31 janv. 2012

RIP le streaming

Et RIP la saison 5 de Lost, la dernière saison de Desperate Housewives, les épisodes de l'Amour est dans le Pré (j'assume ma beauf-attitude)...

Oui, je pratiquais le streaming jusqu'à il y a une semaine. Pas depuis très longtemps en fait. 
D'une part car quand je vivais en France, je n'avais pas Internet à la maison. Ô stupéfaction, ô révulsion... Oui, oui, ça existe, les gens qui n'ont pas internet chez eux ! Payer 30 euros alors qu'au boulot, j'avais assez de temps pour checker mes mails perso et imprimer mes recettes favorites sur mes blogs de cuisine préférés, c'est quoi l'intérêt ? Aller finir de m'abîmer les yeux de 19h à 22h tous les soirs de la semaine ? Rester à traîner en pyjama le portable sur les genoux les WE jusqu'à pas d'heures ? Bof, ça ne me disait trop rien !
Et d'autre part, en fait, je ne connaissais pas vraiment le streaming. Le petit mulet a connu des jours fastes avec moi dans les années 2000, en sortie d'adolescence, et puis après 3 ou 4 CD gravés en MP3, je me suis lassée. J'avais la radio, MTV et MCM en cas de gros manque musical, et ça me suffisait !

En fait, c'est depuis que je suis en Belgique que j'ai pris conscience de toute la portée du streaming.

Tout a commencé par le grand drame de mon existence belge : l'absence totale de ma chaîne préférée, à savoir M6 (j'assume de nouveau ma beauf-attitude) ! 
Bah oui, en rentrant du boulot, histoire de me lessiver le cervelet, le cul avachi sur mon canap', j'aimais regarder d'un oeil (l'autre étant occupé à admirer le chat pendant que je lui faisais des mamours ou que je jouais avec, bouquiner, garder l'oeil sur le carré la plaque de chocolat prête à faire feu dans mon estomac, bref, faire autre chose) Un dîner presque parfait, 100% Mag, voire même le 19.45 (parce que 15min d'infos et de tronches de politiques dégénérés et dégarnis du chapeau autant que du cerveau, ça me suffit amplement). Et puis après, dans l'euphorie du moment, je laissais la TV allumée et me matais un petit Pékin Express, Déco-Super-Transformation-De-La-Mort-Qui-Tue, ou même l'Amour est dans le Pré.
L'Amour est dans le Pré, mon petit chouchou quand même, peut-être parce que je suis issue d'une région d'agriculteurs, ou alors parce que issue d'une longue lignée d'agriculteurs (et de cordonniers, il faut de tout pour faire une Kimie !).
Pour en revenir à la Belgique, on a TF1 (bof), France 2 (bof), France 3 (bof), mais PAS M6. Enfer et damnation ! Comment allais-je regarder mes programmes favoris ? 
Je me suis acharnée quelques temps sur M6 Replay, avant de comprendre qu'avec une IP située dans le plat pays, ça ne marcherait pas...
Et donc, plutôt que d'installer des trucs et des bidules sensés générer des IP françaises pour accéder à M6 Replay, j'ai découvert DPstream ! 
Bonheur. 
Un peu enfer aussi. 
Parce que forcément, pile au moment crucial où que René va offrir une gerbe de blés, son coeur, et les clés de sa super tondeuse à champs (il paraît que ça s'appelle une moissonneuse-batteuse, mais perso, j'avoue que quand j'étais de corvée pour tondre la pelouse des 3000 pauvres m2 de chez mes parents, je sautais pas de joie comme une greluche et je ne battais pas des mains au simple plaisir de prendre le volant et de rouler droit devant inlassablement, rangée après rangée !), pile à ce moment précis donc, "Vous avez regardé 72 min de vidéo blablabla" ce qui par ailleurs était un vrai mensonge que-c'est-pas-beau-de-mentir, parce que je chronométrais exprès pour prendre en faute MégaVidéo ! Mais bon, même avec le chronomètre sous les yeux, MégaVidéo refusait de reconnaître son erreur avant 60min. 
Salaud !

