquablement, le coiffeur essaie de te mettre à l'aise, et commence à te parler. Avec l'eau qui coule, perso j'entends rien. 
Quand j'étais encore jeune et inexpérimentée, je faisais alors, avec la délicatesse qui me caractérise si bien : "QUOI ?", malgré les leçons de ma mère sur la politesse, les "pardon ?" et autres "Excusez-moi ?". 
J'ai vite compris qu'en général, le monsieur il te demande si tu es bien installée ou si l'eau n'est pas trop chaude.
Donc avec l'habitude, quoi qu'il baragouine, je réponds "oui, très bien".

Aujourd'hui, j'ai donc dit par deux fois à 30s d'intervalle "oui très bien" en espérant que la question n'ait pas été "voulez vous que je vous fasse un soin à l'or liquide ?".

Après la séance démêlage de cheveux qui se termine toujours pour moi par une larme au coin de chaque oeil, on m'installe sur le deuxième fauteuil devant le miroir.
Le miroir.
Tu peux pas l'éviter, ce satané miroir. Des fois, t'essaies de biaiser en baissant un peu pour pas te voir, mais le coiffeur, ce sadique, te remet systématiquement la tête droite, en face du miroir.
Donc tu te regardes. Pendant 1/2h. Tu notes que ton double menton n'a pas disparu. Que tu as un bouton qui te pousse sur la joue. Que l'éclairage fait particulièrement ressortir tes cernes, mais pas tes yeux. Et qu'en plus, tu as le cheveu plat (il est mouillé, en même temps, te dis-tu pour te rassurer).

Et là, pendant que le coiffeur joue du ciseau, il se sent obligé de te faire la conversation. Tu apprends donc, au gré des coupes, que tu as le cheveu gras, que tu as les pointes sèches, qu'il faut ab-so-lu-ment faire des masques une fois par semaine, que tu as une masse à l'arrière (ça c'était aujourd'hui, on me l'avait jamais faite !), que les cheveux ne se lavent pas plus de 2 fois par semaine... tout en tirant, étirant, tordant tes mèches de cheveux les unes après les autres.

Aujourd'hui, je ne peux rien dire, le coiffeur était appliqué, il en tirait la langue (ce qui lui évitait de trop parler). Par contre, qu'est-ce que c'était long...

Ensuite, on passe au brushing. Le coiffeur commence à t'envoyer tous les cheveux coupés dans les yeux avec le souffle du sèche-cheveux (ce qui résout momentanément le problème du miroir) et pendant que tu es occupée à cligner des yeux et à en chasser les poussières, il attaque la masse avec sa brosse ronde. Tout en continuant de te parler, bien sûr. Et à poser des questions, sinon, c'est pas drôle. Questions auxquelles tu réponds une fois oui, une fois non, au pif.

Aujourd'hui, c'était exceptionnel.
Une nouvelle technique.
Le planter de brosses rondes... Il se servait de plusieurs brosses rondes qu'il me plantait dans le cuir chevelu comme des bigoudis !
Pour dire, j'ai les cheveux à peu près au carré niveau longueur, et il a réussi à me mettre les 3 brosses rondes + 2 grosses pinces ! J'en avais plein la tête ! Et tout ce fatras remontait progressivement vers le dessus, j'ai cru qu'il allait y avoir un fight final entre brosses et pinces quant toutes se sont rencontrées !

J'ai eu également droit au bonus laque : de grands pshiit pendant qu'il terminait de sécher mes cheveux (déjà secs depuis environ 25min) et encore plus de phiit après avoir (enfin) éteint le sèche-cheveux. Je suis laquée, qu'on se le dise ! Plus rien ne bouge...

Et à la fin, le coiffeur, il est toujours tout content de lui. Toujours. Il te met un autre miroir (tu ne t'es pas assez vue, c'est pour ça !) derrière la tête, et il fait "ils ont un beau mouvement !".

Alors là, tu réponds : "oui très bien", tu paies et tu files sans demander ton reste, trop contente de t'en être libérée à si bon compte.

Et une fois rentrée chez toi, tu réalises que tu t'es délestée de beaucoup plus d'euros que de centimètres de cheveux...
Alors que tu avais pourtant répété au coiffeur, comme un mantra "N'hésitez pas à dégager la nuque, hein ?"

