Tenir un blog : torture ou plaisir ?


"Ecrire, c'est c'qu'il y a d'plus beau" chantait Roméo et Juliette en son temps.
Ou quelque chose d'approchant en tout cas...

Et pourtant, rédiger des articles pour un blog peut rapidement devenir éreintant, lassant, un vrai marathon du mot.
Parce que c'est bien beau d'aimer écrire, d'avoir tenu un journal intime de 7 à 17 ans, d'avoir remporté un concours de poésie glauque au lycée, là, ça ne suffit pas.
Là, il faut tenir le rythme.
Le rythme qui dit que si tu rates un jour de publication, tes lecteurs iront voir ailleurs si tu y es (pas ?). Voire pire : jamais tu n'auras la reconnaissance ultime du Grazia de la semaine te citant avec une photo improbable comme "la reine du blog qui rapporte".
Bref. 
Il faut écrire, y'a pas là.

Tu y penses toute la journée, tu notes tes idées sur des feuilles volantes que tu passes ton temps à chercher partout ensuite pour les rassembler sur une feuille Excel.
Mais tu y penses aussi la nuit. Avant de t'endormir, le nez dans ta bave ton oreiller, arrive justement L'idée du siècle (au moins), et tu déroules ton article comme dans un rêve, en essayant de bien mémoriser les tournures de phrases, qui sont, en toute modestie, exceptionnelles. Et qui vont faire se bidonner tes lecteurs, les faire cliquer sur la pub en haut à droite (si si, regardez bien !) sans s'en rendre compte eux-mêmes.

Sauf que le matin, l'article s'est envolé. Pfiouuu. Par contre, tu te souviens très très bien du rêve débile où tu visitais la maison de ta meilleure amie dont les rideaux des immenses baies vitrées étaient constitués de tapis gigantesques, de serviettes de bain et de fausse moumoute.
Pas très utile.
Et pas très flatteur pour la meilleure amie, de vivre dans un tel taudis.

Donc le matin, tu émerges de tes tapis et autres chiffons la tête embrumée, sommant ton ciboulot de se rappeler l'article de la nuit. Rien à faire bien sûr.
De dépit (et de crasse aussi), tu pars à la douche.
Et là, sous l'eau délicieusement chaude et l'odeur délicate du gel douche, pof ! Une idée germe, vaporeuse comme une bulle de savon... qui éclate dès que tu es sortie de la salle de bain, la vicieuse !

Et ça, ce n'est que le début !

Une fois les idées trouvées, il faut passer à l'action-rédaction
Ecrire.
Et là, c'est un peu comme dans les devoirs de philo que tu passais 10 ans plus tôt : un coup de bol ! Le sujet t'inspire, tu fonces et ça gratte (enfin, ça tapote). Sinon, tu passes ta soirée à taper 3 mots, les effacer, les retaper, sans même avoir la possibilité de te défouler en attrapant ton ordi comme une feuille de papier pour le chiffonner et le jeter dans la poubelle sans autre formalité.
Et même si tu es inspirée, toujours comme les devoirs de philo, rien ne t'assure qu'à la fin, ça sera bon. Ca dépend clairement de l'examinateur. Et surtout de toi, examinateur de ta prose le plus sévère qui soit.
Combien de fois ne t'es-tu pas exclamée : "que c'est mauvais, que c'est mauvais"...

Oui, mais le fil rouge du rythme est là, tu n'as pas le choix, il faut publier (sans compter les fois où tu appuies sur "publier le message" alors que tu voulais juste "sauvegarder maintenant").

Tu as fini d'écrire, vient alors le bon temps de la relecture. 1 fois, 2 fois, 3 fois. Tu cliques sur "aperçu" pour mieux apprécier le fini, tu te rends compte que sur un mot en gras, la première lettre ne l'est pas. Tu changes, recliques sur aperçu. Rebelote, un des paragraphe n'est pas justifié, changement, aperçu, c'est pas assez aéré, saut de ligne, aperçu (ce maudit aperçu Blogger qui remonte systématiquement la page de l'aperçu en haut de l'article, je l'étranglerais !). 
Ce petit jeu peut durer un moment, surtout si ton article est long.

Enfin, ton article est définitivement terminé (que tu crois), prêt à être mis sous presse. Si tout va bien, tu es à bout de souffle, moralement et physiquement épuisée (le marathon, nous disions, le marathon...).
Mais ce n'est pas fini !