Malgré ce léger inconvénient et son caractère de cochon, MégaVidéo et moi, on s'entendait plutôt pas mal.
Après avoir visionné toute la saison de L'Amour, je me suis rendue compte que je pouvais rattraper mon retard de Desperate Housewives. Bah oui, ça aussi, c'est sur M6, soupir. Et puis même attaquer la toute dernière saison, même pas encore sur M6, youhou, la classe !
Et puis aussi découvrir Dexter, que je n'avais jamais pris la peine de regarder, vu que ça passait sur Canal+ (et après sur TF1 mais à une heure tardive, non ?).

Finalement, je me suis rendue compte que glander sur DPstream regarder les séries en VOST, c'était super utile pour mon vocabulaire "USien" ! 
Grâce à ça et à Lost, je suis une pro sur le thème de l'enterrement des morts (to bury, rest in peace), de l'expression de la peur (go, RUN !!), du crime (a bullet, a gun, to shoot), de la problématique des cachettes (to hide guns, what is behind the hatch ?), des animaux de la jungle (a bear, a porc, a monster made of black smoke), de l'appellation d'un groupe (the others, your people) et bien sûr de l'avion (the fuselelage, the plane, the flight, the Oceanic company, the crash), etc.
Bref, en cas d'accident aérien, je suis totalement au point et capable de me débrouiller dans une nature hostile et au milieu d'américains, anglais, australiens, écossais (y'a de tous les accents dans Lost, et le fait de commencer à saisir leurs nuances est une grande joie pour moi) !

J'ai très vaguement dévié de mon sujet initial, la mort du streaming (to bury the streaming; the streaming has been shooted by a bullet from a gun of the FBI !!).
Parce que depuis une grosse semaine, mon épisode de la 5ème saison de Lost à moitié commencé, est impossible à regarder. "Temporairement" me dit Mixture Vidéo. "Vous comprendrez que c'est ceux qui payent qui peuvent mater" me dit PurVID. Mon cul ! Et pas à mater, hein ?!

Ce que j'en comprends, moi, depuis mon petit appartement sous la neige avec mon air con et ma vue basse, c'est que ma dernière moitié d'épisode 4 saison 5 de Lost en VOST, je peux me le mettre exactement au niveau de l'expression sus-citée... Que je saurai jamais si l'épisode final est aussi merdique et nul que ce qui se dit depuis des années. Que je n'arriverai pas à parfaire mon vocabulaire anglais et que si jamais je me crashe et que je fais mon Jin (dans Lost, c'est le mec coréen qui jacte pas un mot d'anglais et que tout le monde prend pour un con du coup), ce sera entièrement la faute du streaming qui fait son demeuré au moment où j'allais passer à une compréhension supérieure de l'anglais, ce qui me allait me valoir au moins 500 points au TOEFL (quoi qu'il paraît que le système de points a changé). 

Alors dans une décision courageuse et retenant de toutes mes petites mains pour portefeuille qui tentait une esquive très lâche, j'ai cliqué sur Amaz*n, intégrale Lost, 6 coffrets, en or massif, disques en argent, pochette incrustée de diamants. Mon portefeuille, dans un dernier sursaut de fierté, a sauté d'un bond par la fenêtre.

RIP mon portefeuille. 
RIP la fin de Lost. 
RIP mes progrès fulgurants en anglais. 
RIP le streaming.

Image trouvée par ici

4 commentaires:

  1. Ne te tracasse pas trop, Internet a plus de ressources que ce qu'on ne pense et dans deux ou trois mois, on sera déjà passé à un autre système de streaming. Mais bon, il faudra patienter d'ici là... (Tu peux aussi investir dans une antenne parabolique pour avoir M6...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'espère que ça va redémarrer ! Mais pas trop vite en fait ! Finalement, je fais plein d'autres choses maintenant que je n'ai plus Lost à volonté ! ;-)

      Supprimer
  2. Je suis sans doute ta plus grande fan, j'aime beaucoup ta façon d'écrire, j'ai passé un bon moment ^^ Bizarrement, je n'ai pas le virus du streaming donc la nouvelle ne m'a pas bousculée mais bon, c'est certain que c'est bien emmerdant et je suis certaine qu'autre chose arrivera prochainement. Bisous !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, ça me touche beaucoup ! C'est vrai que des fois, on ne sait pas trop si on n'est lu ou pas, et si ce qu'on écrit intéresse quelqu'un d'autre que soi ! Alors MERCI encore une fois !
      Et pour le streaming, mieux vaut ne pas s'y mettre, c'est un vrai virus !! Je n'arrive plus à m'en débarrasser maintenant !

      Supprimer