En fait, je me demande si les coiffeurs ne sont pas un peu sourds, rapport au bruit de turbine du sèche-cheveux qui siffle dans leurs oreilles 8h par jour. Et aveugles aussi, rapport à l'incroyable quantité de laque qui doit finir dans leurs yeux à force.

Ceci expliquerait cela...


Une pensée pour Agoaye, qui a apprécié autant que moi sa dernière séance chez le coiffeur...

Et en bonus track, pour celles qui n'auraient pas vu le clin d'oeil de mon titre à Joe Dassin, Ca va pas changer le monde :

20 commentaires:

  1. Je reviens de chez la coiffeuse aussi :-)
    Cette fois-ci, j'ai osé le "vous me l'aviez coupée un peu trop courte la frange, la dernière fois. Une semaine et on y voit plus que du feu mais là j'ai un mariage samedi". Oser dire à sa coiffeuse qu'on était pas top contente, pour moi c'est le méga stress. J'attendais une déflagration, un coup de ciseaux dans l'oreille, que sais-je encore... mais non, rien. Elle m'a dit "ok" avec le sourire et m'a coupé correctement.
    Par contre le brushing...

    (à la lecture de ce commentaire, tu sauras que je fais partie de la deuxième catégorie de femmes ;-) )

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as osé contrarier ta coiffeuse ? Arggh... J'espère que c'était après qu'elle l'ait coupé les cheveux et fait le brushing !! ;-)

      Supprimer
  2. Bon moi, malgré mes 24 ans, je fais partie des femmes qui aiment aller chez le coiffeur, tout simplement parce que j'ai trouvé MON COIFFEUR, celui qui me rate jamais, et dont je suis toujours contente en ressortant de chez lui. (j'y vais que 3 fois par an en gros, mais voilà)
    Ma soeur par contre, quand elle av chez lui, quand elle revient elle pleure. Faut savoir trouver son coiffeur, celui avec qui ça passe nickel.
    Et ça, et bah oui, c'est comme pour les dentistes :p


    En tout cas, même s'il a coupé moi que ce que tu voulais, ça rend bien tout ça :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Même en ayant trouvé mon coiffeur, j'appréhende toujours d'y aller.
      Et puis en ce moment, il est vraiment trop loin de chez moi, snif.

      Merci pour le rendu ! En même temps, je trouve ça assez bof, j'ai un trou derrière la tête comme si j'avais dormi dessus, alors que je lui avais demandé une "boule" !!

      Supprimer
  3. Réponses
    1. Finalement, on est nombreuses dans la catégorie 2 !

      Supprimer
  4. Le Coiffeur !!!!!..... Je déteste ça moi aussi. Quant au miroir, je vois de moins en moins sans lunettes... Ca aide !
    J'ai bien ri à te lire ! Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'hésite entre dire que c'est mieux sans lunette car tu vois pas les dégâts ou pire car tu n'es pas préparée à ce que tu vas voir une fois les lunettes remises !

      Supprimer
  5. Moi aussi, je fais partie de la 2e catégorie. Je vous raconte pas le stress pour le mariage... (Mais, au final, ça va, j'étais contente.) Généralement, le coiffeur, j'y vais une fois par an, en traînant des pieds. Le shampoing, le massage du cuir chevelu, tout ça, j'aime bien, après, c'est au démêlage que ça se complique. Vient ensuite la redoutable épreuve du miroir, mais comme je suis myope et qu'on a du mal à me coiffer avec les branches des lunettes sur les oreilles, ça va, je suis pas obligée de me regarder pendant 1/2h. Sauf qu'après bien sûr, faut être sûre qu'il loupe pas la coupe, hein. Avec l'expérience, je sais exactement ce que je veux, donc je m'en sors. Ensuite, je laisse pousser, tranquillement, pendant un an. Heureusement que j'aime avoir les cheveux longs. D'ailleurs, ça fait plus d'un an, là, en fait, et mes cheveux commencent tout juste à m'embêter, rapport au poids (ils sont très lourds !) et au temps que je passe avec le sèche-cheveux. Qui sait, peut-être que j'écrirai bientôt mon propre billet sur le sujet ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je les ai eu longs très longtemps mais maintenant que j'ai goûté au court, je crois que je n'y reviendrai jamais ! C'est trop génial de se sécher les cheveux en 3 min, ne pas hurler quand on se les démêle et ne pas passer trop de temps pour le shampoing !

