29 févr. 2012

Le rejet du travail... et comment je le surmonte



Pas peu fière la nana, d'avoir trouvé du travail. Enfin !

Je n'ai pas beaucoup parlé de ma recherche d'emploi sur ce blog. Tout simplement parce que c'était LE sujet tabou.
Une recherche chaotique, avec des hauts et des bas, étrangement plus de bas que de hauts d'ailleurs.
Des bas qui se traduisaient par un très clair dégoût dès que ma souris effleurait le favori "recherche de travail" de mon ordi.

Pourquoi ? 
Pourquoi ne pas chercher de travail ? vous vous dîtes.

Ok, ce n'est pas très drôle, les rédactions de lettres de motivation, les recherches sur les sites spécialisés et tout, mais bon, y'a pas mort d'homme.
Et surtout, y'a salaire à la clé. Salaire et occupation de journées, un peu vides de temps à autre.

Oui, je sais.

Mais c'était plus compliqué que ça en fait.

Là, c'est en train d'impliquer que je vous parle de mon ancien poste. Et c'est là le tabou. J'ai pas envie d'en parler. J'aime pas en parler.

J'irai pas jusqu'à dire que mon ancien boss a exercé une forme de harcèlement moral, parce qu'il était beaucoup plus malin que ça.
Un vrai serpent.
Un maître en matière du "ni oui ni non".
Un maître en ce qui concerne l'art de vous déstabiliser, de vous faire passer pour un con, et de vous laisser végéter dans un coin tout en le niant en bloc si on essaie de lui en parler, avec son sourire d'hypocrite.
Le type qui a bousillé ma confiance en moi.

Le type qui a fait que je me suis recroquevillée sur moi-même pour pleurer, le type sur lequel je cauchemarde encore un an après, le type qui m'a fait démissionner.
Pour mutation de conjoint, pas complètement folle, la bête (même si avec le départ à l'étranger, je n'ai eu pas vraiment eu droit à grand-chose niveau indemnités).

Bref, pour vous la faire courte, j'ai des boutons qui poussent quand je dois parler de mon ancien travail.
Pas évident quand on doit écrire une lettre de motivation et passer des entretiens, n'est-ce pas ?


Alors aujourd'hui, oui, je suis fière ! Je suis fière malgré mon passif d'avoir pu décrocher un boulot, exactement ce que je voulais faire en plus.
Je suis fière d'avoir trouvé ce travail grâce à mes compétences seules et ma motivation, et pas en ayant été pistonnée par tel ou tel. 
Je suis fière de pouvoir apporter mes compétences à une entreprise qui aura su voir mon potentiel, et j'ai hâte de leur montrer qu'ils ont eu raison de me choisir, hâte de transformer de mauvais souvenirs en une raison d'avancer.

Je suis fière, et j'ai envie de le crier sur les toits !


Avec ce billet, je participe à la fierté du mois, sur le blog d'Aggie. Et quelle fierté, hein ?! :-)

10 commentaires:

  1. C'est avec beaucoup d'attention que j'ai lu ton billet parce qu'il touche beaucoup de choses enfouies en moi, côté pro, évidemment... Il faudrait que j'en parle. Je n'y arrive pas. J'ai même supprimé une ligne sur mon CV, tellement trop lourde et qui pourtant me servait de sésame ! Bref, je comprends ce que tu ressens et je suis FIERE de toi ! Fonce !
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci !
      Je fonce, compte sur moi ! Ca fait trop longtemps que je ronge mon frein !
      Bises

      Supprimer
  2. Bravo, je te souhaite plein de bonnes choses pour ce nouveau travail !

    Bises
    Isa

    RépondreSupprimer
  3. Et bien bravo d'avoir pris sur toi pour passer le cap de la recherche d'emploi et félicitations pour ce poste. Je te souhaite vraiment de t'épanouir dans ce nouveau boulot, qui fera en sorte que lorsqu'on te parlera "travail" tu ne penseras plus d'emblée à tous ces mauvais souvenirs.
    Merci pour ta participation!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi de m'avoir permis de débloquer mon tabou et d'en parler sur mon blog !

      Supprimer
  4. Le monde du travail, c'est de plus en plus n'importe quoi. ça fait 4 ans que je suis officiellement au chômage et franchement, je te félicite car moi, parce que j'ai vécu de tout sauf du positif au boulot, je n'ai pas encore trouvé la force de retourner sur le front et suis obligée de me démerder avec mon chômage et quelques traducs par an...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a un an, j'étais comme toi complètement blasée.
      Aujourd'hui, l'espoir est un peu revenu.
      Et aussi, je vois que je vais pouvoir mettre du beurre dans les épinards !

      Supprimer
  5. Whoouuuuuu :))))
    Mais faut que tu nous en dises un peu plus, tu le sais ça ? :)

    RépondreSupprimer