Il faut trouver l'illustration. La photo. Comme celle de ton paquet de céréales top miam, celle qui montre en macro la céréale trop appétissante qui te saute dans le ventre et qui t'oblige à acheter le format familial : "j'ai pas su résister chéri" "mais chérie... tu manges pas de céréales ?!". J'aurais pu choisir comme exemple la boîte de haricots verts en conserve, mais quelque chose me dit que la métaphore aurait moins bien filé...
Ah les joies de l'illustration. D'abord, tu passes en revue l'ensemble de tes photos, avec espoir. Il peut arriver que tu tombes pile sur la photo qui aille. Alors tu la retouches pour lui donner cet air funky antique sépia avec gros grains apparents trop à la mode à l'heure du numérique et du milliard de pixels.
Sinon, te voilà réduite à écumer la recherche d'images de Google-ton-ami, où aucune ne correspond jamais de toute façon.
En désespoir de cause, tu sors ton appareil photo et pars prendre toi-même une photo, qui sera avec un peu de chance pas trop floue, pas trop sombre ni trop "plein-phare-gibier-traqué" (bah oui, tu as fini de rédiger ton article en pleine nuit, vive le flash !).
Rien que pour l'illustration, tu auras perdu 1h. Plus que pour rédiger ton article.

Et là, tu t'apprêtes à pointer le curseur sur "Publier le message". Argh. Tu suspends ton mouvement.
Le titre. Tu as oublié le titre. Soupir.
Tes méninges tournent à vive allure (mais plus très droit), tu cherches LE jeu de mots pointu et drôle, qui attirera tes lecteurs comme les mouches sur un ruban de glu. Qui les fera cliquer sur le "j'aime" hellocotonnien avant même d'avoir lu ton article.
Tu trouves pas. Et puis vu l'heure, tu voudrais bien te coucher quand même. Demain y'a école, comme dirait ma mère.
Tu mets la première daube venue, le truc de base, pas accrocheur, en espérant que les gens ne s'arrêtent pas à ça, l'habit ne faisant pas l'article...

Tu publies. Enfin.

Cette photo illustre la difficulté de choisir le meilleur réglage...

Tu vas te coucher. Et là, impossible de dormir, tu penses déjà à ton prochain article...

Cet article a été rédigé mentalement sous la douche...

Commentaires

  1. Mouhaha, j'ai bien rigolé en lisant ton article, je me suis tellement retrouvé dans la fille qui prépare son article parfait le soir, et le lendemain matin, tout s'est envolé !
    Merci pour ce bel article !

    RépondreSupprimer
  2. J'ai bien rigolé à te lire ! Je me suis reconnue ! Bravo, j'ai adoré ! Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  3. C'est tellement vrai ! ^^

    Bises
    Isa

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je sais ! J'aurais jamais cru que ça prendrait autant de temps, d'écrire un article quand j'ai commencé mon blog !

      Supprimer
  4. J'adore!! Je me reconnais bien dans tout ça!! Particuliérement l'idée sous la douche et le clic malencontreux sur "publier" au lieu de "sauvegarder"...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je crois que le "publier", on l'a toutes fait une fois ! Après, y'a plus qu'à rattraper la bourde sur HC en éditant l'article...

      Supprimer
  5. Rah mais c'est tellement ça!! :)
    "Il est 23h mais je suis encore en train de finir mon montage Photoshop parce que putain si demain à 10h y'a rien sur mon blog ça la fout maaaaal!"
    Très chouette article, merci pour les sourires en coin ;)

    RépondreSupprimer
  6. Coucou,

    C'est vrai tout ce que tu écris et je dirais même que je dois être un peu maso puisque je reviens régulièrement écrire des articles sur mon blog alors que je n'ai pas toujours moi non plus l'inspiration... Mais elle finit toujours par venir...
    Ton article est très bien écrit en tout cas.
    Bonne soirée

    RépondreSupprimer
  7. waaaaaaaaa ma poulette j'ai pleuré de rire !! le coup du nez dans la bave, dans l'oreiller, ça m'arrive tout le temps et figure-toi que je me relève alors pour noter des choses à ne pas oublier pour la prochaine fois !! et vu que j'ai deux blogs, c'est deux fois le boulot ! hallucinant, folle je suis, enfin je crois
    bisous bisous !! merci encore pour ce beau moment de rigolade mais tout à fait vrai, ça sent le vécu chez beaucoup de filles !!

