Celle qui fait moins la maligne


Avant de commencer ce nouveau boulot, suite à l'euphorie d'avoir été embauchée, j'étais à fond les ballons.
Sure d'être la plus compétente, la plus forte, la plus intelligente, en un mot : la meilleure !
Bon, ça n'a duré qu'un temps, je vous rassure. Assez court, par ailleurs...

Mais maintenant que j'ai commencé pour de vrai, je rigole moins. Beaucoup moins.
Déjà, j'ai jamais vu avant des gens qui bossaient à ce point. Pas de pause, sauf pipi, le repas de midi expédié à la cantine, et des heures de boulot à gogo.

J'ai grand peur de ne pas réussir à suivre le rythme. Je rentre chez moi, je suis vidée. D'ailleurs, déjà en début d'après-midi, je commence à regarder l'heure et à calculer combien de temps avant la fin de la journée.
Et puis quand je les vois autour de moi, studieux et concentrés, j'ai l'impression de brasser du vent. De ne pas avancer. De ramer.

J'imagine j'espère que c'est normal, et que ça va venir petit à petit. Mais que c'est dur, quand même, de faire revenir une confiance en soi qui s'est enfuie à toutes jambes il y a déjà plusieurs années.

Des fois, je me dis que ça va aller, que je ne suis pas née de la dernière pluie.
Des fois, je me sens écrasée sous les dossiers, en me demandant comment je vais boucler mes journées, me disant que jamais je ne vais réussir à finir les projets.
Je sais que c'est une réminiscence de mon ancien boulot. Je sais qu'il ne faut plus que j'y pense.

Des fois, j'ai l'impression d'être cruche.
Exemple. Le chef de projets me demande d'étudier plusieurs cas de figures et me laisse 2 heures pour faire le premier cas. Au bout des 2 heures, j'ai terminé l'ensemble des cas. Je me demande ce que j'ai loupé. Ca me semble trop simple et rapide pour être vrai, et pourtant, j'ai même calculé des variantes de variantes.
Quand je présente mon travail au chef de projets, je commence limite par m'excuser, que j'ai sans doute du passer à côté de quelque chose et trop simplifier le modèle.
Le mec me fait : "tu as tout fait ?" avec des yeux étonnés.
Au final, c'est moi qui le regarde avec des yeux ronds...
???

Et des fois, j'ai juste l'impression d'être moi, une fille jamais tout à fait sure d'elle, qui veut que tout soit parfait, et surtout son travail.
Et qui ne lâchera pas l'affaire, bordel, parce qu'elle a déjà plein d'idée pour dépenser ses salaires des 6 premiers mois !!


Commentaires

  1. j'irais jusqu'à dire des 12 prochains mois
    pas facile le thème de la confiance, mais au fond de toi je sais que tu es sure de ce que tu vaux, et eux aussi sinon ils ne t'auraient pas engagée TOI !! des bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, j'ai effectivement plein d'idées pour dépenser des sous ! Hihi !
      Moui, tu n'as pas tort, ils m'ont engagée, c'est une bonne preuve... enfin, je serai plus sure de moi à la fin de ma période d'essai !

      Supprimer
  2. Moi je pense que tu déchires plus que tu ne crois :
    De toute façon quand tu ne conviens pas, on te le fait vite sentir !

    Quant au rythme, on s'y fait (c'est pareil ici)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, je me fais de mieux en mieux au temps de travail, mais c'est que ça fait du changement, quand même ! Du rien au tout, pfff...

      Supprimer
  3. Je suis sûre que la confiance va revenir peu à peu, au fur et à mesure où tu t'habitueras à ce nouveau travail. L'exemple que tu cites me paraît très intéressant, il me conduit à penser que tu es beaucoup plus forte que tu l'imagines ! Tiens bon, on est là pour te soutenir !

    Bises
    Isa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Isa !
      Oui, la confiance réapparait petit à petit, c'est long à se mettre en route c'est tout...

      Supprimer
  4. Ton état d'esprit est normal. Tu sors d'une période de creux et il faut que tu reprennnes le ryhtme. La manque de confiance en soi, je connais et j'y ai laissé pas mal de plumes. Je trouve que c'est une bonne thérapie de songer à ce que tu vas dépenser avec tes futurs salaires. Ca motive ! Bises, tiens le coup ! Nous on y croit !
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, c'est clair que ça me motive ! Merci pour tes encouragements, je ne lâche pas le morceau en tout cas !

      Supprimer
  5. Pense aux vacances aussi! Parce qu'avec ton salaire, tu peux économiser pour te payer un super voyage dans les îles!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Déjà, un beau voyage dans le plat pays, ça me suffit !! ;-)

      Supprimer
  6. Certes mais c'est pas vraiment des vacances...

    RépondreSupprimer
  7. Et puis faut aussi te laisser le temps de (re)prendre le pli !!

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Organiser la rotation des jouets de Bébé [Montessori-à-ma-sauce]

Céline Alvarez et sa révolution bienveillante

"Elle est dégourdie, cette petite !" [Montessori inside]