      Supprimer
  6. Ohhhhh, mais avec ton : "j'ai donc dit par deux fois à 30s d'intervalle "oui très bien" en espérant que la question n'ait pas été "voulez vous que je vous fasse un soin à l'or liquide ?"." tu m'as tuée de rire :)))

    Bon, je sais que tu m'aimes bien (merci pour le clin d'oeil d'ailleurs) mais tu sais que ce n'était pas la peine d'être solidaire à ce point :))
    Allez, on se dit que d'ici un mois ça ira mieux !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il fallait bien que je te rende la pareil, toi aussi tu me fais mourir de rire sur ton blog !

      Mouais, d'ici un mois ils seront redevenus comme sur la 1ère photo. Pas sûre que ça soit mieux !

      Supprimer
  7. Je suis dans la même catégorie que toi! J'ai la trouille des coiffeurs. Limite je préfère le dentiste, parce qu'au moins je n'ai pas le vain espoir que ça se passe sans douleur (morale pour le coiffeur). J'ai dû ressortir 2 fois satisfaite d'un salon. Je crois qu'on ne parle pas le même langage. Je n'ai JAMAIS réussi à avoir la mèche en biais comme c'est la mode, alors que quasi tout le monde a ça.
    J'y suis retournée la semaine dernière pour me faire une frange, histoire de changer un peu. T'es bien d'accord, une frange, c'est quand même la grande mode... et bien elle a réussi à la couper trop courte :( je suis maudite!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est pas faux, le dentiste, t'es sûr qu'il y aura une amélioration quand tu en seras sortie !

      Ah, la frange trop courte, l'horreur ! Ca me rappelle ma mère qui adorait couper la mienne elle-même ! J'étais TROP ridicule après avec ma frange qui m'arrivait au milieu du front !

      Supprimer
  8. Moi aussi je DETESTE allée chez le coiffeur ! J'ai rendez vous ce soir à 17h en plus ... J'ai des centaines de raisons de détester le coiffeur ...

    RépondreSupprimer
  9. je suis comme toi je DETESTE le coiffeur ! l'obligation de faire la conversation, les remarques à 2 balles sur mes cheveux ETC ETC... tu peux être sur que quand j'en sors je ne suis pas contente & que je mets 2/3 jours à apprivoiser ma nouvelle coupe
    bise

    RépondreSupprimer
  10. Si tu savais comme j'ai apprécié ton billet... Voilà deux semaines que je pleure pour que mes cheveux poussent très très vite. Pour faire court: j'avais demandé un carré effilé aux épaules, j'ai un carré tout droit au menton. On dirait une cloche!
    Pour l'estime de soi, c'est pas fameux...
    Mais bon, ça repousse hein?!

    RépondreSupprimer
  11. arf, ben quand je ne suis pas contente et que ça ne colle pas avec ce que j'ai demandé, je retourne et t'es prié de recommencer !! je suis une raleuse (celles qui étaient chez OPI avec moi hier vont s'en souvenir longtemps) et ça vaut pour le coiffeur aussi
    mais c'est joli quand même, ceci dit faut voir en vrai
    tu as oublié la phase : la tête sous l'eau en rentrant de chez le coiffeur :)
    bisous !!

    RépondreSupprimer
  12. Hello Kimie,
    Comme je te comprends... comme toi je fais partie de celles qui vont chez le coiffeur à reculons. Mon pire souvenir : une coupe qui devait être un carré dégradé. Comme la coiffeuse s'est rendue compte (à mon insu) que les dégradés elles ne maîtrisait pas, elle m'a "gentiment" (hum) proposé de me faire des bouclettes. C'était joli, j'étais ravie. Sauf que quand j'ai fait mon premier shampooing, j'ai découvert ma nouvelle coupe : un "carré" en escalier... J'ai hésité très longtemps avant de remettre les pieds chez un coiffeur...
    Merci pour ta participation à la Pink Rebell'Week sur mon blog <3
    Bises <3
    Ellen A Paris (les Fleurs Rebelles)

    RépondreSupprimer