    RépondreSupprimer
  8. ahahahah trop drôle, j'ai presque pu lire un alléluia à la fin ;)

    RépondreSupprimer
  9. Merci les files ! Contente de faire l'unanimité ! Alleluia ! ;-)

    RépondreSupprimer
  10. C'est tout à fait ça! Mais pourquoi donc les bonnes idées ne viennent-elles que le soir au fond du lit ou quand on marche dans la rue (et qu'on ne peut rien noter) ?... Merci pour ce joli article!

    RépondreSupprimer
  11. Hihi, bien vu, on se reconnait toutes! Par contre, écrire quotidiennement, c'est un rêve inaccessible pour moi, je n'arrive pas à être partout à la fois! Et ça, c'est le truc qui m'embête vraiment!

    RépondreSupprimer
  12. je suis en plein dedans: le vide de l'inspiration!!

    RépondreSupprimer
  13. 1h à trouver une photo c'est une bonne moyenne dans laquelle je me retrouve )) je crois qu'on se met aussi beaucoup la pression et plus on se la met moins on écrit vite (en tous cas ça marche pour moi)..en ce qui me concerne j'ai décidé d'arrêter la publication 7 jours sur 7, ma fatigue physique a été comme un signal d'alerte )

    RépondreSupprimer
  14. Bonjour,
    C'est la première fois que je viens sur ton blog,
    En lisant ton article,je m'y suis reconnue.Encore hier,je me battais pour trouver la photo qui correspondait à mon article,j'ai failli tout envoyer valser.Comme tu le dis si bien,parfois certains articles s'écrivent facilement pas besoin de chercher midi à quatorze heure tandis que d'autres,tu peines à écrire quelques mots et quand tu trouves ces quelques mots tu les efface car tu n'es pas satisfaite.Et tu passes finalement plus de temps à effacer qu'à écrire.
    En tout cas merci pour cet article génial!!
    ++

    RépondreSupprimer
  15. Bientôt, sur les blogs, le logo "Attention aux effets secondaires de la blogosphère" !
    Cela se soigne ? C'est remboursé par la sécu ?

    RépondreSupprimer
  16. Oui, c'est tout à fait ça... Le pire... tu as fini ton article et overblog bugg et t'as plus ton article, et là t'as juste envie de balancer ton ordi. à travers la fenêtre !!!

    RépondreSupprimer
  17. Ah le publier, je me fais avoir à chaque fois...quoi? non je ne fais jamais de fautes MOUA!!!
    J'ai donc découvert la fonction "éditer", et j'avoue que c'est ma petite favorite...;)

    RépondreSupprimer
  18. Oh la vache, je ne fonctionne pas du tout comme ça !
    Déjà je commence toujours par l'image. Il faut qu'elle soit de moi et de toutes façons j'ai tellement pris des milliards de photos que j'ai forcément quelque chose qui convient (sauf pour l'article que j'envisage pour aujourd'hui mais je trouverai bien).
    Ensuite je refuse de me prendre la tête pour écrire. Si les idées ne viennent pas c'est tant pis, j'en fais un autre ou je fais autre chose, j'm'en fous de publier tous les jours, ça me mettrai une pression qui pourrait ne plus me donner envie à long terme, ce serait dommage.
    Bon par contre pour la relecture : oui. Mais bien souvent je mets l'article en ligne directement avant de fignoler le tout (et je le fais au fur et à mesure).

    Au final c'est comme au boulot : J'écris la leçon au tableau mais une fois finie, je dois aller me mettre au fond de la classe pour la relire et éventuellement la corriger : si t'as le nez dessus tu ne vois pas tes erreurs.

    RépondreSupprimer
  19. Bonjour, je commence seulement à bloguer mais je ne veux pas rentrer dans un système de contrainte , rien que du plaisir . Bon d'accord mon blog est simple mais je vais le personnaliser peu à peu .Je pense que les textes sont importants avant tout et aprés viennent les illustrations, la déco.. enfin je dis cela parce que pour l'instant je sais pas le faire et cela me console de penser cela. :-)

    RépondreSupprimer
  20. Ah ouais le coup de l'article le soir, moi pareil, et je me dis toujours que c'est tellement génial que je m'en souviendrais demain (la flemme de me relever pour noter l'idée)... Je m'en suis jamais souvenue!

    RépondreSupprimer
  21. Super article qui illustre bien la difficulté de blogueur parfois :) Bisous !

    RépondreSupprimer
  22. C'est drôle !!!!!!!!! Et finalement tellement vrai... Je me reconnais bien genre l'article qui te vient quand tu te couches!

    RépondreSupprimer
  23. Ahahaha, les photos, c'est ce qui me bloque! On m'a volé mon canon..

    RépondreSupprimer
  24. Merci pour tous vos commentaires ! Je n'en reviens toujours pas d'avoir autant de visites ! :-)

    RépondreSupprimer
  25. OMG! J'ai l'impression de lire ma vie! Tous les soirs ou presque ou dans la douche ou en route vers le métro, j'ai l'impression d'avoir L'ARTICLE du siècle et une fois devant l'ordinateur, c'est le néant! Merci pour ce beau billet! Très juste et très bon!!

    RépondreSupprimer
  26. Comme tout cela est vrai ! (Sauf pour les feuilles volantes, mais ça j'en ai déjà parlé dans un article). Je vois que je ne suis pas la seule à rêver autant sinon plus de mon blog que de mes dossier de boulot !

    RépondreSupprimer
  27. Hihi c'est bien vrai il m'arrive souvent de pré-rédiger un article dans ma tête le soir, il est tout bien, et le lendemain a plus rien !!!!

    RépondreSupprimer
  28. Enorme !! c'est exactement ça. Moi aussi je rédige mentalement mes articles dans la douche, dans mon lit, en voiture, (en cours :s) . Peace.

    RépondreSupprimer
  29. Et le pire, c'est que j'ai plein d'articles rédigés dans ma tête ! Je devrais peut-être charger Word directement dans ma cervelle ?!

    RépondreSupprimer
  30. En tout cas, merci pour tous vos commentaires, je me sens moins seule le soir, dans mon lit, quand je pense à mes prochains articles !

    RépondreSupprimer
  31. Comme toi, même syndrôme, la blogomania, qui fait qu'on y pense tous les jours, peur de la page blanche, peur de ne pas séduire le lecteur, de le fatiguer...
    Peur de briser le rythme, d'abandonner l'aventure.. et tout ce temps passé à rédiger, illustrer, en plus des aventures d'édition.
    J'ai quand même beaucoup de satisfactions avec mon blog, un retour, mais beaucoup d'instants de doute...
    courage, tu écris très bien et avec humour !

    RépondreSupprimer
  32. Beaucoup de travail c'est sûr ... et ces maudites idées qui filent si pas notées !
    Je me suis beaucoup amusée à cette lecture (et reconnue) Comme quoi sous la douche, ça marche bien
    Amitiés du soir

    RépondreSupprimer
  33. Excellent, j'adore ton article !!!
    Le paragraphe sur la relecture de l'article où tu cliques et re-cliques encore et encore sur "aperçu" avant de cliquer sur "publier le message", c'est tout à fait moi :D

    RépondreSupprimer
  34. J'ai plusieurs conseils à te donner. Avoir toujours un carnet et un crayon à proximité (même près de la douche). Corollaire : écrire ses textes d'abord de façon manuscrite ; le clavier, c'est inhibant. Enfin : ça n'est que du plaisir, quoi qu'il arrive ! Beaucoup de gens envient ta capacité à tenir à blog et rêvent, en secret d'y parvenir.
    stiopka@unblog.fr

    RépondreSupprimer
  35. Tu viens de raconter mes journées...!

    RépondreSupprimer
  36. ha mais c'est tout à fait ça !! je débute dans mon blog, mais c'est absolument ce que je ressens ...
    J'ai la chance de prendre les transports en commun, 2h par jour , ce qui me laisse le temps de rédiger des articles pour le blog. toujours un carnet et un crayon dans mon sac ^^

    Bonne soirée :-)

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire

Posts les plus consultés de ce blog

Organiser la rotation des jouets de Bébé [Montessori-à-ma-sauce]

Céline Alvarez et sa révolution bienveillante

"Elle est dégourdie, cette petite !" [Montessori inside]